The Propheties Begin

Thème II - Le redoux
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un entraînement relayé - pv Nuage des Marais - abandon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ombre Silencieuse
Invité
avatar

MessageSujet: Un entraînement relayé - pv Nuage des Marais - abandon   15.09.16 0:32

Mon corps sculptait l'entrée du camp comme une statuette qu'on aurait créée à partir d'un immense pinède, ne bougeant pas même d'un poil de souris. Mon pelage brun caramel mi-long flottait doucement dans un vent frais de fin d'été, seule preuve que c'était un matou ici présent et non une statue formée de toute part, comme une illusion. Mes yeux topazes scrutaient lentement le campement, cherchant un chat en particulier que je devais m'appliquer à garder tel une femelle dans la pouponnière. Mais cela ne me dérangeait guère ; Étoile du Serpentaire l'avait demandé, alors je devais exécuter. C'était des tout, je ne voyais aucunement le problème. Qu'avaient tous ses chats rebelles qui essayaient d'échapper aux règles ? Je ne voyais pas le problème d'obéir, si c'était ce que nous voulions. Je ne voyais pas le problème d'essayer de s'élever pour être lieutenant, puis chef. Les avantages à occuper ce poste n'était que neuf lunes de plus à vivre, puis encore, je ne croyais pas vraiment à cela.

Le clan des étoiles, lequel des chats ignorants avaient créé ce mythe idiot de chat parsemé d'étoile de poussière que l'on avait connu étant vivant ? Quel mythe était-ce, à part celui de rassurer les vivants ayant perdu des proches et espérant les revoir un jour ? C'était bizarre. J'aurais pus définitivement clamer haut et fort que je n'y croyais pas, mais seulement, ça m'aurait apporté des ennuis. Pas de ceux du genre des chats qui ne vous aimaient pas, ceux qui vous regardaient croche et feulaient dans votre direction quand vous aviez le dos tourné. Non, ceux-là, j'en avais déjà et je me débrouillais très bien. Je parlais plus de ceux comme l’exil peut-être, ou alors le reniement par le guérisseur. Qui sait ce qu'on accordait à ceux qui n'aimaient pas le clan des étoiles.. Je n'avais pas une envie particulière de tester. Je voulais terminer ma vie comme je l'avais commencé ; tranquillement.

Bon, ce qui s'était passé dans ma vie n'avait pas été très tranquille non plus, mais aujourd'hui, si. Je pouvais chasser, je pouvais manger, puis courir dans la forêt parce que je croyais que ça me faisait du bien. Je pouvais obéir à des ordres parce que je le devais et tout ça ne me faisait ni chaud ni froid. Quand on devait le faire, on le faisait.

Je levai lentement ma tête taillée finement dans le froid du matin qui devenait de plus en plus mordant, cherchant un apprenti au pelage brun-rayé dans la masse de chat qui commençait à se réveiller. Pourquoi Nuage des Marais ne pouvait il pas simplement se lever et venir ? Le soleil s'était levé depuis plus de dix minutes maintenant, la paresse des apprentis me rendait un tantinet impatient. Du moins, si je ne le confondais pas avec de la colère, car ça faisait plusieurs lunes que je n'avais ressentis ni l'un ni l'autre. Ou sûrement, mais je n'y portais aucune attention, pas plus qu'à autre chose.

Je finis par apercevoir une légère odeur que je m'étais dû de reconnaître, celle de l'apprenti que je me devais de mener au Cèdre Calciné. Mes oreilles se redressèrent sur mon crâne, je me levai lentement, puis balayai quelques aiguilles accrochés dans mon pelage à l'aide de ma fine queue. Je finis par entreprendre ma marche après m'être étiré mollement, laissant apparaître ma dentition qu'on aurait pu qualifié de féroce. Je secouai ma queue de droite à gauche pour que le jeune d'Étoile du Serpentaire me suive, puis me mit à trotter vivement en ne jetant même pas ne serait-ce qu'un regard en arrière.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un entraînement relayé - pv Nuage des Marais - abandon   15.09.16 17:24

