THE PROPHETIES BEGIN

Thème V - Thème Clan du Tonnerre
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 To the moon...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mirage du Désert
☀ Ancienne
Administratrice
avatar
Messages : 130
Date d'inscription : 16/08/2017

Carte d'identité
Âge: 40 lunes (Avr. 2018)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: /

MessageSujet: To the moon...   14.10.17 18:28


LIBRE

To the moon...




Non.

La panique avait fini par saisir Vent du Désert. Son coeur tambourinait dans sa poitrine, des sueurs froides lui parcouraient l'échine, des tremblements la saisissant de toute part. La situation lui échappait.

Depuis quelques jours, Petite Aubépine s'effaçait. Elle dormait sans cesse, parlait très peu, se contentant des mots les plus courts pour répondre aux questions qu'on lui posait, tournait le dos, et semblait préférer la solitude. Vent du Désert ne s'en était jamais trop inquiétée. Elle pensait que l'absence de son père la touchait énormément, qu'elle affirmait peu à peu son caractère et serait vouée à être une solitaire...
Elle voulait agir bien, en tant que bonne mère. Elle ne voulait pas la forcer à changer si cette façon d'être était celle qui lui plaisait.

Elle avait tort. Ça ne lui avait jamais plu.
Ça lui avait fait mal.

C'était la pleine lune, la guérisseuse était partie depuis quelques heures déjà. Et alors qu'elle dormait paisiblement, cinq boules de poil accolées à son ventre, Petite Aubépine avait rendu son repas. Son tout petit repas, le peu qu'elle avait pu avaler ce jour là.
Au début, ce n'était rien. Les chatons vomissaient souvent, après tout.

Mais ça ne s'arrêtait pas.

Vent du Désert respirait de manière presque absurde, paniquée face à la situation. Elle voulait hurler, appeler quelqu'un, courir aussi vite que possible vers la pierre de lune pour ramener Nuit Hivernale, supplier les Étoiles de lui dire de rentrer soigner Petite Aubépine, qui vomissait encore et encore, bien plus que ce qu'elle n'avait pu avaler.

Il était trop tard.

Incapable de faire autrement, elle lécha frénétiquement sa petite, espérant la réchauffer, lui apporter un peu de réconfort, n'importe quoi qui aurait pu l'aider à aller mieux. La peur avait volé son esprit, elle ne pensait plus, se contentant de garder un contact avec elle.
Il lui avait fallu de nombreuses secondes avant de s'arrêter, réalisant que la petite était partie.

C'était une petite masse dans le creux de sa patte arrière qui l'avait sortie de cette panique.
Une petite boule, logée discrètement, qui lui aspirait le sang et la vie depuis quelques temps déjà. Et elle n'avait rien vu.
Une putain de tique de merde, qui venait d'arracher la vie d'un de ses enfants. La misérable et courte vie de Petite Aubépine, étalée par terre dans son vomi, les yeux et la gueule grands ouverts. Sa foutue vie, avec sa foutue mère incapable de remarquer le mal être de ses enfants, et son foutu père absent qui n'était jamais passée la voir, après lequel elle avait tant pleuré.

La panique lui avait fait oublier ses autres enfants, non loin d'elle. Peut être encore endormi, il n'y avait pas eu d'autre bruit que la respiration haletante de Vent du Désert et les vomissements de Petite Aubépine.

Seul un « Quelqu'un... » déchiré entre deux sanglots vint briser le silence mortel de la pouponnière.

CSS ©️ S.REMAUD 2016

_________________
#825200

Par Cacaille la plus belle  :keur:

Désert humaine:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuageuse Pénombre
♪ Apprentie
Modératrice
avatar
Messages : 89
Date d'inscription : 27/08/2017
Age : 19

Carte d'identité
Âge: 15 lunes (décembre)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Busard Cendré

MessageSujet: Re: To the moon...   14.10.17 20:07


*Je courrais dans la forêt. Je me voyais grande, comme une guerrière. J’étais fière et à mes côtés, il y avait Aubépine, chasseuse elle aussi. On était les meilleures du clan, deux pupilles dont tout le monde étaient fiers. Même en plein hiver, le tas de proies débordait, la tribu mangeait à sa faim.
Aujourd’hui, avec Aubépine, on était de patrouille, parce qu’en plus d’être les plus forte à la chasse, on battait tout le monde en combat. Les apprentis se disputaient presque pour qu’on les entraîne. Mais on aidait tout le monde, parce qu’on aimait les nôtres plus que tout.

