The Propheties Begin

Thème II - Le redoux
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fight Club - abandon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Petite Rafale
Invité
avatar

MessageSujet: Fight Club - abandon   07.08.16 17:26

Un mouvement brusque fit sortir de ses rêves Petite Rafale. Le chaton cligna des yeux avant de se tourner vers Patte de Musaraigne, la reine à la robe sombre bougeait en effet parfois dans son sommeil mais ses deux petits Petite Bourre et Petit Romarin, qui étaient pourtant blottis contre elle, ne semblaient jamais le remarquer. Sachant qu'il n'arriverait pas à se rendormir, le mâle gris tacheté fit attention à ne pas réveiller sa sœur Petite Bruyère puis s'éloigna. La pouponnière était encore relativement calme à cette heure – enfin cela ne durerait pas. Petite Rafale sautilla jusqu'à l'entrée du buisson de ronce qui barrait l'entrée et contempla le camp où quelques guerriers se rassemblaient déjà pour partir à la chasse malgré les nuages menaçants. Un matou à la fourrure clairsemée de tâches brunes le remarqua puis s'avança jusqu'à lui, un faisan dans la gueule.

    ▬ Bonjour, Petite Rafale, je vois que tu es déjà levé pour la patrouille de l'aube ! Miaula Saut de Lièvre, son père adoptif.

    ▬ Je peux venir avec toi ? Aller, j'ai presque six lunes ! Je battrais n'importe chat du Clan de l'Ombre ! Le supplia-t-il tout en reproduisant un enchaînement maladroit que lui avait montré un apprenti quelques jours auparavant.

Saut de Lièvre ronronna puis donna une petite pichenette sur l'oreille du chaton qui plissa les yeux, vexé. C'est vrai, je suis plus grand que tous les chatons de la pouponnière... se dit-il. C'est alors que Patte de Musaraigne sortit de la tanière, ses petits à sa suite. Ces derniers accoururent tout de suite vers leur père, Petit Romarin jeta néanmoins un regard assassin à Petite Rafale qui sentit les poils de sa nuque se dresser. En effet, le jeune félin détestait qu'il s'approche trop près de son père.

    ▬ Tu allais le nourrir avant tes propres chatons ? Demanda sèchement Patte de Musaraigne sans même accorder la moindre attention à Petite Rafale.

    ▬ Arrête ça maintenant, tu sais bien que je n'aime pas la façon dont tu traites Petite Rafale et Petite Bruyère, répondit le matou brun et blanc en toisant durement sa compagne.

La tension était palpable entre les deux chats mais quatre petits y étaient habitués. En effet, l'adoption du chaton gris et de sa sœur était un sujet de discorde entre Patte de Musaraigne et Saut de Lièvre. Petite Rafale savait très bien que sa mère adoptive ne voulait pas de rejetons en plus – et encore moins ceux d'un lâche qui a échangé sa vie de Clan contre celle d'un chat domestique. Et le vétéran n'approuvait pas la façon dont sa compagne et leurs petits se comportaient en présence d'eux.
Finalement, Saut de Lièvre leur déposa sa proie puis rejoignit ses camarades pour la patrouille de l'aube. Petite Rafale et Petite Bruyère attendirent donc patiemment que Patte de Musaraigne daigne leur donner leur part après que ses petits aient fini. Quand ils furent rentrés dans la pouponnière, Petite Bruyère ne put s'empêcher de se plaindre.

    ▬ Ils nous ont laissé que les os et Petite Bourre n'a pas arrêté de ronfler toute la nuit ! Pesta-t-elle.

    ▬ Ne t'inquiète pas, nous chasserons bientôt pour nous-même et tout le monde verra que nous valons mieux que ces cervelles de souris ! Répondit-il en relevant la tête.

Petite Bruyère leva les yeux au ciel puis soupira, exaspérée par les paroles de son frère. Elle se dirigea elle aussi dans la direction de la pouponnière. C'est sûr que si tu ne fais que pleurnicher, personne ne t'écoutera ! pensa Petite Rafale en reniflant. C'est alors que son ventre gronda. Je n'en peux plus d'attendre ! Je vais chasser maintenant et prouver au Clan que je ne suis pas un incapable comme mon père ! Le chaton à la fourrure en bataille regarda autour de lui et il n'y avait seulement que deux apprentis attendant leurs mentors et un ancien qui somnolait dans la clairière. Les autres étaient dans leurs tanières à cause de la pluie de la veille ou en patrouille. Il se glissa donc entre les rochers pour s'éclipser hors du camp. Ils vont voir que je suis le meilleur guerrier de tous les temps et ils seront bien heureux de m'avoir parmi eux ! se dit-il, déterminé à prouver aux autres sa valeur.


