The Propheties Begin

« Il eut un chat qui osa franchir la barrière. »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Innuendo - end

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Trash
▼ Solitaire
avatar
Messages : 74
Date d'inscription : 05/08/2016
Age : 18

Carte d'identité
Âge:
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nom du professeur ou de l'élève.

MessageSujet: Innuendo - end   03.09.16 13:18



Coincé entre deux poubelles et un tas d'ordures, je mords à belles dent ma souris.. volée.
J'aurais pas cru pouvoir faire quelque chose comme ça un jour à cause que un grand chat a pas besoin de s'abaisser à un acte aussi déshonorisant et je veux être ce grand chat que tout le monde respecte.
Mais quand vous avez faim, putain la faim elle vous pousse à faire des choses folles.

Un solitaire je crois tenait la souris, alors j'ai foncé vers lui pour me battre et la lui prendre, quoique c'était pas malin je sais, si je me battai j'aurais une la satifaxion de me battre mais j'aurais eut le ventre vide. Et je lui ait parlé, il a posé sa souris, il m'a parlé aussi, il a dit "t'as faim ?" du fait que mon ventre gragouillait "t'as faim?" oui j'ai faim, une foutue faim alors j'ai pris la proie je suis parti en courant aussi vite que possible si jamais il me poursuivait.

Et je suis là, je mange avec les trashs et les trash can.

Toutes ces contruxions humains sont bien pour trouver à manger, mais je prèfère la liberté de la nature. Je marche vers la lande. Il y a l'odeur des autres, ils ont pissé partout ici pour marquer leur territoire. Alors je lève la patte et je pisse aussi.
L'herbe est presque aussi haute que moi, j'entends le cric cric des insectes, le bruissement du vent qui court sur la plaine et le soleil me chauffe l'échine. Je me lèche mes babines pour effacer l'odeur de mon repas à cause que vous comprenez Toucan sera jaloux que j'ai mangé et pas lui et il va parler, parler, parler, tous ces mots lisses et longs auxquels je comprends rien ou il va être triste ou il va être en colère. J'ai pas envie que ça arrive.

La chaleur du soleil se transforme en morsure douloureuse et je décide de m'allonger sous les branches et les feuilles d'un buisson. J'essaie de ramener ma courte queue sur mon museau, mais je peux pas alors je dresse les oreilles et j'écoute les bruits.
Et puis je m'endors.



_________________
FACE ME.. BABY!
Generation Wild - Crashdiet
un rp ? envoyez-moi un mp !



quand t'as des fusains et que tu veux les utiliser même si ça nique tout:
 


♥:
 


Dernière édition par Trash le 20.01.17 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage d'Albatros
♪ Apprentie
avatar
Messages : 287
Date d'inscription : 16/05/2016

Carte d'identité
Âge: 11 lunes.
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Rafale de Sable

MessageSujet: Re: Innuendo - end   07.11.16 20:56

i'm a mess, frank iero & patience

« PUTAIN ! »

Elle attrapa la feuille qui venait de se nicher dans son œil en grognant et la lança au loin. Elle soupira, rouspéta, et hésita de se remettre dans son observation des hautes landes. A l'ombre, évidemment, elle avait passé de longues minutes à tout analyser, chaque recoin, chaque rocher un peu grand qui pouvait l'abriter. Elle avait passé au peigne fin le relief de l'endroit avec l'infime espoir d'en tirer quelque chose. Elle l'avait fait. Elle savait désormais où étaient les zones d'ombre. Elle avait analysé le vent pour l'utiliser à sa manière. Elle avait regardé les zones de sable, au cas où un ennemi voulait l'attaquer et qu'elle avait envie de l'aveugler un peu.

Elle avait aussi changé de mentor. Non pas qu'elle détestait Rafale de Sable -au contraire, elle l'estimait beaucoup-, elle se sentait abandonnée d'Etoile Fauve. Elle l'avait imaginé comme étant un exemple de détermination, et il était parti. Il avait été le roi soleil qu'il voulait : rapide, passager, marquant, lumineux. Bien qu'il ait toujours été un chat spécial, controversé dans ses méthodes, dans ses exécutions, Nuage d'Albatros se sentait marquée à vie par son chef, son ancien mentor. Si elle devenait chef, elle serait comme elle. Il était son modèle. Il était son Roi Soleil. Il était son Mentor à vie. Elle allait respecter Rafale de Sable, comme toute personne de pouvoir qu'elle était. Elle allait tenter de gagner sa confiance, devenir sa préférée, sa promise. Elle allait l'impressionner, elle, petite boule de nerfs. En attendant, elle insultait le vent, fourrure hérissée. Avec son air désinvolte, Nuage d'Albatros descendit de son promontoire. Il manquait plus qu'un insecte se balade sur son territoire et ça serait l'élément ultime pour parfaire la sale journée qu'elle avait.

La bonne nouvelle était qu'en effet, il y avait un indésirable sur son territoire. Elle s'en fichait bien, elle avait suivi un bon entraînement et savait pouvoir rivaliser avec un jeune guerrier solitaire. De plus, elle venait d'étudier les hautes landes. Elle avait l'avantage du terrain. En effet, Alby ne comptait pas laisser la boule noire dormir tranquillement sur ses terres à elle. Sa cible était une petite boule noire, dormant paisiblement sous un buisson. Son cœur se transforma en incendie et ses griffes sortaient lentement. Bien que Toucan l'éduquait à l'amour des solitaires, elle avait des lunes d'apprentissage qui lui avait apprit à les haïr. Elle plissa les yeux pour estimer l'âge de l'autre, mais sa position ne la laissait pas voir son visage. Elle agita les oreilles, au pire, elle y laisserait des plumes.