Bref ! C’était l’été, on marchait toutes les deux, patrouillant sur les frontières. Rien ne nous faisait peur, même les vilains chats de l’ombre. D’ailleurs il était chez nous ce jour là. Prête à passer à l’attaque, on bondi sur eux pour les faire fuir. Tout bougeait autour de moi, je ne voyais plus ma sœur. Les guerriers de l’ombre qui nous avait attaqués étaient nombreux. Ils nous frappaient, griffaient, mordaient. Mais à nous deux, on répliquait encore plus fort. Et finalement ils n’avaient pas résisté longtemps. Je leur ai crié :

« Ah ah ! On vous a eu les vilains ! »

Mais pour Aubépine ce n’était pas tout. Elle fonce alors après eux. Rapide. J’arrive à ressentir la panique de ma sœur. Rapide. Elle respirait fort. Tout commençait à devenir flou. J’essayais de suivre ma petite tache, mais elle était trop… Rapide. Je faisais ce que je pouvais. J’entendais de très faibles sons. Je sentais une respiration forte. Puis soudain plus rien. Je tombe dans un trou noir, cherchant Aubépine. Je l’ai perdu à jamais…*


En sursaut, je me réveille. J’avais encore l’esprit embrumé par mon rêve qui s’est transformé en cauchemar. Doucement, je reprends mes esprits. Je sens ma maman à côté de moi, donc le jour ne s’est peut-être pas encore levé. Contente, je me colle un peu plus à elle et ronronne doucement. Mais je m’arrête vite. Sa respiration. Rapide. Je rouvre alors les yeux, et tourne ma tête, penchée sur le côté, vers elle. Des larmes. Je me lève tout de suite sur mes pattes, maladroitement et me met devant elle. Je l’appelle doucement pour ne pas réveiller les autres.

« Maman ? »

Pas de réponse. Ne comprenant pas, je me tourne vers ce qu’elle regarde. Aubépine ? Qu’est-ce qu’elle a ? Je m’approche d’elle et retrousse le nez à l’odeur. Ça sent le vomi. Beurk. Je lèche quand même la tête de ma sœur parce que je l’aime, et je sais qu’elle est un peu malade en ce moment, alors je me dis que des câlins ça peut la guérir. Mais elle ne réagit pas. Elle ne bouge même plus. Je regarde maman et lui demande :

« Tu crois qu’elle va guérir Aubépine ? J’aime pas qu’elle soit tout le temps malade. Mais j’essaie de la guérir tous les jours ! Je lui fais des câlins et je reste toujours avec elle. Même si elle boude. »

Mais maman ne réagissait toujours pas. Elle pleurait silencieusement. Des appels presque inaudibles sortaient de sa bouche. Je commençais à avoir peur. Pourquoi elle est comme ça ? Alors je reviens vers ma sœur et la regarde de plus prêt. Elle ne respire plus. Pourquoi ? On est obligé de respirer pourtant. Je m’approche de son oreille et lui chuchote :

« Hé Aubépine, respire, tu fais peur à maman. »

Pas de réponse. Rien que le silence.

« Aubépine ? »

Rien.

« Aubépine, debout, c'est pas drôle, tu nous fais peur avec maman là »

Rien. Décidée, je lui tire doucement les oreilles, lui mordille les pattes pour qu’elle se réveille. J’ai peur. Je sentais mon odeur se répandre dans la tanière. Je continuais à appeler ma sœur, ne comprenant pas pourquoi elle ne bouge pas. Mes plaintes étaient de plus en plus fortes. Voyant que ma petite tache ne faisait même pas un mouvement, je recule, apeurée. Je me mets contre maman, les yeux ronds, en larmes. Je ne comprends pas, pourquoi elle ne bouge pas ? Pourquoi elle ne me répond pas ? Qu’est-ce qui lui arrive ? Jamais elle ne nous a fait ça, c’est la première fois. Je veux comprendre. Les pattes tremblantes, je fixe maman. Mes yeux bleus étaient de plus en plus grands, à cause de la terreur. Je voulais lui demander ce qu’il se passait mais aucun mots de sortait de ma bouche. C’était des espèces de gazouillis incompréhensible. Ma respiration était très rapide. J’étais terrifiée. Ma sœur, pourquoi tu bouges plus. Viens vite, avec maman on a très peur. Une prière silencieuse.

Je secoue ma tête un instant. Reprend toi. Respire, arrête de pleurer et parle à maman. Oui, c’est ce qu’il faut faire. Je suis sûre que c’est normal, qu’Aubépine dort juste plus profondément que d’habitude. Enfin, je réussi à prendre la parole :

« Maman ? Pourquoi elle ne bouge plus ? Pourquoi elle ne respire plus ? Elle va bien, pas vrai ? Dis-moi qu’elle va bien. Je l’aime Aubépine, maman… Je veux pas qu’elle… qu’elle… »

Je n’arrivais plus à finir ma phrase mais je crois que j’ai compris cette fois. Aubépine ne dormait pas. Ou alors si, mais c’était le plus long sommeil de sa vie. Je bégayais encore, mais n’y tenant plus, je me réfugies contre ma mère. Je pleure contre elle. Je sais que les étoiles sont venues chercher ma petite tache. Je me cache les yeux contre le doux pelage de maman. Je reste près d’elle parce qu’elle est la seule à me réconforter. Je crois que j’ai la même douleur qu’elle.

Une sourde colère se répandait lentement dans mes pensées. Et si s’était l’absence de papa qui l’avait fait partir ? J’étais pas contente contre lui, jamais il n’est venu, et ma sœur n’a peut-être pas supporté ça. Je le déteste. Heureusement, j’ai ma maman.