La nuit avait été longue ce jour-là. Nuage des Marais avait pu profiter de toute sa soirée et de toute sa nuit. Il avait passé un peu de temps seul, pour ne pas changer, et comme tous les soirs, mourront d'ennui et de fatigue, il était allé se pelotonner dans sa litière. Cette dernière bien que très peu douce et soignée lui avait suffi pour s'endormir. Il avait bien dormit. Une nuit sans rêve comme on apprécie pour se reposer. Ses muscles l'en remercieraient certainement au réveil. D'ailleurs, ce dernier ne tarda pas à sonner. Il sonna lorsque l'agitation ambiante eut raison du silence. Le matou tigré ronchonna et grogna un bon coup lorsqu'une voix forte peu discrète s'éleva. Sous les protestations de ces félins trop bavards, le félin vit rouge. Nuage des Marais ouvrit rapidement les yeux, qu'importe que la lumière lui brûle les yeux, qu'importe que ces articulations demandaient un levé en douceur, il sauta sur ses pattes et fit volte-face au groupe d'insignifiants qui l'avait réveillé. Ses yeux lançaient des éclairs à ces derniers et ses muscles tendus et apparents sous son pelage montrait bien l'état dans lequel se trouvait le matou. Il se rendit compte que ceux qui parlaient si forts, sans prêter gare aux autres étaient en fait de tous jeunes Apprentis, nommés il y a seulement quelques jours. Son attitude suffit à clore leur discours et à les faire fuir sans demander quoi que ce soit, lâchant des excuses discrètes. Nuage des Marais secoua son pelage qui retomba à sa place. Voilà qu'il était de mauvaise humeur. Il ne tenta même pas de retourner dans sa litière, cela n'aurait servit à rien. Il était bien trop éveillé pour pouvoir retrouver le sommeil. Il se contenta de s'étirer légèrement avant de sortir et de lancer un regard dans la Tanière où il régnait de nouveau un silence de mort.

Il passa l’entrée de la Tanière et ses yeux trouvèrent les rayons naissant du soleil. Aucune expression ne gagna son visage fermé. Il observa un moment le Camp, bouchant l’entrée de la Tanière à qui voulait entrer ou sortir. Lorsqu’il l’eu décidé, il se décala, alla piocher une proie sur le tas de gibier et s’installa dans un coin du Camp. Il mâchonna la chair rêche de sa grenouille qui devait dater de la veille en songeant à ce qu’il allait bien pouvoir faire aujourd’hui. Étoile du Serpentaire lui avait dit qu’il ne pourrait pas l’entraîner aujourd’hui, mais qu’il trouverait peut-être un Guerrier pour le remplacer à l’entraînement. Qui ferait cet honneur ? Nuage des Marais n’accepterait pas l’autorité de n’importe qui, il en était persuadé. Il avait beau aimé s’entraîner, il ne le ferait pas sous les ordres de n’importe qui. Sans prêter attention à ce qui se passait autour de lui, il commença une rapide toilette, remettant son pelage brun marqué de rayures noires en place. Il retira une épine de ronce de ce dernier et une brindille. Il prit le temps de lustrer son pelage, il devait être présentable pour son mentor d’un jour. Une fois sa toilette terminée, satisfait de son apparence, il prit quelques secondes pour finir d’étirer ses muscles. Il tendit son corps à l'extrême et le rétracta plusieurs fois. Lorsqu'il fut satisfait, il se remit assis et se mit à scruter le Camp. Nuage des Marais tenta de sonder un à un les Guerriers pour savoir lequel devaient s'occuper de lui. Les groupes se formaient petit à petit et un félin seulement résida seul : Ombre Silencieuse. Super s'esclaffa le novice pour lui. Il avait gagné le droit d'être avec le Guerrier le plus silencieux du Clan. Nuage des Marais le vit remuer, lui faire un signe alors qu'il avait capté que l'Apprenti le regardait. Nuage des Marais de mauvais poil, allait prendre un malin plaisir à s'amuser aujourd'hui. Il ne se priverait pas un instant de cela. Comme s'il avait comprit les recommandations du Guerrier, il se leva, se dirigea vers ce dernier et puis alors que l'autre partait en trottinant, l'Apprenti stoppa toute avancée et s'installa à l'endroit exact où le Guerrier était quelques secondes plus tôt, enroulant sa queue autour de son corps assis. Un sourire mesquin se dessina sur ses lèvres, tordant son visage.

HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un entraînement relayé - pv Nuage des Marais - abandon   15.09.16 23:14

Je pris lentement une cadence neutre, pensant naturellement que le jeune chat allait me suivre comme il se le devait. Pourtant, et j'aurais dû m'en douter face au caractère rapide que m'avait expliqué mon meneur, que ce chat n'aimait pas trop obéir aux ordres lancés.. Car, quand je n'entendis pas même un mince bruit de cavale derrière moi, je ralentis le pas jusqu'à complètement m'arrêter. Ma tête se tourna nonchalamment, mais sûrement, vers l'entrée du camp qui se situait à peu de mètres, puis j’aperçus Nuage des Marais, assis là où je trônais telle une statue vivante il y avait quelques minutes, un rictus au museau. Sa queue enroulée autour de ses pattes, un regard malsain, il restait dans cette même position en me regardant comme s'il n'y avait aucun problème. Ses yeux vert forêt allait parfaitement avec son pelage sombre tigré, comme si son caractère froid et joueur avait comploté avec sa couleur et ses prunelles pour former un tout digne de ce qu'il devait devenir. Ça n'empêchait pas, du moins pas encore, qu'il ne pouvait pas obéir aux règles lancées par des guerriers. Une règle lancée par son chef.