Elle s'avança avec une démarche féline vers l'intrus. Son but était de le surprendre, de le réveiller de la pire manière qu'il soit. Ses pattes étaient souples. Ses sens étaient à l'affût. Elle bondit soudainement au dessus du solitaire, usant de la rapidité que son Clan lui avait apprit et planta ses pattes avant au dessus des yeux de l'intrus.

« Je te donne une minute pour m'expliquer ce que tu fous là, sinon je t'arrache les yeux, parasite. » cracha – t – elle avec une voix nerveuse.

Les griffes sorties, elle soufflait bruyamment. Elle détestait les intrus sur son sol. Elle comptait apprendre les bonnes manières à cette vermine. Il avait intérêt à avoir une bonne raison. S'il cherchait à se battre, elle en rirait. Ses yeux fixaient le crâne de l'inconnu. Elle était habitée par un sentiment qu'elle adorait.

L'adrénaline.

Spoiler:
 

_________________

J’suis pas très « peace » ni « ambalaba » Il restera entier ce mystère au chocolat. Soumets-toi, Rencard à 4h sur le toit, Amène tes arguments, j'amènerai mon nunchaka. Ma colère gronde, j’te ferai cuire au micro-ondes, J’irai pisser sur ta tombe : Ça sera immonde, comme la fin du monde

/人 ‿‿ 人\

LES VENTEUX C'EST TROP DES BG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trash
▼ Solitaire
avatar
Messages : 74
Date d'inscription : 05/08/2016
Age : 18

Carte d'identité
Âge:
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nom du professeur ou de l'élève.

MessageSujet: Re: Innuendo - end   18.11.16 16:38



C'est la bave qui coule de ma lèvre qui me réveille. Je crois.
A moins que ce soit cette horrible voix histérique. Je gromelle quelque chose et je me retourne sur le flanc pour revenir à ma sieste.
Sauf que je peux pas à cause que ma tête et immobilisée. Et du putain de sang me coule sur les paupières.

BORRRRDeeeel ! je crie à cause que je suis tout à fait réveillé maintenant.

Je vois que une fourrure blanche, mais tellement fine que je vois même la peau rose de mon aggresseur en dessous. Et ça a l'air si fragile.
Je replie vite mes pattes arrière contre mon ventre pour les tendre comme un ressors visant le ventre de fourrure blanche dans un grand OUTCH.
C'est la seconde qu'il me faut et je me tortille pour me relever et lui faire face.
Ma fourrure est encore plus en pic que d'habitude et mes dents se croisent quand je les montre du fait que je suis furieux.
Et elle - car c'est une elle - à l'air .. de s'amuser. Je sais pas qu'elle âge elle peut bien avoir. Je fais presque sa taille mais elle se bat sûrement pas aussi bien que moi.
A cause qu'elle a l'air bizarre. J'ai l'impression que la soleil passe à travers elle. Je me concentre sur les veines de ses oreilles que j'arrive à voir et je me rends compte qu'elle est bizarre du fait qu'elle a pas l'air en bonne santé.
Je me suis jamais battu contre quelqu'un de malade.

C'EST MOI QUI VA T'ARRACHER LES YEUX~

Sans plus de raison, je bondis vers elle, toutes griffes dehors.


_________________
FACE ME.. BABY!
Generation Wild - Crashdiet
un rp ? envoyez-moi un mp !



quand t'as des fusains et que tu veux les utiliser même si ça nique tout:
 


♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage d'Albatros
♪ Apprentie
avatar
Messages : 287
Date d'inscription : 16/05/2016

Carte d'identité
Âge: 11 lunes.
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Rafale de Sable

MessageSujet: Re: Innuendo - end   19.11.16 16:07

porno disaster, the octopus project

Sa blague lui avait déplu. Avec un regard blasé, la gamine souriait. Elle cherchait quel défi elle allait pouvoir s'imposer. Allait – t – elle tenter de faire la paix désormais ? L'autre était furieux, le pelage hérissé. Les paupières de l'albinos tombèrent et elle soupira. Les solitaires étaient décidément pitoyables. Ils venaient grailler les moindres parcelles de terre, pinaillaient pour quelques proies, dormaient chez autrui sans invitation, puis venaient pleurer comme des vierges effarouchées quand on les délogeaient. C'était de véritables parasites, agressifs comme pas deux et plaintifs comme des religieux. Elle jaugea l'autre du coup, son cerveau commençant à s'actionner. A vue de nez, il était plus massif qu'elle. Il semblait être bien plus jeune qu'elle, l'apprentie étant bientôt au terme de son apprentissage. Ce point la fit sourire. Il allait morfler. Il n'avait reçu aucun entraînement. Elle était une apprentie en art martiaux contre un combattant de rue. Elle était du Vent, elle était rapide. Elle allait l'épuiser, elle allait l'esquiver. Il fallait la jouer défensive, le blesser peu à peu. Un sourire mauvais s'étira sur son visage. Elle avait envie de le pousser dans ses derniers retranchements.

Une menace explosa dans l'air, et la danse macabre commençait. L'autre lui bondit dessus. L'idiot, pensa – t – elle. Il allait morfler. Elle avait un entraînement impérial, et Toucan l'entraînait à ses heures perdues. Elle allait l'humilier. Dans un rire dément, elle bondit sur le côté. Le sang coagulait sur ses yeux. Nuage d'Albatros repensait aux mots de son doux mentor : la ruse était plus importante que la violence. Bien que la gamine eut souvent pensé le contraire, Toucan la poussait dans la voie du déshonneur, tandis qu'Etoile de Sable la poussait à se battre avec la vitesse. Il fallait qu'elle retouche ses yeux, forcément. Si elle lui balançait de la poussière dans le visage, le mélange explosif du sang et de la poussière allait irriter ses plaies. De plus, le sable l'empêcherait de voir. Elle aurait le luxe de lui foncer dedans, harpie qu'elle était. Ses pupilles rosées jetèrent un regard bref autour d'elle. Elle avait l'avantage du terrain. Il fallait l'attirer dans un endroit ombragé. Là, elle aurait l'avantage de l'ombre et elle connaissait la plaine mieux que lui.