Et c’est ce soir là que ma conception du monde à changer. Il n’était plus tout gentil, tout beau non. Je me suis rendue compte, après le décès de ma sœur que le monde était ainsi fait. Le hasard est partout autour de nous, un rien peu arriver. Parce que nous finissons tous par mourir un jour.


_________________

De Crépu :keur:

Fira la best <3:
 



Pénombre vous demande avec son regard innocent si irrésistible en #1A4523


Dernière édition par Petite Pénombre le 16.10.17 19:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 70
Date d'inscription : 05/09/2017

MessageSujet: Re: To the moon...   15.10.17 15:52

Pris dans mon rêve, au chaud entre Boule Brûlante et Petite mouche, j'agite les pattes, je me tortille, je bave un peu, je me re-retourne encore et là j'ai chaud chaud chaud alors je pousse un peu Petite Mouche parce que eh bah ah bah il me fait tout chaud et j'ai le pelage qui est tout collant et ça sent pas bon, et je me retourne encore mais cette fois j'ouvre les yeux parce que ça sent vraiment pas bon. Aubépine a vomi, encore, parce qu'elle est malade. Je fronce le nez, j'aime pas ça, mais c'est pas sa faute si elle est malade - c'est parce que les filles c'est un peu caca donc elle est tooooute fragile comme un bébé alors que moi eh bah même que je suis pas malade et que je sais presque bien marcher, trop trop fort.

Je vais pour me rendormir mais Pépénombre commence à parler à presque-maman alors je râle à cause que j'aimerai dormir mais j'ai l'impression que cette fois c'est un peu plus très grave que parce que elle a fait un cauchemar.

Alors je vois Désert qui pleure et Pénombre qui a l'air toute triste et je me déloge et je vais voir Aubépine et elle est vraiment toute maigre et elle sent pas bon et il y a du vomi partout et elle bouge plus et c'est pas normal parce que les chats ça bouge et alors là, je comprends. Et je hurle, je hurle du plus fort de mes poumons, et je hurle à en réveiller toute la pouponnière, et peut être jusqu'à réveiller les Étoiles.
    AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !
Et je me sens tout pas bien d'un coup, je chancelle, et je m'écarte et je blouaaaarg tout ce que j'avais dans le ventre.

_________________

look at me mommy

par Uwny la plus belle

+:
 


Dernière édition par Petit Ver le 16.10.17 14:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: To the moon...   15.10.17 16:51


"Beuahh ! Aubépine fais gaffe!" s'exclama Boule Brûlante, révulsée, en sentant sa soeur de lait vomir sur son dos. Elle se retourna pour se frotter le dos sur son frère, s'essuyant ainsi du mieux qu'elle pouvait. Puis finalement elle descendit de quelques centimètres, se blotissant dans une partie de la fourrure blanche non souillée. Petit Ver s'agita, la sortant définitivement de son sommeil. En quelques petits bonds, elle alla se blottir sous le cou sa nourrice pour réclamer une toilette. L'odeur lui faisait mal au ventre. Mais la reine la repoussa délicatement et s'occupa de Petite Aubépine. Jalouse, Boule Brûlante piétinna le pelage doré de la pupille. Rien n'y fit, elle changea de technique et s'apprêta à bondir sur la chatonne malade. Mais, comme elle avait déjà vomit, il ne valait mieux pas réappuyer dessus. Elle se contenta de lui donner un cou de museau.

« Hé Aubépine, respire, tu fais peur à maman. »
Boule Brûlante tourna la tête, oui, presque-maman avant peur. Elle ne l'aurait pas deviné toute seule mais c'était évident et la peur se transmettait. Comme une brume elle venait en rampant sur elle, lui glaçant les os et la fourrure.
« Aubépine, debout, c'est pas drôle, tu nous fais peur avec maman là. Maman ? Pourquoi elle ne bouge plus ? Pourquoi elle ne respire plus ? Elle va bien, pas vrai ? Dis-moi qu’elle va bien. Je l’aime Aubépine, maman… Je veux pas qu’elle… qu’elle… »
La chatonne grise commença de son côté à, elle aussi, secouer sa soeur de lait dans tous les sens.

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !
Le cri acheva de la faire paniquer, la petite s'enfuit, la souffle coupé. Elle fila hors de la pouponnière le plus vite qu'elle le pu, s'arrêta pour vomir, puis galopa vers la barrière de ronce où elle se faufila pour se cacher. Elle ne comprenait pas toute l'ampleur de ce qu'il se passait, mais, paniquée, la respiration sifflante, elle se fit la plus petite possible en espérant finir par disparaître totalement.
Revenir en haut Aller en bas
Nuage de Mouche
♪ Apprenti
avatar
Messages : 149
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 19

Carte d'identité
Âge: 14 lunes (dec)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Vautour Fauve

MessageSujet: Re: To the moon...   15.10.17 19:13

Les lamentations qui régnaient dans la pouponnière le réveilla. Et l'odeur de vomi ainsi que le cri de Petit Ver y contribuèrent aussi.
Mouche posa ses grands yeux de mouche sur le monde qui l'entourait et qui dégoulinait de tristesse.
La tristesse glissait habituellement sur cet enfant comme l'eau sur les plumes d'un canard. Et là,
chaque visage que ses jaunes jaunes heurtait était une personne en pleine désespérance qu'il lui fallait consoler.