Dernière édition par Petite Rafale le 11.08.16 20:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cri des Albatros
▬ Guerrière
avatar
Messages : 492
Date d'inscription : 16/05/2016

Carte d'identité
Âge: 12 lunes (juin)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage Nacré

MessageSujet: Re: Fight Club - abandon   08.08.16 19:56

red morning, devics

Bien blottie contre le ventre de sa mère, Petit Albatros dormait en boule paisiblement. Habituée à se lever plus tôt pour profiter de la fraîcheur matinale, elle fut réveillée prématurément par un bruit de bruissement dans les litières, de respiration accélérée et, de façon plus générale, de mouvement. Elle fronça les sourcils et soupira. Sa sœur contre elle, elle se leva brusquement, l'air passablement agacée. Se fichant de savoir si le reste de sa fratrie et si sa mère étaient réveillés par sa délicatesse si notoire, elle sortit de la pouponnière sans faire attention à quoique ce soit.

Comme prévu, le soleil brillait faiblement. Ses rayons estivaux n'étaient pas brûlants comme en plein après midi, mais baignait le Clan du Vent dans un réveil doux et ne faisait que réchauffer sa peau. C'était son moment préféré. Quelques guerriers à sa gauche se préparait pour aller patrouiller. Elle les regarda avec un air fasciné. Un jour, elle aussi sortirait de la tanière des guerriers, les muscles saillants, l'air sage, prête à aller chasser pour nourrir la tribu. Cependant, elle n'avait clairement pas le courage de s'enfuir seule du Clan pour aller explorer les territoires du Vent. Elle en avait vaguement entendu parler, par le biais des conversations entre Force de l'Ours et Coeur Vaillant. Les reines parlaient parfois des conflits avec les autres Clans, par rapport à des terres de passage. Petit Albatros avait du mal à comprendre en quoi avoir des terres pour aller autre part était un problème en soit, partant du principe que chaque territoire débouchait sur un autre endroit. Son explication mentale était aussi confuse que sa compréhension et témoignait du fait que la gamine avait encore beaucoup à apprendre avant de maîtriser toutes les subtilités de la vie politique de la forêt.

Ses petites pattes foulèrent la poussière et elle sautilla pour atteindre le tas de gibier, la faim dévorant son ventre. Elle leva un sourcil devant les charognes et fit une mine renfrognée. Elle méritait mieux que le gibier chassé d'il y a trois jours. Elle voulait une proie fraîche, croquer la vie à pleine dent, l'arracher, sentir le dernier frisson d'une proie. Elle voulait chasser, et ses instincts de chasseur, jusqu'à alors enfouis, se révélèrent. Elle regarda l'entrée du camp. Quel dommage, elle était trop peureuse pour partir à l'aventure. Une tâche se détachait du décor, se hissant dans les deux petits rochers. Elle plissa les yeux. Sa vie allait peut – être devenir plus passionnante à partir de maintenant. Petit Albatros fléchit ses pattes et tenta d'être aussi silencieuse que possible. Pressant le pas, le dos courbé, elle arrivait vers les rochers et huma l'air pour sentir quel était le chat qui était sorti. Il sentait le lait frais et la bourrache. C'était un chaton. Elle accéléra le pas, se questionnant. Quel imbécile avait pu partir seul sans faire attention à quoique ce soit. Une silhouette se détacha de l'horizon quand elle tourna la tête, pas long d'elle. Le chaton était tigré, le pelage épais et l'air aventureux. Petite Rafale. Elle eut un petit rictus. Elle aurait du s'en douter.

« Hrm hrm. On dirait que tu t'es perdu Petite Rafale. Le camp c'est par là bas. »

Elle marqua une pause et ferma les yeux, s'asseyant calmement en rassemblant ses pattes totalement blanches devant elle. Son regard était droit, tout comme ses oreilles et son corps. Elle paraissait calme, froide soudainement. De l'albatros aventurier, elle planait désormais au dessus du chaton avec son air suffisant et méprisant. Elle aurait du s'en douter. Petite Rafale était une tête brûlée, un téméraire. Qu'un renard vienne près de la pouponnière, il serait capable de lui foncer bêtement dessus au lieu de laisser les guerriers faire et fuir se mettre à l'abri. Les mâles semblaient stupides. Elle s'avança vers lui, la tête haute, le regard neutre, le sourire en barre de métal et la queue décrivant des ondes au dessus d'elle.