Elle prit une grande inspiration et se mit à courir. En tant que future guerrière du Vent, sa vitesse était son point fort. Comme elle le fit avec Toucan, elle fonça dans le franc de l'autre, griffes en avant. Elle allait lui perforer les poumons, s'il le voulait. Elle allait l'apprécier avec la chaleur de leur sang. Nuage d'Albatros était persuadée qu'il y avait moyen qu'elle l'apprécie. Il semblait amusant, avec sa naïveté et son envie de se battre. Il y a quelques lunes, elle se serait vue en miroir. Elle se battait contre sa sœur, se prenait des défaites monumentales. Profitant de la chute de l'autre, elle se plaça devant lui. Avec un sourire malsain, elle racla le sol de sa patte. Riant comme une diablesse, elle lança un jet de poussière de la patte avant dans les yeux de l'autre.

Il lui fallait traverser les landes. Il lui fallait lui faire traverser les landes. La petite forêt était juste en haut de la falaise. C'était son promontoire. C'était son fief.

« Et si tu la fermais deux secondes ? T'étais plus sympa quand tu dormais finalement. » dit – elle avec une voix monocorde. « T'es vraiment emmerdant. En plus d'être stupide. »

Elle soupira et prit une grande inspiration. Elle s'élança à travers la lande, évitant le plus possible le soleil. Ses pattes martelaient les feuilles, espérant faire le plus de bruit possible. Même aveuglée, il devait l'entendre. Sinon, elle allait partir. Voir l'autre déjà saignant l'avait satisfaite. Elle espérait qu'il savait à quoi s'en tenir. Le Vent était sa terre, et son patriotisme se réveillait. Elle voulait que ses mentors, d'entraînement clanique et spirituel dans la violence, soient fiers d'elle.
Et face à un chaton de la rue n'ayant reçu aucun entraînement clanique, elle allait avoir le dessus.
Spoiler:
 

_________________

J’suis pas très « peace » ni « ambalaba » Il restera entier ce mystère au chocolat. Soumets-toi, Rencard à 4h sur le toit, Amène tes arguments, j'amènerai mon nunchaka. Ma colère gronde, j’te ferai cuire au micro-ondes, J’irai pisser sur ta tombe : Ça sera immonde, comme la fin du monde

/人 ‿‿ 人\

LES VENTEUX C'EST TROP DES BG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trash
▼ Solitaire
avatar
Messages : 74
Date d'inscription : 05/08/2016
Age : 18

Carte d'identité
Âge:
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nom du professeur ou de l'élève.

MessageSujet: Re: Innuendo - end   21.11.16 12:45




C'est que de l'herbe que je serre entre mes griffes. Je feule de frustration et je tourne sur moi même comme un putain de lion en cage. A cause que c'est ça que j'ai l'impression d'être : prisonnier de mes mouvements.

Elle on dirait un fantôme : je vise sa chair, mais mes griffes tâtent que du vent, je veux lui mordre la gorge, mais mes crocs claquent dans le vide.
J'essuie le sang qui coule dans mon oeil d'un revers de patte et je me prépare
Et je suis prêt
A attaquer encore
Sauf qu'un éclair blanc me percute de toute la force de son corps malade et ma respiration se coupe. J'agite les pattes tellement je veux dans la désespérance me raccrocher à quelque chose n'importe quoi.
Mais je heurte encore le sol.

Elle m'envoie du sable en plein dans mes yeux en riant toujours comme une folle et je hurle de douleur. Je convulse dans la terre, envoyant la poussière voltiger partout.

Malgré la brûlure j'ouvre mes yeux et je la vois
Qui s'en va.

TU M'ECHAPPERA PAS !

Je me relève et j'agite furieusement la queue, un putain de grand sourire sur le visage.
Je devrais avoir peur, ou mal mais cette sensation d'euphorie surpasse toutes les autres.
A cause que c'est le meilleur combat que j'ai fait depuis longtemps.
Je devrais être FURIEUX et avoir envie de LA TUER, le sang qui pulse dans mon crâne me le dit mais
Mon sourire fait que de s'agrandir.
En plus peut-être j'aurais une cicatrice et les cicatrices ça fait dur à cuire.

Je secoue la tête à cause que j'essaie de savoir où elle est.
Elle est lâche.
Elle s'enfuit et elle se cache.
Ma théorie du fantôme se confirme.
Et puis
Je comprends, enfin ce qu'elle veut faire. Elle évite tous mes coups, elle court partout et quand je serais fatigué elle en profitera pour m'achever.
Mais non, c'est moi qui va gagner à cause que satistiquement au moins une fois je vais la toucher. Et ce coup là qui va la toucher, il la mettra K.O avant moi.
Je serais jamais fatigué. J'ai tellement marché, sans boire ni manger pendant tellement longtemps que c'est pas une sale femelle qui va me battre.
Pas aujourd'hui ni jamais.

Alors je pousse un cri de guerre et je fonce dans les bois sans aucune putain de statégie.

Je préfère le bois moi aussi. Mon pelage noir attire trop le soleil et me brûle la peau. Est-ce-qu'elle s'est enfuie ? Peut-être qu'elle est déjà loin. Je la cherche en braillant des trucs pour qu'elle se montre comme : "T'AS PEUR ? TU TE CACHES ? VIENS TE BATTRE !"

Je tomberai pas cette fois, je suis prêt à la recevoir. Quand elle se battra au corps à corps, j'attraperai un truc : une patte - une oreille - un bout de peau et je lâcherai pas, c'est ça le plan.