Je restai à affronter son regard en silence pendant encore cinq bonnes minutes, lui laissant le temps possible de rejoindre la place à côté de moi. Mais bien sûr, il ne bougea pas et j'aurais bien dû m'en douter car ce serait trop facile pour ce mâle. Moi, le petit guerrier silencieux sur lequel il voulait user de sa supercherie.. Je me tournai donc doucement de bord, aucun sentiment d'impatience me berçant, seulement une carapace d'ombre qui se mouvait en silence autour de moi. Il pensait peut-être que s'arrêter aller lui faire manquer l'entraînement ... Eh bien non. Étoile du Serpent l'avait ordonné, je me devais donc de traîner ce Marais hors du camp et de lui apprendre quelques trucs, et s'en était fini là. Je ne repartirais pas sans mon but, même si ce petit apprenti ne voulait pas.

À la suite de ses pensées, je finis par arriver droit devant le jeune mâle tigré, mes yeux d'un topaze cette journée-ci le détaillant de haut en bas. Il devait avoir dans les 6-7 lunes, un corps moyen, je dirais plutôt robuste suite aux entraînements de celui que je suivais. Pourtant, il ne pouvait se permettre de manquer un entraînement que parce que sa petite conscience lui dictait. Il ne serait jamais un grand combattant et chasseur, sinon. Mais qui étais-je pour lui recommander ? Seulement un guerrier normal, du moins c'était ce qu'il pensait peut-être. J'étais oui un guerrier, mais j'avais moi de même été apprenti comme ce jeune matou. S'il pensait être un révolutionnaire idiot qui se pensait malicieux à jouer des tours ingrats, tant mieux pour lui, mais je ne pouvais pas permettre ce genre de comportement dans ma mission. Je m'assis donc devant lui, enroula ma queue autour de mes pattes et commençait lentement une toilette de mon pelage. Il ne voulait pas s'entraîner ? Et bien qu'il reste apprenti éternellement, du moins jusqu'à ce que je décide à le prendre par la peau du cou et à le mener moi-même. Suite aux pensées qui gambadaient dans mon esprit et à la petite toilette que je venais de terminer de faire, je m'installai confortablement et planta mes prunelles dans les siennes, attendant qu'il parle. J'étais bon à ce jeu, je jouais avec le silence depuis que j'avais à peine 5 lunes, donc j'étais tranquille pour ce côté.

S'il ne se décidait pas à bouger, alors je prendrais moi-même les choses en pattes. Il risquait de ne pas trop coopérer et je n'avais pas spécialement le goût de m'occuper d'un apprenti grognon, mais je ne faisais pas passer mes envies (en avais-je vraiment?) avant ceux de Serpentaire. Je finis donc par me lever, tourner le dos au matou et me mis à marcher doucement en direction du cèdre en secouant ma queue. J’espérais qu'il allait me suivre et non pas grogner comme un idiot.. J'espérais, mais que pouvais-je espérer de cet apprenti.. Qui, d'ailleurs, me rappelait un souvenir. Il y avait quelques lunes, j'avais entendu des cris résonner dans la tanière du guérisseur et des messes basses échangées doucement, comme des soupirs échangés qu'on ne devait briser. On ne disait qu'un de plusieurs chatons avaient survécus au mal blanc, un certain Petit Marais.. Puis, quelques jours plus tard, on avait retrouvé le cadavre de son père. Une histoire tragique, mais si chaque histoire forgeait notre caractère, la sienne lui donnait-il le droit d'être comme ça ? Mon avis personnel (que je n'allais pas dire) hurlait non.

