THE PROPHETIES BEGIN

Thème IV - Les Lunar Pod
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [LP] Requiem - end

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Écaille d'Or
▬ Guerrière
avatar
Messages : 360
Date d'inscription : 02/04/2017
Age : 20

Carte d'identité
Âge: 18 lunes (Février 2018)
Description du personnage:
Mentor/apprenti:

MessageSujet: [LP] Requiem - end   06.02.18 20:53




Requiem

Rp solitaire.


... Le déni.

... La colère.

... La culpabilité.

... La douleur.


Théoriquement quatre des phases du deuil, se déroulant les unes après les autres. Alors pourquoi diable les ressentait-elle toutes à la fois en ce moment, se bousculant dans son crâne, agitant son corps de spasmes et de soubresauts, au rythme des larmes qui inondaient ses joues et brûlaient ses yeux clos ?

Elle détestait être comme ça, elle détestait ce qu’elle ressentait. Elle se détestait. Ce n’était pas faute d’avoir repoussé ses émotions, tout ce temps. Mais aujourd’hui, elle avait ouvert les yeux et brisé son reflet dans l’eau.
Sans même prendre la peine d’aller consulter Nuage des Ruisseaux, le cou encore imbibé de sang – son sang – elle avait quitté le campement, une fois tout en ordre. « Tout en ordre » hein ? Une fois les morts déplacés, le sang nettoyé, les petits terrifiés, retournés dans les pattes d’Eau Turquoise.
Les petits... ou ce qu’il en restait…
Oui, elle avait quitté le campement, soudainement prise d’une brusque envie de vomir. Étouffant, manquant d’air, elle avait fuit entre les roseaux, sa vue brouillée par le mal-être qui grandissait en elle, qui se nourrissait de son corps à mesure qu’il se développait.

Son réflexe fut de courir, courir aussi vite qu’elle pouvait, jusqu’à perdre haleine. Elle savait que ses pattes la guideraient vers sa mère adoptive, elle, fille de la rivière. Elle ne freina d’ailleurs pas sa course en arrivant vers le cours d’eau, se jetant à l’intérieur comme un enfant dans les bras de ses parents, en quête de réconfort.
Mais la Rivière n’avait pas la fibre maternelle : sa température glaciale transperça son corps de toute part, lui faisant l’effet de milliers de crocs plantés dans sa chair ; son fluide continu lui bloqua l’accès à l’air, la plongeant dans l’asphyxie la plus totale. Écaille d’Or ferma les yeux, acceptant sa sentence, le corps ballotté par l’eau gelée. Et comme pour la remercier, Rivière balaya son sang, l’emportant avec le courant. Quant à sa température glaciale, elle se chargea de cautériser la plaie chirurgicale qui lui avait été administrée, à la nuque. Sareth était un expert et faisait du travail propre.

Les muscles de la femelles rousse ne tardèrent pas à s’engourdir, sous l’effet du froid. Son cœur ralentit son rythme, tandis qu’en apnée, elle se laissait couler, offrant son destin à la rivière. Elle voulait bien que les poissons se repaissent de sa chair, si cela pouvait faire revenir les choses à la normale.
Sa vie contre celle de ses proches défunts. Aigue-Marine, les chatons enlevés.

« Prenez-moi et rendez les-leurs. » Voulu-t-elle crier aux Étoiles.

Mais les seules choses qui sortirent de sa bouche entrouverte furent des bulles. Et Écaille, semi-consciente, suivit des yeux leur courte ascension vers la surface.
Impossible de dire si elle l’interpréta comme un signe, mais l’événement la tira de sa torpeur et, alors que son dos s’apprêtait à toucher le fond, elle se servit de ses pattes pour se propulser vers la lumière.
Sa tête sortit brusquement de l’eau et ses narines, tournées vers le ciel, aspirèrent une grande goulée d’air pour regonfler ses poumons. Elle se tira de là, nageant vers la terre ferme pour finalement remonter sur la rive, frigorifiée.

La guerrière resta là un moment, sans prendre la peine de s’égoutter, laissant le froid la transir. Le regard dans le vide, elle laissa les images d’horreur défiler : le corps sans vie d’un apprenti, déchiqueté. Celui d’Étoile de Pierre, inanimé, étalé devant la cheffe du Tonnerre – qui ne méritait plus ce titre – comme un pantin désarticulé. Et celui d’Aigue-Marine, - oh Aigue-Marine ! - éventré. Des chatons, des chatons qui couraient partout dans le campement. Enlevés. Probablement entre les pattes des Lunar pod ou du clan du Tonnerre.
Elle avait promis. Promis de protéger les enfants d’Aigue-Marine et d’Étoile de Pierre, comme toute bonne marraine aurait du faire. Et aujourd’hui, contre son gré, elle avait menti. Elle avait craché sur sa promesse, réduit à néant le dernier souhait de sa défunte amie.

Minable.

La femelle se traîna péniblement jusqu’à la colline, affaiblie par le combat, et frigorifiée. Son poil alourdi par l’eau la ralentit dans sa montée, mais elle ne s’ébroua pas. Le poids de son pelage n’était rien comparé à celui qui pesait dans son cœur.
Et de là-haut, elle put poser ses yeux sur la forêt du clan du Tonnerre, qui se déroulait en contrebas. Elle y aurait volontiers mis le feu - si les chatons ne s’y trouvaient pas actuellement - réduisant Suie à ce qu’elle était réellement : des cendres. Des misérables cendres que le vent disperserait. Elle avait trahi les Étoiles et ne méritait plus le respect qu’Écaille, inférieure hiérarchiquement, lui devait autrefois. Elle avait tué par deux fois, renié leurs ancêtres, kidnappé des chatons et perdu le peu d’honneur qu’elle avait jadis. Suie n’était plus qu’une merde. Une pauvre merde, minable. Et Écaille d’Or rêvait du jour où ses crocs se refermeraient sur sa nuque, pour la renvoyer vers les étoiles afin qu’elle y reçoive son châtiment.

Mais Suie attendrait. Se forçant à se redresser pour se donner un peu de constance,
les yeux de la femelle rousse, baignée dans la lumière du soleil qui déclinait, se levèrent vers le ciel rougeoyant. Rouge, comme le sang qui avait coulé aujourd’hui.
Cette nuit, elle défierait la lune. Cette putain de lune qui lui avait enlevé ses proches. Elle lui montrerait que le combat n’était pas terminé, qu’en réalité, il avait juste commencé.

… parce que là était sa nouvelle promesse, qu’elle ne briserait pas cette fois-ci : si les Lunar Pod s’étaient permis d’ôter des vies, avec cruauté et sans aucune raison, alors Écaille d’Or se faisait le serment de retirer la leur, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus un.




_________________
#955252


Best ship ever:
 

Autres images (big size sry):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[LP] Requiem - end
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The requiem of death (Finisss)
» Requiem du Guerrier [Ombre]
» The Book. [Eva, Sonata, Requiem]
» REQUIEM V.2 ◑ « Flesh & Blood. // I'm Alive. »
» [UPTOBOX] Requiem for a Dream [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE PROPHETIES BEGIN :: Au commencement :: Archives :: RPG-