« Je pourrais hurler et faire venir une troupe de guerriers pour venir nous chercher. Je n'aurais qu'à dire que tu es parti et que je t'ai suivi pour te ramener. Ce qui s'est passé. Je pourrais te dénoncer, Petite Rafale. » Ses oreilles s'affaissèrent et elle laissa ses sourcils tomber doucement sur ses yeux. « Je m'ennuyais. Tu pourrais me laisser venir avec toi aussi. On pourrait s'amuser ensemble. » Un sourire apparut sur son visage au fur et à mesure que ses griffes sortaient. « S'il te plait, Petite Rafale. Sois gentil. Que tu aies au moins ça pour toi. »

Pour une fois, Petit Albatros agissait comme une personne à peu près amicale. En vérité, elle n'avait pas spécialement envie de faire de Petite Rafale son ennemi. Ils pouvaient se battre, elle en rirait de manière hystérique et se sentirait possédée par l'accès de violence qu'elle produirait. Qu'ils aillent vagabonder dans la forêt en quête d'aventure, elle fuirait au premier danger en hurlant à Petite Rafale de se tirer avec elle, quitte à lui faire mal. Elle voulait s'amuser. Et si Petite Rafale refusait, elle s'empresserait de rentrer prévenir le camp qu'un chaton manquait à l'appel en s'attirant la gloire et la fierté.

Spoiler:
 

_________________




LES VENTEUX C'EST TROP DES BG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Fight Club - abandon   11.08.16 18:00

    ▬ Hrm hrm. On dirait que tu t'es perdu Petite Rafale. Le camp c'est par là bas.

Le chaton gris se retourna d'un bond vers la voix railleuse, les poils de son dos et de sa queue tous hérissés. Les yeux écarquillés, il chercha un instant du regard le félin qui venait de découvrir son petit manège et qui manifestement, s'en amusait. Un peu plus bas que lui se trouvait une petite chatte au pelage immaculé et aux yeux pourpres, c'était Petit Albatros. Cette dernière était assise et se tenait droite, la tête haute et fière, elle le toisait d'un air hautain. Le chaton tigré grogna et plissa les yeux, sa compagne de tanière était une vraie plaie pour les habitants de la pouponnière.
En effet, d'après ce que Petite Rafale avait compris, la femelle blanche était malade – d'où l'étrange couleur de ses yeux qui le faisait toujours frémir d'horreur – si bien qu'elle ne pouvait pas sortir dehors lorsqu'il y avait du soleil et qu'il ne fallait pas faire de jeux trop brutaux avec elle dans les parages. Aussi, ses parents la chouchoutaient et elle avait alors tendance à se prendre pour la cheffe de la pouponnière. Petit Albatros était vraiment une chatte insupportable. D'ailleurs, quand elle s'avança vers lui avec son allure carnassière, Petite Rafale ne put réprimer un soupir d'agacement, attendant le moment où elle ouvrirait de nouveau la gueule pour l'achever. Car oui, Petit Albatros n'allait certainement pas le laisser s'en tirer comme ça. Sûrement, lui ferait-elle du chantage ou le dénoncerait à leur meneur pour le faire bannir du Clan. A cette pensée, le chaton gris tigré frémit de terreur.

    ▬ Je pourrais hurler et faire venir une troupe de guerriers pour venir nous chercher. Je n'aurais qu'à dire que tu es parti et que je t'ai suivi pour te ramener. Ce qui s'est passé. Je pourrais te dénoncer, Petite Rafale, fit-elle.

Le petit se figea en la regardant d'un air effaré. Il s'apprêtait à l'interrompre pour la supplier de se taire mais la chatte continua, elle parut tout d'un coup moins méprisante et il crut même voir apparaître un sourire.

    ▬ Je m'ennuyais. Tu pourrais me laisser venir avec toi aussi. On pourrait s'amuser ensemble. S'il te plait, Petite Rafale. Sois gentil. Que tu aies au moins ça pour toi.

S'amuser ensemble ? Les oiseaux auront des dents quand tu seras amusante, pensa-t-il en agitant la queue. Petite Rafale était un peu soulagé qu'elle ne court pas au camp pour dire à tout le monde qu'il s'enfuyait et rejoignait son père – ce qu'il n'était pas en train de faire – mais il n'empêche qu'il n'aimait pas la situation dans laquelle il se trouvait non plus. L'albinos lui laissait deux options : lui permettre de venir avec lui dans la lande ou bien tout rapporter à leurs camarades. Tu parles d'un choix... Cependant, le chaton se souvint que la petite était la nièce de la guérisseuse et surtout qu'elle était encore plus jeune que lui, il s'inquiéta tout de suite. Que dira Cœur Fleuri si elle apprenait que Petit Albatros était partie en vadrouille sur le territoire du Clan du Vent sans surveillance ? Ou pire si elle s'était blessée à cause de moi ? Elle irait immédiatement demander à Étoile Fauve mon exil ! songea-t-il nerveusement.