La tâche lui semblait un peu ardue mais il défigura ses babines en un sourire optimiste.
Le corps de Petite Aubépine, baignait dans une flaque de vomi, avec son frère qui pleurait à côté.
Sa maman adoptive était consolée par Petite Pénombre.

Son frère lui sembla le plus urgent à consoler, et c'était la personne qui comptait le plus ici pour lui. Il pataugea un instant dans les deux flaques de vomi pour rejoindre le chaton blanc à grand renforts de blblbl. Mouche se dressa sur la pointe des pattes pour pouvoir lécher les oreilles de son frère, histoire de tout arranger.

ɐɔ ǝɯɯoɔ sɐן suıoɯ ʇsǝ,ɔ sɹoן∀ ˙ǝǝʇıssɐן ǝʇsnɾ ʇsǝ ǝןןǝ `sɐd ǝʇıƃɹnƃǝp `sɐd ǝןɐɯʎɹɔɐ˥ lança t-il à tout hasard. C'était plus facile à dire en langage secret.

_________________
I AM MEOWING AT MY LUNG'S FULLEST. I WOULD EVEN ARGUE THAT THE ECHO THAT REVERBERATES BACK TO ME IS THE VOICE OF SOMEONE I KNOW ...
HAVE YOU SEEN MY DEAR BROTHER ?

♪ Play / Insane | Mother Mother



Au top :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Secret du Firmament
♫ Apprentie-guérisseuse
avatar
Messages : 601
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 25
Localisation : Lorraine

Carte d'identité
Âge: 22 lunes (déc 2018)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuit Hivernale

MessageSujet: Re: To the moon...   15.10.17 22:01

To the moon ...

Petit Firmament dormait seule, son baptême était proche et la portée de Vent du Désert alliée à celle d'Etoile de Suie avait pousser Coeur de Serpent à regagner le gite des guerriers abandonnant à sa fille une vaste litière moelleuse. Mais après tout, dans moins d'un quart de lune elle deviendrait un nuage, cédant à son tour la place aux plus jeunes. C'est pourquoi la petite siamoise dormait des plus paisiblement, sereine. Dans son esprit, elle était assise dans une forêt lumineuse dont les feuilles dorée correspondaient pleinement à la saison des feuilles morte qui venait de succéder à celle des feuilles vertes. Autour de la siamoise, d'autres félins tous habillée de poussière d'étoile vaquaient à leurs occupation. Leur calme et leur regards avaient systématiquement ce petit quelques choses qui donnait à la future novice la sensation d'être importante. Mais ce doux rêve n'était pas prêt a bien se terminer. Petit Firmament remua doucement dans son lit de mousse et le décor paisible laissa place à celui du camp. Leur meneuse la dominait à présent de toute sa taille et ses paroles incompréhensible hérissèrent le poil seal point de la Chatonne endormie. Elle compris qu'il s'agissait la de son baptême mais lorsqu'elle tourna la tête pour découvrir son mentor, c'est un félin inconnu à la gueule déformé par une affreuse cicatrice qui l'observait, son souffle méphitique lui parvenant en pleine face. La siamoise poussa un gémissement avant de quitter le pays des songes, plongeant son museau dans la mousse de son nid.

L'odeur pourtant persistait et le cri de Petit Ver finit de réveiller la future apprentie qui redressa la tête, découvrant une scène loin d'être réconfortante. Petite Aubépine gisait dans son vomit, immobile et déjà, les premiers relents de la mort s'accrochait à son pelage. Sa soeur de sang, la joueuse Petite Pénombre semblait réconforter leur mère tout en paraissant chercher également réconfort. Quant aux rejetons de la meneuse du clan, la femelle était hors de vue, le mâle blanc sentait également le vomit et son frère lui léchait les oreilles tout en parlant une langue qu'elle ne comprenait guère. La siamoise se redressa lentement. Elle avait déjà été confronté à la mort mais celle de proie uniquement et découvrir un chat mort attisa autant sa curiosité qu'une répulsion naturelle. Un instant, elle hésita et finalement, elle riva ses yeux bleue saphir sur la reine qui pleurait.

- Elle ne sera plus malade maintenant qu'elle chasse avec nos ancêtres dans le firmament.

La petite ne savait que dire où faire d'autre, alors elle s'efforça de réconforter les autres en ronronnant d'une façon douce. Mais la Chatonne ne pouvait supporter cette odeur lourde de lait rancit et elle décida, sans cesser son ronronnement doux de s'emparer d'un peu de la mousse de son lit, la déposant sur le corps sale de la défunte avant de frotter avec toute la douceur dont elle était capable. Un haut le coeur vint bien la secouée mais elle garda le contenu de son dernier repas, sortant de la pouponnière en la poussant la mousse nauséabonde. L'air frais nocturne l'apaisa aussitôt, lui donnant des idées plus claire. Le cris surgit alors de sa gorge, appel bruyant qui réveillerait forcément des chats plus âgées.