_________________
FACE ME.. BABY!
Generation Wild - Crashdiet
un rp ? envoyez-moi un mp !



quand t'as des fusains et que tu veux les utiliser même si ça nique tout:
 


♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage d'Albatros
♪ Apprentie
avatar
Messages : 287
Date d'inscription : 16/05/2016

Carte d'identité
Âge: 11 lunes.
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Rafale de Sable

MessageSujet: Re: Innuendo - end   21.11.16 19:56

voodoo in my blood, massive attack, young fathers

Son cœur battait à la chamade. Les yeux exorbités, l'apprentie courait dans tous les sens. Elle riait à s'en détacher la mâchoire, fortement amusée par la situation. Tremblant d'excitation, elle atteignait son promontoire, son sanctuaire, sa maison. Elle fonça dans un buisson, un sourire malsain collé sur ses lèvres. Elle avait conscience d'être fragile. Trash avait l'ignorance du combat, mais la force. En trois coups, elle serait à terre, K.O. Elle se souvenait la raclée que lui avait mis Toucan. En trois coups, elle était tombée à terre, gémissant et baignait dans son sang comme une Bathory. Elle se repassait le combat en boucle dans sa tête. Trash était beaucoup plus grand que Toucan, avait la même hargne. Néanmoins, Toucan avait une fine analyse stratégique. Trash était une machine de guerre, faite de muscles et de nerfs. Nuage d'Albatros fut tentée de faire la paix, pour voir. « Pour voir ». C'était ainsi qu'il fallait résumer la grande gamine. C'était un concentré d'audace, de « pour voir », pour tester. L'idée de tenter de devenir amie avec son camarade de jeu l'amusait.

Il fonçait dans la forêt, hurlant à plein poumons des menaces. Nuage d'Albatros porta une petite patte à son museau, prête à rire. Un sourire espiègle se peignait sur son visage. Il venait de signer son arrêt de mort en arrivant sur son terrain. Elle connaissait son promontoire et elle savait où se cacher, comment user du décor, où mettre ses pattes pour être silencieuse. Le Vent était son sanctuaire, au même titre que les Terres Libres étaient sa maison. S'ils avaient été autre part, le combat aurait pu être complexe, car elle ne connaissait que très peu d'endroits. Elle plissa les yeux, regardant le lion en cage qu'était Trash. Cachée dans son buisson, elle jugea la situation, comme lui avait si bien appris Rafale de Sable et Toucan. La première lui disait de bondir sur le dos d'un chat plus massif et de se tenir prête à sauter au cas où. Une telle action était facilité. Elle montrait des résultats satisfaisants, mais l'albinos voulait du challenge. Elle voulait jouer fière et grandiloquente de ce combat. Néanmoins, si l'autre lui assénait un coup, elle allait user de grandes méthodes. Tout d'abord, elle comptait se calmer sur ses yeux. Il était assez amoché et suffisamment gêné par sa vue, brouillée par le sang et la poussière. Si elle continuait à jouer avec, elle avait peur de l'aveugler définitivement. Il lui restait suffisamment d'honneur pour éviter le pire. Elle regarda les pattes de l'autre, elles étaient musclées et elle grimaça. Si elle se prenait un coup, elle allait être sérieusement handicapée. Il fallait la jouer safe. Toucan disait que le sang était éloquent, que la violence et la ruse comptait. Elle tendait pour cette option. Il fallait redoubler de ruse, et user de la vision amoindrie de l'autre pour créer des leurres.

Elle se souvenait des techniques de Toucan. Il avait feinté, la menant en échec et lui explosant l'épaule. Elle abaissa ses oreilles. Il fallait ruser, feinter. S'il bondissait sur un leurre, elle aurait alors accès à son flanc, déjà endolori par sa bousculade. Elle fronçait les paupières, tandis que son cerveau fonctionnait à toute allure. Doucement, elle attrapa une pierre dans sa gueule. Le cœur battant, elle s'efforça de ne pas trembler. Une seule maladresse lui serait fatale. Elle pourrait esquiver, mais il fallait affaiblir l'autre. Prenant une grande inspiration, elle jeta de toutes ses forces le caillou vers la gauche. Elle attendit la réaction de l'autre et surgit de son buisson. Filant vers Trash, elle bondit sur son dos. Adieu le challenge, elle devait l'immobiliser pour le rendre inoffensif. Elle prit soin de ne pas planter ses griffes trop profondément dans ses épaules. Elle ne voulait pas être létale, elle voulait pouvoir sauter de son dos à tout moment, en cas de ruade ou de roulade. Après la toupie qu'avait été Toucan, elle décidait de ne pas faire plusieurs fois la même erreur. Elle voulait que son action soit rapide, efficace. Elle sortit soudainement les griffes et les planta dans l'épaule de l'autre. Son but n'était pas de griffer, non. Elle voulait percer la chair, faire jaillir le sang. Dans un rire cinglant, elle baissa les pattes, prolongeant son sillon jusqu'au début de ses flancs. Le cœur battant à la chamade, elle devait réagir vite. Elle utilisa ses pattes antérieures pour bondir en arrière. En se retirant, elle sentit les pattes arrières de Trash, comme un taureau furieux, lui foutre un coup dans la patte arrière*. Elle émit un cri de douleur en grimaçant. Il avait frappé une fois. Elle allait jouer défensive. Elle allait se cacher. Elle allait l'aveugler si possible.

En atterrissant, elle gémit, blessée malgré le petit coup de l'autre. Il était fort physiquement. Elle était faible physiquement mais compensait avec sa rapidité et son agilité hors pairs. Le cœur battant, une idée lui traversa la tête. Il fallait brouiller les sens de l'autre. Toucan savait comment faire. Avec un sourire aux lèvres, elle se roula dans la poussière, histoire de s'envelopper de poussière. S'il la touchait, un nuage de poussière allait se dégager, lui donnant champ libre de répliquer à travers les particules. Un sourire se dessina sur son visage. Elle banda ses muscles, prête à bondir au cas où l'autre attaquerait.