    ▬ C'est hors de question ! Gronda-t-il, Tu es la nièce de la guérisseuse, Cœur Fleuri va me punir ! En plus, tu vas raconter n'importe quoi à tout le monde et ça sera encore de ma faute ! De toute façon, je ne garde pas les chatons capricieux.

Petite Rafale avait tourné la tête, voulant que sa résolution paraisse irrévocable. Et aussi peut-être pour ne pas voir la mine déçue de la femelle couleur neige, le chaton avait bien perçu l'ennui profond et même la solitude chez elle. La pauvre passait parfois des journées entières cloîtrée à l'intérieur de la pouponnière et n'avait rien à y faire puisque tous les autres chatons sortaient se distraire. Quelque part, il la comprenait un peu, étant lui-même rejeté par les autres à cause de son père, chat domestique. Ils étaient tous deux considérés par certains comme des boulets pour le Clan en fin de compte. Mais au moins, lui avait sa sœur avec qui passer son temps. Finalement, le visage éclairé plus tôt du sourire adorable de Petit Albatros – et ça personne n'en avait l'habitude – finit par le décider. Nous reviendrons très vite... Et puis il ne lui arrivera rien, le soleil est caché par les nuages, pensa-t-il en essayant de se convaincre lui-même.

    ▬ Bon... Qu'est-ce que tu fais, tu viens ou quoi ? Lui jeta-t-il par-dessus son épaule, Par contre, je te préviens c'est moi qui décide et quand je te dis quelque chose, tu le fais, c'est tout.

Et comme pour appuyer ses propos, Petite Rafale lui intima un regard menaçant – même si, au fond il le savait, Petit Albatros n'en aurait que faire de ses mises en garde. La petite avait gagné, cette fois en tout cas. Le mâle tigré leva les yeux au ciel en poussant un long soupir, il commençait déjà à regretter d'avoir accepté la petite femelle fragile.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Cri des Albatros
▬ Guerrière
avatar
Messages : 492
Date d'inscription : 16/05/2016

Carte d'identité
Âge: 12 lunes (juin)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage Nacré

MessageSujet: Re: Fight Club - abandon   17.08.16 0:37

burn the witch, queens of the stone age

« C'est hors de question ! Tu es la nièce de la guérisseuse, Cœur Fleuri va me punir ! En plus, tu vas raconter n'importe quoi à tout le monde et ça sera encore de ma faute ! De toute façon, je ne garde pas les chatons capricieux. »

Le rythme cardiaque de Petit Albatros s'accéléra. Ses griffes, totalement sorties, crissaient sur le sol. Elle détestait qu'on lui désobéisse. Elle haïssait qu'on se pense supérieure à elle. Elle méprisait les mâles qui se dandinaient pour deux lunes en plus. Ses pupilles étaient désormais deux fentes, plongées dans la mer rouge qu'était son iris. Les muscles tendues et la bouche en feu, elle était devenue une véritable bête, prête à réduire Petite Rafale en morceaux. Raconter n'importe quoi. Elle eut un petit rire et préférait l'hilarité face aux autres plutôt que la rage. Elle n'était pas de cette branche. Elle était du genre fourmi, à stocker toutes les informations au creux de son sac pour pouvoir les réutiliser. Elle avait connu l'oncle de Petite Rafale et l'avait mit à mal. Elle pouvait s'en moquer devant le chaton pour l'agacer. Le ferait – elle pour autant ? Non. Ce n'était pas le moment. C'était du gâchis.

« C'est drôle. Ta façon de parler est comme ta connaissance de ma famille : vide. » Elle leva les yeux au ciel. « Je suis pas une balance. J'ai pas que ça à faire d'aller gueuler que t'es sorti du camp. Puis s'amuser est plus drôle. Et j'ai plus à gagner. »

Elle s'apprêtait à partir, la queue entre les jambes mais les muscles tendus, les lèvres enflammées à l'idée d'aller se plaindre à tout le camp et sonner l'alerte. Elle pourrait dire que Petite Rafale l'avait insultée, il serait trop accablé d'accusations pour se plaindre d'un quelconque mensonge. Elle sourit, un sourire qui dévoilait ses canines. Elle pourrait faire descendre sa réputation, la réduire en cendres, puis quand il serait exilé, elle irait sur le sommet d'un rocher pour lui clamer qu'elle lui était supérieure en tout point. Elle lui dirait, la langue vénéneuse et les poumons convulsés par ses rires. Elle lui dirait qu'il était misérable. Elle lui gueulerait qu'il était qu'un poids pour la vie. Elle irait danser telle une ballerine fantôme autour de lui, riant aux éclats.