- A l'aide !

_________________

Merci Louaseau :keur:

Firma la belle <3:
 


Merci Plume pour la cute Firma :keur:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage de Braise
♪ Apprentie
avatar
Messages : 941
Date d'inscription : 27/02/2017
Age : 24

Carte d'identité
Âge: 10 lunes (décembre)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Guêpe Sauvage

MessageSujet: Re: To the moon...   16.10.17 0:05

To the Moon
PV CLAN

Comme à son habitude, depuis les dernières semaines, elle avait eu de la difficulté à trouver sommeil, au point qu'après le troisième réveil en sueur, elle s'était extirpée de sa tanière pour aller voir autour si le sommeil ne lui viendrait pas ailleurs. Tournant autour du campement, elle n'arrivait pas à grand chose, ressassant sans cesse la mort d'Étoile de Corbeau, qui pour une raison ou une autre refusait de lui foutre la paix. Un peu comme Étoile du Lion, quelque temps auparavant. Ce devait être une histoire d'Étoiles; le meurtre ne devait pas être trop apprécié là-haut. Et puis, l'intégration d'un étranger, elle? Ce n'était pas encore fait, Étoile de Suie n'en avait parlé à personne d'autre que son lieutenant, mais l'idée d'accepter Waffle parmi les siens la travaillait. Les Étoiles devaient bien le savoir. Et en être révoltées. Et donc, ils lui envoyaient cauchemar après cauchemar, histoire de la rendre chaque jour un peu plus folle. Ou alors. Elle devenait folle par elle-même et n'avait besoin de personne pour s'enfoncer.

L'une option était tout aussi terrible que l'autre, et Étoile de Suie se retrouvait à faire les cents pas autour d'un arbre décharné par l'automne en espérant trouver réponse à ses angoisses. Peut-être que ce serait Nuage Hivernal qui reviendrait avec des pistes de solution, en même temps qu'un nouveau nom et une nouvelle responsabilité. Peut-être qu'elle aurait une vision utile aux pierrailles, et serait capable d'apaiser sa cheffe. Dans tous les cas, elle ne pouvait pas être pire que Songe Lunaire, qui déjà n'avait été qu'une piètre guérisseuse, et qui désormais était une encore pire guerrière. Il lui faudrait remédier à la situation sous peu. Un bannissement, peut-être. Rien pour lui gagner l'approbation des Étoiles, mais voir l'argentée se balader dans le clan avec sa mine détruite n'aidait en rien son moral. Loin des yeux, loin du coeur, et tout irait pour le mieux.

C'était donc de sombres reflections qui la trouvaient en cette nuit, et la vie ne semblait avoir aucune envie de la rassurer: un cri déchira les ténèbres. Avoir été une mère un peu plus digne, Étoile de Suie aurait reconnu là la voix de son fils; mais en l'instant, tout ce qu'elle pouvait savoir était la location de l'appel. Maugréant contre ce qui était fort probablement un mauvais rêve de gamin qui venait la tirer de ses réflexions de la plus haute importance, la meneuse fit chemin inverse en direction du campement. Là, elle trouva la pouponnière bien agitée, vu de l'extérieur, et un nouvel appel à l'aide la poussa à y entrer. Aussitôt, elle fut assaillie non seulement par l'odeur quotidiennement mauvaise de l'endroit, mais par celle encore plus horrible de vomis âpre. Elle en aurait aussitôt fait demi-tour si, au milieu de l'endroit, ne se trouvait pas sa belle Vent du Désert complètement recroquevillée sur elle-même, le corps secoué par les sanglots. Oh.

Surmontant son dégoût, la femelle entra dans la pouponnière, tassant les boules de poils dans son chemin pour se rendre jusqu'à la tigrée. Et là, elle constata l'étendu du drame: Petite Aubépine gisait sans souffle. Le petit avorton de la portée, celle qui depuis sa naissance n'avait fait qu'être malade. Étoile de Suie n'avait rien dit, désirant pour une fois épargner les sentiments de la mère, mais elle n'avait eu aucun doute sur le destin de la gamine. Que cela se fusse terminé si tout la soulageait presque; au moins, Vent du Désert n'avait pas trop eu le temps de s'y attaché, et maintenant elle avait plus de temps et d'énergie pour s'occuper des autres sous sa charge, bien vigoureux. Mais ça, l'écaillée eut pour une fois la jugeote de ne rien en dire. Elle se glissa plutôt contre la dorée, frottant sa tête contre la sienne dans un rare élan d'affection.

─ Il faut faire sa veillée.