« Je t'aime bien. »

Balle dans le vide. Étonnement mystique. Voix de crécelle dans les airs. Avec un sourire sincère, elle se concentrait sur la situation. Elle espérait que l'autre aurait les neurones de comprendre qu'ils avaient quelque chose en commun : cet amour de la violence, du combat. Elle ne voulait pas le blesser violemment. Il ne le méritait pas au fond. Elle allait simplement lui demander de dégager de sa terre, et ce le plus vite possible. L'idée de le rendre aveugle à vie la dérangeait.
Chaque bourreau avait sa partie du corps préféré. Toucan semblait adorer les oreilles et les queues, elle, c'était les yeux.

« C'est rare de voir un gamin aimer aussi la violence. »

Elle se déplaçait doucement vers la droite, prête à rejoindre son buisson pour analyser la situation encore et encore. Elle identifiait les rochers, également. Elle pourrait y grimper, comme elle le fait souvent. Elle lui bondirait alors dessus, à la verticale, griffes en avant. Elle allait lui perforer le dos.

« Même si t'es un solitaire, tu es très amusant, chat noir. Tu me rappelles quelqu'un. » Son sourire s'agrandit, tandis qu'elle allait évoquer son Dieu. « Toucan ... »

Spoiler:
 

_________________

J’suis pas très « peace » ni « ambalaba » Il restera entier ce mystère au chocolat. Soumets-toi, Rencard à 4h sur le toit, Amène tes arguments, j'amènerai mon nunchaka. Ma colère gronde, j’te ferai cuire au micro-ondes, J’irai pisser sur ta tombe : Ça sera immonde, comme la fin du monde

/人 ‿‿ 人\

LES VENTEUX C'EST TROP DES BG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trash
▼ Solitaire
avatar
Messages : 74
Date d'inscription : 05/08/2016
Age : 18

Carte d'identité
Âge:
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nom du professeur ou de l'élève.

MessageSujet: Re: Innuendo - end   27.11.16 17:02



Je suis en train de penser qu'elle est partie. Elle s'est rendue compte qu'elle jouait à un jeu dangereux. Si je l'attrape, je vous jure que si je l'attrape elle est finie.
Oui bon pour l'instant, j'ai pas fière allure ( fermez là ) et les blessures qu'elle m'a infligée commence à tirer ma peau, à me faire grimacer à chaque putain de mouvement de muscles.

Mais j'ai toujours envie de me battre.

Le fantôme me donne satisfaxion. Un poids me tombe sur le dos qui manque de me faire écrouler. Je me tortille dans tous les sens, cherchant à la chopper. Je bondis en l'air, prêt à m'écraser au sol si c'est pour m'écraser avec elle.
Je réussis juste à la cogner, je sais pas où mais je l'entends gémir.
Mais elle est pas assez étourdie pour que je puisse enchainer, déjà elle s'en va.
Mais j'ai le temps de voir où.

- Je t'aime bien.
- fffp ..Moi ..pff pff.. aussi je .. ff.. m'aime bien. je dis.

Ca veut dire qu'elle se sent en sécurité. Qu'elle imagine pas que je sais où elle se cache. Je dois faire comme si je savais pas où elle est ? Pour profiter de l'effet de surprise ?

- C'est rare de voir un gamin aimer aussi la violence.
- C'est.. gagner les.. ffpff.. combats que.. j'aime. je halète.

Je plisse les yeux et je crois bien qu'elle est cachée derrière un buisson. Plus haut il y a des rochers alors elle est bloquée. Je me déplace parrallèlement à elle. Je vais la coincer.

- Même si t'es un solitaire, tu es très amusant, chat noir. Tu me rappelles quelqu'un. Toucan ...

Elle aussi, la façon dont elle parle me rappelle celle de Tou..

Dad ? ... Tu connais Toucan ?

En fait passé la première stupeur, ça m'étonne pas trop. Toucan doit connaitre un paquet de monde. Mais peut-être qu'elle est surprise. Je dois en profiter. Je m'approche du buisson avec l'air de discuter. Elle est derrière, je vois son pelage blanc qui détonne dans tout cevert.

Toucan il m'a recueillit y'a pas longt..

Soudainement je me jette dans le buisson, les crocs dévoilés. Les branches me griffent le visage mais je m'en rends à peine compte. Mes crocs s'enfoncent dans de la chair. Le gout du sang métallique envahit ma gueule. Putain, enfin ça fait du bien.
C'est un bout de sa patte. Elle peut facilement se dégager si elle bouge, alors je lève la tête bien haut pour l'en empêcher et je serre la mâchoire, un regard de triomphe qui passe dans mes yeux amochés.

J'te lâfferai pas, fille. Ch'm'apffelle Trasff. J'fiens de l'enfer, j'te lâfferai pas.
Spoiler:
 

_________________
FACE ME.. BABY!
Generation Wild - Crashdiet
un rp ? envoyez-moi un mp !



quand t'as des fusains et que tu veux les utiliser même si ça nique tout:
 


♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage d'Albatros
♪ Apprentie
avatar
Messages : 287
Date d'inscription : 16/05/2016

Carte d'identité
Âge: 11 lunes.
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Rafale de Sable

MessageSujet: Re: Innuendo - end   30.11.16 22:54

bristol sunday, ruby my dear, mc noia
« Dad ? ... Tu connais Toucan ? »

Dad ? Ses oreilles s'agitèrent. C'était un mot étrange, dénué de sens pour elle. Dad ? Elle haussa un sourcil. C'était inconnu, court, dynamique. Toucan ne s'appelait pas Dad. Son sang ne fit qu'un tour. Visiblement, il connaissait Toucan. Il était solitaire. Il était jeune. Toucan avait un amour démesuré pour les chatons visiblement. L'idée qu'il connaisse Toucan commençait à faire naître en Nuage d'Albatros un sentiment de rage, de haine : celui de la jalousie. Toucan était son mentor à elle. Ses pupilles se dilatèrent, tandis que ses crocs se serraient dans sa mâchoire. Il était jeune, il le connaissait. Et s'il était lui aussi l'apprenti spirituel de Toucan ? Il avait la hargne et l'amour de la violence. Ce n'était pas impossible. Le cœur de l'apprentie s'accéléra. Allait – il lui voler sa place ? Allait – il impressionner Toucan et la supplanter ? Ses griffes rentraient et sortaient sous les nerfs.