« Bon... Qu'est-ce que tu fais, tu viens ou quoi ? Par contre, je te préviens c'est moi qui décide et quand je te dis quelque chose, tu le fais, c'est tout. »

Ses oreilles se dressèrent sur son crâne. Elle détestait l'avouer, mais Petite Rafale l'avait étonné. Elle soupirait, ce gamin avait quelque chose pour lui. Elle se retourna sur un regard menaçant, auquel elle répondit par un mouvement de queue élégant et un regard tout sourcil en l'air. Elle s'en fichait. Elle sortait peu souvent, elle comptait en profiter. Elle commença par avancer tête haute en marchant dignement vers Petite Rafale, avant de sentir que l'adrénaline était trop présente dans son corps pour être contenue et courir en sautillant, un sourire aux lèvres, vers le chaton. Petit Albatros le dépassa et sauta dans un tas de feuilles.

« Cause toujours. Qui sait, tu pourrais gagner de l'estime à mes yeux. C'est déjà un cadeau énorme tu devrais me remercier. »

Elle rit et sautilla de partout. Elle était un chaton après tout. Elle sortait peu. Elle s'amusait peu. Elle vivait enfin. Elle savait que sortir du camp était interdit, mais elle comptait sur ses contacts pour la couvrir. Elle pourra dire qu'elle était partie chercher des remèdes pour Coeur Fleuri, elle l'avait vu il y a peu et cette dernière lui avait montré ses remèdes. Même si Petit Albatros avait peu de mémoire quant aux feuilles, elle avait retenu que les toiles d'araignées étaient très utilisées. De plus, c'était le seul remède qui ne ressemblait ni à une fleur ni à des feuilles. Autrement dit, elle avait peu de chances de se tromper. Elle se retourna et ouvrit la gueule pour dire son plan à Petite Rafale avant de se raviser. Qui sait, le chaton pourrait utiliser ceci contre elle. Elle préférait ne rien lui dire. Elle ne faisait pas confiance. Jamais. Le tigré était le neveu de Souffle du Loup, et sachant qu'elle nourrissait des relations peu diplomatiques avec ce dernier, elle préférait éviter de lui divulguer ses plans fourbes.

« Puis on ne risque rien. Bref, tu as un plan ? Tu voulais aller quelque part en particulier ? Je suis venue pour m'amuser, pas pour m'ennuyer avec un chat ayant l'intérêt d'un rat mort. » Elle eut un sourire amer, contrastant avec son aspect vif d'auparavant. « Et encore. C'est insultant pour le rat. »

Un bruit s'éleva dans la forêt. Elle crut entendre les feuilles craquer. Elle éclata d'un rire franc et sentit la joie lui enfler les feuilles. Ses pattes étaient folles, son sourire grand à lui exploser la mâchoire, elle se sentait légère. Elle avait envie de tout voir, tout entendre, tout combattre, tout faire. L'idée de se faire entraver le chemin par un chaton à peine plus vieux qu'elle la tuait. Elle n'allait pas lui obéir. Et puis quoi encore. Elle était Petit Albatros, elle volait au dessus de tout, des hommes, des chats, des rats, des lois.

« Ça a l'air drôle là bas ! Et si on y allait ? Allez Petite Rafale, on risque rien, on est des futurs guerriers du Clan du Vent, je suis sûre que si on avait un ou deux guerriers on régnerait sur ce tas d'arbre. Allez viens, ça va être drôle ! Puis c'est petit, c'est pas un renard, à la limite ça sera un lièvre. On aura qu'à courir le plus vite possible. On est du Clan du Vent, bon sang ! »


Elle souffla et se retourna, les griffes sorties et dents sorties dans un sourire. Elle ricana, et dire que Petite Rafale pensait pouvoir gérer les choses. Petit Albatros se plaisait dans son rôle de gamine incontrôlable. Si il refusait de s'amuser comme elle l'entendait, elle emploierait la manière forte. Au fond d'elle, elle soupçonnait que cette escapade allait se finir en bagarre. A moins qu'elle ne se calme. A moins qu'elle se contrôle. A moins qu'elle fasse des concessions.
A condition qu'elle apprenne à être adulte.