Sa voix, bizarrement, en était presque enrouée. Personnellement, elle n'en avait pas grand chose à cirer, de la veillée, surtout que Nuit Hivernale était encore au large. Mais les Étoiles comptaient pour Vent du Désert, et, surtout, elle devait jouer le rôle de chef, ne pas permettre que le corps reste dans la pouponnière pour toute la nuit. D'ici le matin, sa carcasse serait probablement couverte d'asticots, vu toutes les bactéries que transportaient ces gamins. Et puis, c'était sans compter l'odeur immonde. Déjà, il lui faudrait réveiller les apprentis, pour qu'ils se dépêchent à changer la couche de tout le monde. Mais ça non plus, elle n'en dit rien. Au lieu de quoi, elle se saisit du cadavre dans sa gueule, réprimant un haut le coeur, et traîna la chose dehors. Qu'ils viennent veiller, s'ils en avaient la force.


hrp:
 

_________________
F I C H E L I E N S C A R N E T
#C23727

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuit Hivernale
■ Guérisseuse
avatar
Messages : 283
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 16
Localisation : #Chocolatine

Carte d'identité
Âge: 27 lunes (juin)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage du Firmament

MessageSujet: Re: To the moon...   16.10.17 1:17

To the moon...

“ La mort peut arriver comme la pluie éteint le feu. ” feat. le Clan (Libre)

Nuit Hivernale marchait, laissant sa longue queue balayer le sol poussiéreux. Ses yeux vides fixaient l’horizon. Une lueur de colère mélangée à une haine profonde les faisaient briller avec insistance. Cette nuit avait été la pire de toute son existence. Tout d’abord, découvrir que les Clans allaient souffrir le martyr pour enchaîner avec un comportement dégoûtant de la part des étoiles. Sa grand-mère s’était amusée à pétrifier sa petite fille. Sa mère ignorait sa progéniture, préférant accomplir un rituel que de rassurer son enfant. Et tous les autres guerriers s’étaient contentés d’acclamer la nouvelle guérisseuse. Pourtant, ce message avait été envoyé par la globalité du Clan des Étoiles. Une preuve accablante de plus. Histoire de montrer à quel point ils se moquaient de leurs guérisseurs. Tant qu’ils obéissaient, soignaient et délivraient un message par ci par là de temps en temps, pourquoi s’en occuperaient-ils ? Je veux dire... ils n’en ont strictement rien à faire que leur loyale guérisseuse dépérisse dans la solitude. Étaient-ils obligés de lui infliger encore plus de souffrances ?... Non...

Alors qu’elle arrivait près du camp, elle aperçut Aile de Cristal, sa sœur, à l’entrée du tunnel. Cette dernière se releva telle une flèche dès qu’elle aperçut la nouvelle guérisseuse. Cependant, Nuit Hivernale fronça les sourcils. Que faisait-elle ici en pleine nuit ? De plus, son regard si familier aux yeux de l’ancienne apprentie lui donna un frisson de peur. Il s’était passé quelque chose en son absence. Et c’était grave. Très grave.

— Nuage Hivernal, tu es là ! Enfin ! Il est arrivé quelque...

La guérisseuse passa devant sa sœur et murmura un simple : « Nuit Hivernale. » avant d’entrer dans le tunnel, d’un pas pressé. Mais elle fut surprise de découvrir un camp mentalement aussi dévasté qu’un champs de bataille. Son regard se porta immédiatement sur la meneuse, Étoile de Suie. Elle était au-dessus d’un corps. Un petit corps. Inerte...
Nuit Hivernale ferma simplement les yeux, baissant la tête et s’asseyant. Cela devait arriver. Elle savait pertinemment de quel chaton il s’agissait. Trop faible, trop effacé... Petite Aubépine aura souffert dès sa naissance. Quand les effluves d’odeurs putrides arrivèrent au museau de la nouvelle arrivée, elle leva la tête au ciel.

— Réconfortez-la, elle. Sa douleur aura été courte mais beaucoup plus atroce. Si vous n’en êtes pas capables, c’est que votre place n’est tout simplement pas là-haut. Repose en paix, Petite Aubépine.

Elle avait murmuré, de sorte à ce que personne ne l’entende. Vent du Désert était certainement dévastée. De plus, Petite Pénombre aura toujours été proche de sa sœur. La guérisseuse ne voulait pas imaginer devoir perdre un autre membre de sa famille. Même si plus ridicule qu’Aile de Cristal, il n’y avait pas, elle s’y était habituée et appréciait cette dernière à sa juste valeur.

La femelle s’avança vers la scène du décès. Puis, entra dans la pouponnière, venant constater l’ampleur des dégâts. Elle ne lâcha aucun mots à Vent du Désert, de peur de dire une bêtise. Elle se tourna plutôt vers son antre, se dirigeant vers cette dernière à pas las. Oreilles et queues toujours aussi basses, elle pénétra à l’intérieur et s’arrêta devant sa réserve. Ses petites yeux ne cessaient de combattre le sommeil.
En faisant bien attention, elle attrapa un joli coquelicot. Aussitôt fait, elle en coupa les feuilles et cacha les graines à l’intérieur des pétales. Le tout donna l’impression de voir une petite bouchée souris au blé... ça servirait à la calmer et à l’apaiser pour la nuit et la journée à venir. La reine n’en voudrait peut-être pas. Nous verrons bien.