« Toucan il m'a recueillit y'a pas longt... »

L'image de Coeur Fleuri et Nuage d'Alcidé lui revint en tête. Jamais elle ne deviendrait l'apprentie de seconde zone de Toucan. Jamais elle n'allait se refaire évincer comme son frère l'avait dépassé dans le cœur de sa tante. Jamais elle n'allait revivre cette jalousie dévorante envers les adultes qu'elle aimait. L'empathie qu'elle avait pour le chaton disparut d'un coup. Il avait un lien avec son Toucan, et l'arriviste qu'elle était sentait ses nerfs s'enflammer. Il n'avait pas le droit d'avoir de relation avec son mentor spirituel. Ses yeux se vidèrent de toute substance, tandis qu'elle sentait son corps s'enflammer. Elle aurait pu se réjouir d'avoir un frère avec qui se battre. Au lieu de ça, sa possessivité prenait le dessus et elle se sentait harpie nerveuse.

Elle sentit une douleur insupportable. Sa patte n'était que souffrance désormais. La surprise lui arracha un hoquet, gémissement bruyant. Son sang se glaça. Les yeux écarquillés et vides, sa tête se tourna doucement vers Trash. Elle était silencieuse. Ses yeux ne reflétaient plus rien. Elle n'était ni rage ni colère. Elle était étrangement placide pour une harpie. Son cœur battait à tout rompt et si elle n'était pas déjà blanche, son teint serait plus blafard qu'à l'accoutumée. Elle était un fantôme répugnant, fixant de ses yeux rouges le solitaire. Elle ressentait à ce moment là un florilège de sentiments, passant de la colère, de la haine, du dégoût, de la jalousie, à la douleur profonde. Elle sentit le sang couler le long de sa patte. Des larmes de douleur coulèrent silencieusement sur ses joues tandis qu'elle fixait le solitaire. Elle était devenue la poupée de chiffon de Toucan. Elle était heureuse de l'être. Elle serait son robot de combat. L'idée que Trash lui vole cette place la révoltait.

Elle allait le détrôner pour briller.
Personne d'autre ne pouvait briller aux yeux de Toucan.

« J'te lâfferai pas, fille. Ch'm'apffelle Trasff. J'fiens de l'enfer, j'te lâfferai pas. »

Dans son regard se lisait de la joie. Il était heureux de l'avoir attraper. Il allait regretter de l'avoir attraper. Elle savait qu'il lui restait quelques tours. Si Trash la frappait à la tête, elle allait être sonnée. Néanmoins, le chaton avait commit la monstrueuse erreur de lui rappeler Toucan. Le solitaire agissait comme une Némésis sur elle. Elle se sentait immatérielle. Elle se sentait détachée de son corps, de ses sensations. Elle flottait. La haine avait agi comme un shoot d'endorphine et sa tête faisait tic tic sous les coups de la vengeance.

« Tu connais Toucan ? »

Elle continuait de le fixer. Sa bouche articulait doucement. Son souffle était rapide. Ses larmes coulèrent. Elle était particulièrement hideuse en robot de combat.

« Tu connais Toucan ? »

Elle était prête à répéter cette phrase pour le restant de ses jours. Elle voulait l'imprimer dans sa tête, en faire du fer à marquer. Elle voulait transpercer le crâne du chaton avec, à grands coups de culpabilisation. Il n'avait pas le droit de le connaître. Il n'avait pas le droit d'être dans sa vie.
Ses griffes sortirent. Elle se mit face à Trash. Elle était prête à perdre sa patte. Si c'était pour son mentor spirituel. Les scènes de ses derniers affrontements tournaient en boucle dans sa tête. Que pouvait – elle lui faire pour le mettre assurément hors d'état de nuire ? Elle remarquait les blessures sur ses épaules, ses yeux amochés, et s'étonnait qu'il avait encore une quelconque visibilité.

« T'as pas le droit de connaître Toucan, Trasff. »

Sans crier garde, ses griffes furent lancées contre son museau. Elle attaqua sa truffe, souhaitant la déformer, le rendre hideux. Il ne pourrait plus être aimé défigurer. Son manque de force ne lui permit pas de gros dégâts, mais le sang perlait sur la truffe du solitaire. Elle se ramassa sous le chaton et usa d'une technique que son mentor spirituel appelait la violence éloquente. Rassemblant ses forces, elle asséna un coup de tête dans le menton de Trash. Espérant avoir suffisamment déstabiliser l'autre pour qu'il la lâche, c'était avec une profonde déception qu'elle sentait toujours son emprise sur sa patte. Il fallait le sonner, le finir. Si elle voulait attaquer convenable, il lui fallait abandonner l'idée de récupérer le contrôle de sa patte avant.

Tant pis.

Profitant de la confusion, elle se hissa sur le dos de Trash. Il faisait la même taille qu'elle, chaton qu'il était. Contente d'avoir un ennemi de sa taille, elle se permit de laisser sa patte entre ses dents. Ses pattes antérieures s'accrochèrent à ses flancs.