_________________




LES VENTEUX C'EST TROP DES BG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Fight Club - abandon   24.08.16 20:30

Dans un premier temps, devant son refus Petit Albatros allait repartir d'où elle était venue. Sa remarque l'avait pourtant piqué au vif. Qu'est-ce que tu aurais à gagner qu'on me punisse d'abord ? Se demanda-t-il en reniflant bruyamment. La petite se montrait vraiment cruelle et fourbe parfois. Ensuite, lorsque Petite Rafale céda à la femelle, il crut percevoir de la surprise chez elle. En tout cas, cette dernière n'en laissa rien paraître puisqu'elle poussa un soupir et le toisa de son regard rouge intimidant tout en le rejoignant d'une démarche royale et la tête tellement haute qu'elle toucherait les nuages ! Le chaton gris leva les yeux au ciel. Ce qu'elle est superficielle ! Pensa-t-il, excédé. La seconde d'après, l'albinos le dépassa et bondissait partout en riant aux éclats.

    ▬ Cause toujours. Qui sait, tu pourrais gagner de l'estime à mes yeux. C'est déjà un cadeau énorme tu devrais me remercier.

Petite Rafale grogna. Qu'est-ce que j'en ai à faire de ton estime ? Et puis te remercier pour quoi ? Pour être insupportable ? La féline blanche venait à peine de s'incruster dans son expédition qu'elle l'énervait déjà ! Le matou fronça le nez et enfonça ses petites griffes dans la terre meuble. Il devait lutter contre la furieuse envie qui le démangeait de lui arracher les moustaches ! Et le pire, c'est qu'ils devraient encore partager la même tanière quand ils seraient tout deux apprentis mais au moins, la journée ils n'auraient plus à traîner dans les pattes de l'eau pour le plus grand bien de tous. Il avait hâte que le jour de son baptême arrive...

    ▬ Puis on ne risque rien. Bref, tu as un plan ? Tu voulais aller quelque part en particulier ? Je suis venue pour m'amuser, pas pour m'ennuyer avec un chat ayant l'intérêt d'un rat mort. Et encore. C'est insultant pour le rat, miaula-t-elle d'une voix narquoise.

    ▬ Je te rappelle que c'est toi qui m'a supplié de venir. Si je t'ennuie tu peux t'en aller, je ne vais pas te retenir ! Espèce de boulet, marmonna Petite Rafale qui essayait de son mieux de contenir sa colère.

Petite Rafale entendit un son étrange provenant de la forêt et il commença à s'inquiéter, pas parce qu'il pourrait y avoir du danger mais parce qu'il était accompagné d'une créature inutile et malade. L'espace d'un instant, le chaton cendré s'interrogea sur la façon dont Petit Albatros pourrait servir leur Clan, après tout elle ne pourrait pas chasser ni combattre comme les autres chats, étant plus faible et craignant le soleil. Pourrait-elle au moins devenir guerrière ? Avec sa tante occupant la place de guérisseuse, sûrement... C'était d'ailleurs injuste ! Petite Rafale disposait de toutes ses capacités, lui et méritait plus que n'importe quel chat de recevoir aussi son nom de combattant. Quoiqu'il en soit, il était sûr que Cœur Fleuri trouverait toujours un travail pour la femelle immaculée, il les voyait en effet souvent ensemble et enviait beaucoup leur relation. Petit Albatros le sortit de ses songes.

    ▬ Ça a l'air drôle là bas ! Et si on y allait ? Allez Petite Rafale, on risque rien, on est des futurs guerriers du Clan du Vent, je suis sûre que si on avait un ou deux guerriers on régnerait sur ce tas d'arbre. Allez viens, ça va être drôle ! Puis c'est petit, c'est pas un renard, à la limite ça sera un lièvre. On aura qu'à courir le plus vite possible. On est du Clan du Vent, bon sang !

Le petit au pelage ébouriffé n'avait encore jamais vu sa camarade dans un tel état d'euphorie, elle qui était d'habitude de si mauvaise humeur avec les autres chatons et qui ne manquait jamais un commentaire acerbe. Oubliant presque qu'il détestait Petit Albatros et qu'il aurait peut-être de très gros ennuis, les paroles de celle-ci l'avait galvanisé, il l'avait rejointe des ricanements et il se sentait des fourmis dans les pattes ! Petite Rafale accourut vers la chatonne puis d'un bond, il atterri sur son dos et passa par-dessus elle. Le chat gris continua son sprint en direction de la forêt qui s'étendait devant lui, comme un adversaire menaçant qu'il allait affronter courageusement.

    ▬ Chats de la forêt, craignez Étoile de Rafale, le plus grand chef du Clan du Vent, et... Crotte d'Albatros, sa fidèle guerrière ! Brailla le chaton en jetant un coup d'œil par-dessus son épaule.