Elle revint alors vers ses compagnons, un petit sac entre les croc, tentant de se frayer un passage parmi la foule. Elle réussit à atteindre Étoile de Suie. Jetant tout d’abord un regard au chaton décédé, elle salua ensuite la meneuse, préférant ensuite s’occuper de la mère dévastée. Ou peut-être devrait-elle attendre que la veillée se termine ? Oui, cela serait certainement plus respectueux pour Petite Aubépine. Elle se plaça alors dans un coin, posant son paquet et observant la scène d’un regard froid et détaillé. Comme à son habitude.

#iwhae pour epicode

_________________

©️Nix


Lou :heart::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 70
Date d'inscription : 05/09/2017

MessageSujet: Re: To the moon...   17.10.17 10:51

Alors là il y a MAMAN qui arrive et qui prend le corps et la guérisoigneur qui vient aussi et puis Petit Firmament qui dit des bêtises sur les étoiles qui sont nulles nulles nulles sinon les chatons mourraient pas et presque maman pleure et Moumouche essaye de me consoler et c'est le plus meilleur des fraternels et je l'aime BEAUCOUP mais je suis vraiment très triste alors je continue à wouwouwouer pas très fort mmaintenant, et je eux pas sortir de la pouponnière et je veux pas aller voir le petit corps tout froid à cause que la mort ça sent pas bon et je vais pas la toucher sinon je vais l'attraper et je serai le prochain mort des chatons et ça je veux pas.

Alors je me colle plus à Mouche et je suis tout secoué par les wouwouwou mais je vais plus vomir, c'est bon, et il me fait des papouilles su les oreilles, c'est bon, et je me tranquillise un peu et mon cœur va moins vite et j'ai plus de morve qui colle alors je lui parle tout pas fort pas dans le langage secret à cause que j'ai le cerveau à l'envers alors le langage secret c'est le vrai langage et vice-versa.
    Tu meurs pas toi, hein ?

+:
 

_________________

look at me mommy

par Uwny la plus belle

+:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirage du Désert
☀ Ancienne
Administratrice
avatar
Messages : 130
Date d'inscription : 16/08/2017

Carte d'identité
Âge: 40 lunes (Avr. 2018)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: /

MessageSujet: Re: To the moon...   21.10.17 14:32


ft. le Clan

To the moon...




Le calme et le silence de la mort avaient soudainement disparu pour laisser place à un chaos général au sein de la pouponnière.

Petite Pénombre se collait à sa mère, à la recherche d'une chaleur et d'un réconfort que Petite Aubépine ne pourrait plus jamais lui donner. Elle sanglotait, réalisant l'ampleur de la situation: les quelques séances de jeu qu'elle avait pu connaitre à ses côtés, si courtes et rares soient-elles, ne seraient plus jamais. La chaleur de son corps non plus. Un futur en tant qu'apprenties puis guerrières, disparu. Malgré la présence de ses frères et soeurs adoptifs, elle se retrouvait seule.

Petit Ver, lui, se mit à hurler de tout ses poumons, avant de vomir le contenu de son estomac. Face à la réaction de son frère et de sa nourrice, Boule Brûlante cherchait à disparaitre, espérant sans doute que le drame disparaitrait avec sa présence. Petite Mouche, chaton curieux et courageux, vint réconforter son frère dans un language que Vent du Désert n'aurait pu comprendre, même si elle y portait attention - ce qui n'était pas le cas. Petit Firmament alla appeler à l'aide.
Et, face à la panique générale, Étoile de Suie fit son apparition.

La jeune reine ne remarqua sa présence que lorsqu'elle vint l'étreindre. Pendant quelques instants qui lui semblèrent être une éternité, son esprit s'était fermé au monde, réalisant que sa fille était morte, et ce que cela impliquait. Morte. Un corps sans vie. Disparue.
Pendant longtemps, toute sa vie même, la mort ne lui avait jamais semblé si atroce. Après tout, elle n'était pas ignorante de ce qui l'attendrait lorsqu'elle pousserait son dernier souffle: comme tout ce qui croyaient, elle rejoindrait ses ancêtres, là-haut dans les étoiles. Une sorte de renaissance. Les anciens y retrouvaient apparemment leur jeunesse, le gibier était foisonnant... pourquoi en être triste?
Alors elle se dit que ses larmes n'étaient qu'égoïstes. Que là-haut, Petite Aubépine serait mieux traitée, mieux blottie, et n'aurait plus jamais mal. Qu'elle pleurait car sa fille était absente, et qu'elle le resterait toujours. Qu'elle pleurait pour sa propre douleur, et pas celle que son chaton avait ressenti toute sa courte vie. Et cette pensée lui fendit le coeur.

─ Il faut faire sa veillée.

D'un mouvement de la tête, elle acquiesça entre deux sanglots. La présence réconfortante de la meneuse la ramenait un peu à la réalité, malgré la douleur. Autour d'elle, quatre petits - vivants - dont il fallait s'occuper. Le monde ne s'arrêterait malheureusement pas de tourner à cause de la disparition de sa fille.
Elle va bien, elle va bien, elle est au Clan des Étoiles, elle sourit, elle est heureuse, elle court, elle n'est plus seule, elle est... se mit-elle à penser frénétiquement, dans l'espoir de pouvoir sécher ses larmes.
Un de ses petits venait de mourir. Elle ne voulait pas passer pour une mauvaise mère face à cette femme qu'elle aimait, vénérait, et qui lui avait confié ses enfants.