« T'as pas le droit. C'est mon mentor spirituel. A moi. Bouge et mes griffes te lacéreront le flanc dans ma chute, vu comment elles y sont ancrées. »

Les yeux fixés sur les paupières de Trash, elle planta sa patte avant valide sur le haut de crâne, faisant couler du sang sur les yeux déjà amochés du chaton. Qu'il soit aveuglé, ce petit voleur d'affection. Elle rapprocha ses crocs de la gorge du solitaire. Elle prit dans une délicate étreinte son cou dans sa gueule et serra de plus en plus fort. L'apprentie sentit le goût du sang envahir sa bouche et s'était avec une certaine satisfaction qu'elle continuait. Ses pattes antérieures tambourinaient une à une contre les flancs du solitaire, lui lacérant ses tissus.

Elle le lâcha. Elle fronça les sourcils. Elle posa sa patte avant valide sur les yeux du solitaire, griffes rentrées. Son autre patte ne bougeait pas et une vive douleur lui traversait toute l'épaule.

« Lâche moi. Sinon je t'aveugle définitivement. Je te laisserais t'enfuir, promis. » Elle marqua une pause. « Tu as de la chance. L'honneur de mon Clan m'empêche de te tuer. Néanmoins, ne me fais pas changer d'avis. Je peux t'amocher suffisamment pour que tu restes ici à nourrir les vautours. Je pense que tu es suffisamment intelligent pour ne pas en douter. » Un sourire se dessina sur son visage. « Sers à quelque chose, Trasff : Passe le bonjour de ma part à Toucan. »

Spoiler:
 

_________________

J’suis pas très « peace » ni « ambalaba » Il restera entier ce mystère au chocolat. Soumets-toi, Rencard à 4h sur le toit, Amène tes arguments, j'amènerai mon nunchaka. Ma colère gronde, j’te ferai cuire au micro-ondes, J’irai pisser sur ta tombe : Ça sera immonde, comme la fin du monde

/人 ‿‿ 人\

LES VENTEUX C'EST TROP DES BG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trash
▼ Solitaire
avatar
Messages : 74
Date d'inscription : 05/08/2016
Age : 18

Carte d'identité
Âge:
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nom du professeur ou de l'élève.

MessageSujet: Re: Innuendo - end   02.12.16 20:31


Il se passe quelque chose.
Je gagne.
Je
Gagne.

Je domine la situation. J'ai sa patte dans ma gueule, mes crocs sont plantés suffisamment loin dans sa chair pour que je lui perfore les tendons ou pour que je la mange. Ses griffes sont inutiles de ce côté.
Mais le soucis, c'est qu'il lui reste trois autres pattes. Et que ma tête est très très près de ces griffes là.
Mais bien sûr, à ce moment cette idée traverse trop vite ma tête pour que j'y pense.
Je savoure simplement : je commence à lui mâchonner la patte. Mom dirait que je suis répugnant. Le sang et la bave se mélangent et moi même je suis plus qu'un amas de chaires sanglantes, un poussireux tas de fourrure, mon oeil gauche est complétement fermé et le droit et aveuglé par un rideau rouge.
Mais je souris.
Un putain de grand sourire plein de crocs.
Et
Il se passe quelque chose.

Tu connais Toucan ?

L'ivresse du combat se change en haine pure. Elle a plus envie d'aimer la violence. Elle a plus envie d'un beau combat.
Elle me balance juste de la haine avec ses yeux rouges, elle veut que je souffre, elle veut apprécier me faire mal.

T'as pas le droit de connaître Toucan, Trasff.

Elle m'envoie une patte pleine de griffes sur le nez, ce à quoi je réponds par mes crocs plus profonds dans sa chair.
Toucan j'y tiens pas beaucoup. Toucan c'est juste une voix lisse, un endroit où aller le soir, quelque part où il y a à manger et quelqu'un à qui parler quand on se sent trop seul.
Si il venait à mourir je perdrais la voix lisse à qui parler et ça irait. Mais là d'un coup, Toucan semble quelqu'un d'important, quelqu'un pour qui une fille blanche est prête à s'arracher la patte et le fait que je connaisse ( vous entendez, juste connaisse )Toucan la fait pleurer.
Et la rend cinglée.
J'aime pas ça.

Comme une possèdée elle me grimpe sur le dos et fait gicler le sang partout et je peux rien faire, juste tenir bon et fermer mes yeux très fort.
Et puis elle pose sa patte sur les plaies de mon oeil. Elle me laisse le choix.

..

J'abandonnerai pas. Je lâcherai pas. Je la laisserai pas me tuer sans rien faire. Je vendrai chèrement ma peau.
Je sais pas si mourir tuée par une fille malade est une mort très glorieuse.
Surtout après avoir quitté la Confrérie. On quitte pas la Confrérie.
Mais je suis parti à cause que j'avais des rêves de gloire et que je voulais pas seulement que ça reste des rêves.
Toute ma vie j'ai fait que me battre. Je vois pas pourquoi j'arrêterais maintenant.

Je peux plus penser.
Juste la douleur partout qui pulse partout d'être ressentie.
Et dans mon crâne, ça fait mords, mords, mords.
Mort.

Elle me lâche. En arrière, en arrière. Tous mes muscles tendus, en arrière. Une patte après l'autre. Doucement. Je recule. Et je tire. Si elle vient pas, la patte viendra.
C'est une pluie de coups qui s'abat sur moi à chaque pas. Mais je continue. La lande. Je pense à la lande et mes pattes accèlèrent. Je bute sur des obstacles, je bute mais je tombe pas. La douleur me galvanisait mais maintenant je sens même plus ses coups de griffes. Les arbres sont de moins en moins nombreux. Je sens la chaleur du soleil dans mon dos.
EN ARRIERE.
Je renverse ma nuque.
Et c'est elle qui tombe. Mais je l'ai pas lâchée. Elle est par terre, ses trois pattes vers moi.
Elle m'envoie un coup dans le menton. Je chancelle, ma mâchoire est tellement crispée.
Elle m'envoie un autre coup dans la tempe.
Et
Je bascule.
Je vois plus rien.
Je sens plus rien.
Le noir est partout.