Il ne stoppa sa course que lorsqu'un grondement incessant ne se fit entendre. Sa fourrure doublant de volume et tous les sens en alerte, il se dirigea vers cette source de bruit malgré la peur que le poussait à rebrousser chemin. Mais qu'est-ce que c'est ? D'où ça vient ? Petite Rafale ne comprenait pas, il n'y avait rien devant lui... Il regarda le ciel quand l'une de ses pattes avant ne trouva plus le sol. Aussitôt, le félin gris tigré recula et tomba sur son arrière-train, il s'approcha ensuite avec vigilance jusqu'à voir un trou béant dans le sol qui s'allongeait jusqu'aux bois. Il y a de l'eau en bas ! Se dit-il, les yeux écarquillés.
Revenir en haut Aller en bas
Cri des Albatros
▬ Guerrière
avatar
Messages : 492
Date d'inscription : 16/05/2016

Carte d'identité
Âge: 12 lunes (juin)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage Nacré

MessageSujet: Re: Fight Club - abandon   01.09.16 2:31

sommarfågel, wintergatan

Espèce de boulet. Petit Albatros leva les yeux au ciel en soupirant. Elle, un boulet ? Elle était plus légitime que lui, le fils de chat domestique. Elle espérait désormais que son père s'amuse avec sa nouvelle vie.
Cependant. Elle pouvait l'envier. Il vivait désormais une vie tranquille, à manger des croquettes certes fades mais il ne risquait pas de se faire dévorer par un blaireau. Jamais il n'avait l'inquiétude de ne plus avoir rien à becter sur le tas de proies. Jamais non plus il ne serait sale au point de se sentir crasseux jusqu'aux os. Après tout, la vie du chat domestique était si simple. Ils étaient des princes dans un domaine en porcelaine. Ils pouvaient tout frôler sans risquer de ne rien casser. Leur paradis était fragile, ils allaient connaître la vie sauvage et tout foutre en l'air pour x raisons. Petit Albatros serra les dents en y pensant.
Si elle rencontrait un jour un ancien domestique devenu solitaire ou guerrier, elle en deviendrait folle de rage. A quel moment dans sa vie on sacrifie sa vie pour le danger pour son plaisir ? Elle ne blâmait ceux qui le faisaient par nécessité, suite à un drame ou à de mauvais traitements. Elle blâmait en revanche ceux qui, malgré la chance qu'ils avaient, leur vie bien rangée, décidaient délibérément de mettre leur vie en danger. Être traité par toute une forêt ne leur suffisait pas non, ils semblaient être de vieux pantins masochistes qui s'amusaient à vendre leur vie contre l'Enfer au plus offrant. Elle fronça les sourcils, le museau. C'était méprisable.

Sans se l'avouer, elle comprenait davantage le parcours du père de Petite Rafale plutôt que celui des domestiques devenant sauvage. Il connaissait les deux modes de vies, l'un par des rumeurs et l'autre pour l'avoir vécu. Cependant, avouer son incompréhension mais son empathie serait démonter un des sujets de raillerie principal envers Petite Rafale. Le pauvre petit haïssait qu'on se moque de ses origines à la pouponnière. Petit Albatros avait son albinisme, Rafale ses origines. Dans le cas, ils n'en étaient absolument pas responsables et devaient se trimballer sur leur dos fragile leurs tares sur des kilomètres, toute la vie paraît – il. Tous deux faisaient avec, la hargne au ventre, le cœur battant.

« Chats de la forêt, craignez Étoile de Rafale, le plus grand chef du Clan du Vent, et... Crotte d'Albatros, sa fidèle guerrière ! »

Crotte d'Albatros ? Elle rit nerveusement. Elle se mit à songer que dans deux lunes, elle serait apprentie. Elle se demandait encore si elle allait s'appeler Nuage de l'Albatros ou Nuage des Albatros. Etoile Fauve préférait – il l'unicité à la pluralité ? En tant que chef, les grands disaient de paraître toujours gentils entre camarades venteux en Assemblée. Elle tressaillit. Les Assemblées. Elle allait bientôt pouvoir aller en Assemblée. Elle s'imaginait bien Etoile Fauve, présentant ses nouveaux apprentis. « Je vous présente Nuage de l'Albatros, notre nouvelle apprentie ! » Elle en tremblait. Son cœur s'emballa quand elle se posa la question de son mentor. Sa mère ? Elle ne pourrait pas. Elle s'entendait très bien avec, mais elle savait que Coeur Vaillant allait la materner encore et encore. Elle avait besoin de grandir et de se voir confronter à de nouvelles personnes, et plus seulement sa famille. Un sourire se peigna sur son visage, et si Etoile Fauve la prenait en apprentie ? Elle aurait rougit si son pelage le permettait. Jamais. Jamais un chat aussi important que le monarque n'allait prendre une jeune malade comme elle. Sa queue s'agita dans les airs. Elle leva la tête vers Petite Rafale qui jouait.
Elle avait prévu de se sociabiliser. Autant laisser ses interrogations de côté. Elle en parlerait à Petit Alcidé, son frère, ou bien sa tante, Coeur Fleuri.