Nuage Hivernal - si c'était encore son nom, elle ne le savait pas - fini par rejoindre la pouponnière. Elle présenta un petit mélange de graines calmante que Vent du Désert ne refusa pas. Elle en avait besoin, et elle le savait. Il y avait les autres dont elle devait s'occuper. Ils avaient peur, ils étaient tristes, et tous avaient été réveillés.

Elle va bien, elle va bien... c'est fini maintenant, elle va bien...

Après avoir ingurgité le contenu du paquet, Vent du Désert s'en alla rechercher Petite Pénombre, Boule Brûlante, Petite Mouche et Petit Ver, les rassemblant près d'elle pour les réchauffer et leur faire la toilette. Elle invita également Petit Firmament d'un mouvement de la queue. Elle était peut être plus âgée, mais peut-être voudrait-elle les rejoindre.

Le corps de Petite Aubépine gisait là, quelque part, mais elle n'avait pas le courage de la regarder. Pas maintenant. Ses yeux étaient humides, rouges, mais elle ne pleurait plus. Il ne le fallait pas, le temps qu'elle calme la petite troupe. Et elle savait que si son regard se posait sur la défunte, son petit équilibre se briserait, et elle sombrerait à nouveau dans les larmes.

En tant que reine, pupille, et nourrice des enfants d'Étoile de Suie, il lui faudrait être forte. Elle n'aurait que peu de temps pour faire son deuil, se refusant de nuire à la santé des chatons à cause de son incompétence, encore une fois.

Elle ne reproduirait pas les même erreurs. Elle ne serait plus une mauvaise mère.
CSS ©️ S.REMAUD 2016

_________________
#825200

Par Cacaille la plus belle  :keur:

Désert humaine:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Secret du Firmament
♫ Apprentie-guérisseuse
avatar
Messages : 601
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 25
Localisation : Lorraine

Carte d'identité
Âge: 22 lunes (déc 2018)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuit Hivernale

MessageSujet: Re: To the moon...   22.10.17 10:18

To the moon ...
Pour une fois, l'approche de la meneuse fut un réel soulagement pour la petite siamoise qui la suivit à l'intérieur mais elle resta à l'écart. Nuage Hivernale venait de rentrée et elle ne tarda pas à son tour à entrer, pour Petit Firmament, leur présence signifiaient que tout cela était réel, que trop réel. Et pour la première fois elle découvrit à Etoile de Suie une capacité à être autre chose qu'une grosse chatte aigri ce qui la surprit car quoi que la scène ne lui soit pas destiné, la voir réconfortée Vent du Désert était un choc. Mal à l'aise, la petite se balança d'une patte sur l'autre, hésitant presque à se ruée dans la tanière des guerriers pour se blottir contre Cœur de Serpent. Mais elle le savait, cela réveillerait le camp et attireraient peut-être les foudres des guerriers et puis, sa mère avait délaisser la pouponnière car sa fille serait bientôt une apprentie non ? Oui, Petit Firmament avait presque six lunes et elle le savait, l'avait compris, sa mère était partie pour que Vent du Désert et ses petites ainsi que ceux de la cheffe aient de la place. Mais en cet instant, son absence devenait difficile.

Ce n'est que lorsque le calme revint, à peut près dans la tanière que Petit Firmament remarqua que la reine sable attirait à elle les autres petits, commençant déjà à les laver puis, surprise, elle riva ses iris bleu sur la chatte. Avait elle rêver ce mouvement de queue, cette invitation ? Visiblement non et Petit Firmament avança une patte peu assurée avant de finalement venir se blottir près d'une des pattes avant son aînée, laissant ainsi les plus petits accéder facilement au lait nourricier dont l'odeur douce était toujours effacer sous celle, acre, du vomit. L'invitation touchée énormément la petite siamoise qui entreprit de donner des coups de langues chaleureux à la reine, ronronnant doucement dans l'espoir d'alléger son propre cœur et celui des félins l'entourant. Malgré le drame, la future novice avait, peut-être pour la première fois, l'impression d'appartenir à un groupe, un clan, une famille. La chaleur de la reine, des chatons plus jeunes avaient ce quelque chose de rassurant et son ronronnement amplifia sans même que la petite ne s'en rende compte, emplissant la pouponnière de ce bruit singulier, presque rassurant.

_________________

Merci Louaseau :keur:

Firma la belle <3:
 


Merci Plume pour la cute Firma :keur:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: To the moon...   

Revenir en haut Aller en bas
 
To the moon...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» moon cup, vous en pensez quoi?
» moon invaders, alton ellis, ska et reggae,
» The Moon on a Stick (forum special)
» MOON GRAFFITI ?
» Les Moon Dreamers d'Abekei !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE PROPHETIES BEGIN :: RPG :: Clan du Tonnerre :: Camp du Tonnerre :: Pouponnière-