_________________
FACE ME.. BABY!
Generation Wild - Crashdiet
un rp ? envoyez-moi un mp !



quand t'as des fusains et que tu veux les utiliser même si ça nique tout:
 


♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage d'Albatros
♪ Apprentie
avatar
Messages : 287
Date d'inscription : 16/05/2016

Carte d'identité
Âge: 11 lunes.
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Rafale de Sable

MessageSujet: Re: Innuendo - end   12.12.16 0:34

never surrender, combichrist
Sa patte est un torrent de douleur et elle aurait préféré naître sans. Elle s'imaginait sa vie sans patte avant, avec une technique formidable de cloche pied sur trois pattes. Elle se disait que cette adaptation n'aurait pas été plus douloureuse que le moment présent. Cet abruti ne voulait pas abandonner et comme un beau diable, il se défendait contre la violence incarnée qu'était devenue Nuage d'Albatros. C'était avec une rage non contenue qu'elle imaginait chaque griffure comme un rapprochement avec son mentor spirituel. A chaque blessure qu'elle infligeait à Trash, elle se sentait rapprochée des cieux. Elle était devenue une berserk, une possédée, et les gémissements de l'autre la stimulait. Néanmoins, la réalité était la suivante : sa patte la faisait affreusement souffrir, et la douleur allait la faire chanceler d'ici quelques minutes. Déjà, un voile se posait sur ses yeux tandis que des larmes de douleur coulaient toute seule sur ses joues blanches. Elle était devenue un mélange de rouge et de blanc, elle était monstrueuse. Nuage d'Albatros était sans pitié, il avait refusé de se soumettre, elle n'avait plus aucune empathie pour le chaton noir. S'il était une barrière entre elle et Toucan, c'était d'autant plus une raison de lui faire suffisamment mal pour qu'il ne vienne plus l'embêter. Elle ne voulait plus le voir sur son territoire à elle, souiller sa patrie et sa terre avec son pseudo héroïsme de solitaire. Il devait apprendre ce qu'était la vie de solitaire. Elle se portait volontaire pour être sa professeure particulière. Arrachant chaque parcelle de son front, ses griffes étaient des lames fines qui faisaient gicler le sang aussi vite que possible. Elle ne riait pas, contrairement à ses habitudes. Avec Toucan, avec Rafale de Sable, avec Coeur Givré, elle se serait donné un malin plaisir à ricaner comme une dégénérée. Ici, l'enjeu était trop grave, on parlait de l'estime de Toucan. Et ça, ça ne se troquait pas sur le coin d'un buisson, c'était un honneur à gagner.

Il serait content s'il voyait ça. Elle en était sûre. Quel dommage, elle avait tant en commun avec Trash.

Elle se sent tomber en avant et se mange le sol. Elle hurle. Elle se prend un coup de réalité en pleine tête et c'était à la fois brûlant et incisif. Elle doit rassembler ses dernières forces. Elle allait défendre son honneur. Elle allait défendre sa place d'apprentie spirituelle. Ce chaton n'était rien dans le cœur de l'autre. Serrant les mâchoires, Nuage d'Albatros lança ses pattes vers Trash. L'une percute son menton, l'autre sa tempe.

Il tombe. Elle se sent telle David face à Goliath. La comparaison semble justifié. Chancelant, elle se lève. Elle se sentait sale. Elle regarda ses pattes et s'était avec douleur et horreur qu'elle remarquait que sa patte avant était immobile. Ce n'était qu'un amas de tissus musculaires douloureux, déchirés, déchiquetés. Elle prit une grande inspiration pour ne pas paniquer. Son état était misérable. Elle ne pouvait pas rentrer au camp dans cet état. On lui poserait des questions. Elle était beaucoup trop rougeâtre. Son clan avait beau connaître son penchant pour l'ultra violence, elle était canalisée par la chef en personne. Elle fut prise d'une violence toux et jeta un dernier regard vers Trash. Elle espérait qu'il ne revienne plus. C'était le cœur rempli d'une certaine fierté qu'elle fixa sa patte inutile. Elle y avait certainement laissé une patte pour plusieurs mois, mais elle avait récupéré son honneur et l'avait assimilé à son corps. Elle espérait que le chaton allait parler d'elle à Toucan, qu'il vanterait sa violence et à quel point elle avait été transcendée dans ce combat.

Traînant sa patte au sol, elle avançait sur trois pattes. Chaque patte lui arrachait une grimace, un cri, un gémissement. Epuisée, elle remerciait les hautes landes d'être proches de son camp. Plissant les yeux, elle longeait les ombres, léchant de temps à autre sa patte avec un air dégoûté. Elle doutait que Coeur Fleuri puisse accomplir un miracle et elle savait qu'elle boiterait sur trois pattes pendant des semaines.

C'était le prix à payer pour un shoot d'ultra violence après tout.

Spoiler:
 

_________________

J’suis pas très « peace » ni « ambalaba » Il restera entier ce mystère au chocolat. Soumets-toi, Rencard à 4h sur le toit, Amène tes arguments, j'amènerai mon nunchaka. Ma colère gronde, j’te ferai cuire au micro-ondes, J’irai pisser sur ta tombe : Ça sera immonde, comme la fin du monde

/人 ‿‿ 人\

LES VENTEUX C'EST TROP DES BG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Innuendo - end   

Revenir en haut Aller en bas
 
Innuendo - end
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Propheties Begin :: Au commencement :: Archives :: RPG-