« Tu sais, les étoiles ça brûle rapidement mon petit Rafale ! » dit – elle en ricanant. « D'ailleurs en parlant de noms de guerriers, t'as des idées pour le tien ? Même si c'est Etoile Fauve qui choisira, t'as des envies ? » Elle fit mine de réfléchir et aborda un sourire de coin avec un air joueur. « Rafale Lâche. Ça t'irait bien. Petit lien avec ton histoire en plus, c'est chouette. »

Elle leva un sourcil, invitant Petite Rafale à lui répondre. Si Petit Albatros aimait quelque chose plus que tout, c'était bien les provocations gratuites. Elle demeurait fascinée de voir la qualité de la répartie des autres, aspirant leur imagination à la paille, mangeant leurs répliques à la petite cuillère. De plus, les joutes verbales l'amusaient, elles étaient génératrices d'une certaine idée de chaos qui lui plaisait. Elle voyait tellement de sentiments qui s'y dégageait : de la fierté pour soi, du mépris pour l'autre, du travail intellectuel, de la recherche. C'était formidable. En attendant sa réponse, le grondement attira son attention. Au départ, elle s'imaginait une sorte de gigantesque bête, un véritable dragon qui s'apprêtait à les punir de leur insolence et de leur fuite du camp. Elle s'attendait à devoir lui supplier, se plaindre pour qu'il ait pitié d'elle. Elle était prête à vendre sa dignité, le peu qui en restait, pour quelques vies et demi. Petite Rafale s'approcha, elle décida d'en faire de même.

Devant eux s'offrait une gigantesque brèche. Au centre coulait de l'eau, produisant un vacarme assourdissant. Elle fronça le museau. Elle ignorait que l'eau produisait un tel boucan en s'écrasant. Elle n'imaginait même pas la scène si par malheur un chat se trouvait en dehors. Elle songeait aux chats de la Rivière qui savaient nager. Elle les imaginaient en train de remonter la cascade, tous ensembles, en hurlant des cris de guerre. Elle en eut des frissons. C'était terrifiant. C'était impressionnant. C'était fou.

« Ça serait dommage qu'un de nous ne tombe dedans, hein ? »

Un sourire s'esquissa sur son visage, avant de progressivement se transformer en rire très nerveux. Ah oui. Ça serait bien fâcheux. Surtout qu'elle ne se voyait pas aller récupérer Petite Rafale, ou sauver sa peau. Elle était incapable de nager. Les membres du Vent courraient comme des flèches, savaient gérer la direction du vent et l'utiliser à leur avantage pour traquer des proies rapides ou des ennemis. En revanche, nager … C'était du ressort des agréables faces de poissons comme on avait tendance à les appeler.

« Non vraiment ça craint comme endroit, puis vu comment t'es maladroit tu risques de tomber et désolée mais je vais pas te repêcher moi. Viens on s'éloigne, y a un grand terrain de jeu là bas où le pire qui peut nous arriver, c'est de nous faire chopper par un faucon. Mais en général on les entend venir de loin, c'est pas comme si c'était le top de la discrétion des immenses ailes qui vont « pouf pouf pouf ». » Elle lui jeta un regard et soupira. « Tu devais être un faucon dans une autre vie, mon pauvre ami. »

S'éloignant doucement de la cascade, elle plaqua ses oreilles contre son crâne, tout de même inquiète. Son âme de casse cou s'était soudainement métamorphosée en âme anxieuse, et l'idée de plonger à 30m en dessous et de se faire écraser par des tonnes d'eau ne l'enchantait pas vraiment. Regardant Petite Rafale, elle le suppliait du regard de reculer. Petit Albatros était devenue l'incarnation même du malaise.

_________________




LES VENTEUX C'EST TROP DES BG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Fight Club - abandon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fight Club - abandon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Clubs et associations ∞ La première règle du Fight Club est "il est interdit de parler du Fight Club".
» Tar'ta gueule à la récré !
» Citations de vos films préférés.
» Un Fight Club made in Fairy Tail ça vous tente ?
» [Rôles] Les Personnages

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Propheties Begin :: Au commencement :: Archives :: RPG-