Bien que je ne le connaissais pas vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un entraînement relayé - pv Nuage des Marais - abandon   16.09.16 21:26

Nuage des Marais prit énormément de plaisir à s'asseoir ainsi et à regarder le Guerrier, plongé dans un mutisme depuis des lunes déjà, s'éloigner à vue d'œil. Il vit sa silhouette se ternir au loin. Bientôt, il ne discerna plus qu'une tâche brune caramélisée au loin. Bon vent se miaula pour lui-même l'Apprenti. Il savait bien que d'ici quelques secondes, le Guerrier se rendrait compte qu'il était seul à courir et que le novice qui devait le suivre, était planté comme un imbécile devant le Camp. Oui. Ombre Silencieuse allait s'en rendre compte, ce n'était qu'une question de secondes. En attendant ? Le félin brun tigré savoura sa victoire et s'éprit d'un fou rire étouffé et masquée qui se réduisait à simplement y penser fortement. Il ne pouvait pas se moquer ouvertement, ce n'était pas l'objectif. Aujourd'hui ? Il avait envie de s'entraîner, mais il fallait bien faire passer une évaluation au Guerrier lui-même. Est-ce qu'il saurait réagir ou bien est-ce que Nuage des Marais mènerait la danse ? Au fond, il espérait une réaction du matou, sinon ce n’était pas drôle. Il n’y avait rien de palpitant à s’amuser sans que l’autre ne réagisse. Rien de bien amusant à jouer seul, sans que l’autre ne participe. Un jeu amusant était un jeu où les deux partis étaient consentants et où chacun connaissaient les règles. De loin, Nuage des Marais vit l’allure du félin ralentir, jusqu’à se stopper complètement. Enfin murmura-t-il, le sourire sur son visage s’allongea lorsque le regard bleu du Guerrier rencontra celui vert forêt du novice. Un long moment passa comme cela, sans que ni l’un, ni l’autre ne baisse la garde dans ce jeu de regard. Nuage des Marais ne voulait pas perdre ce duel. Le perdre reviendrait à déjà courber l’échine. Pourquoi le ferait-il alors que cette joute amicale venait à peine de commencer ? Il ne s’était même pas encore amusé. La lueur de malice et de mépris dans son regard grandis jusqu’à ce que le Guerrier se décide d’avancer en sa direction.

Première victoire, articula Nuage des Marais. Il cachait parfaitement la joie qui irradiait son corps derrière son regard dur et mesquin. Il n'y avait guère que ces expressions-là qu'ils savaient jouer à la perfection et ce sont celles qui lui allaient le mieux, alors pourquoi s'en priver ? Le Guerrier brun pensait certainement avoir reçu une faveur de la part d'Étoile du Serpentaire lorsque ce dernier lui avait « confié » Nuage des Marais, il se trompait et il devait bien s'en rendre compte maintenant. Et dire que ce n'était pas fini pour lui. Nuage des Marais fut heureux de ne constater aucune impatience émanant du félin. Soit, il jouait bien le jeu, soit il avait compris le petit plan de Nuage des Marais et acceptait parfaitement cet accord silencieux entre les deux. L'Apprenti accueillit le Guerrier à ses côtés en élargissant son sourire et en mimant un salut ridicule et sans la moindre pensée positive pour ce dernier. Il vit le Guerrier entrer dans son jeu et encore une fois, le plaisir ressentit se faisait entendre. Imitant le novice, il s'installa en position assise et enroula sa queue autour de ses pattes. Comme s'il tentait une de l'avoir au dépourvu, il commença une toilette. Nuage des Marais savait très bien que malgré son air indifférent, le Guerrier devait se sentir mal à l'aise devant lui. Il le pensait si fortement que cela devait être vrai. Quel Guerrier soucieux d'accomplir un ordre de son Chef ne serait pas mécontent devant un obstacle de cette envergure ? Le novice connaissait d'autant plus les penchants larbins et obéissants de ce gentil petit Ombre Silencieuse qui aimait tant courber l'échine devant son Chef et obéir à sa moindre requête. Sa toilette dura un petit moment qui fila rapidement entre les pattes de Nuage des Marais, qui observait le Guerrier, sans même avoir changé quoi que ce soit dans son attitude. Ses yeux retrouvèrent ceux du Guerrier et son sourire s'élargit alors qu'il se redressa et se mit en route.

D'abord, en marchant, puis abandonnant pour de bon le Guerrier, il se mit à trottiner puis à courir, s'éloignant indéniablement de ce dernier. Tout sourire et tout plaisir, il sentit le Guerrier se lever et se mettre en route. Où est-ce qu'il voulait l'emmener ? Qu'importe, puisque c'était Nuage de Marais qui menait. Décidant de jouer encore un peu avec les nerfs du matou et avec son sang-froid qu'il semblait plutôt bien maîtrisé, il prit la direction des Marais. Bien évidemment qu'il n'allait pas s'y rendre et bien sûr qu'il allait suivre l'entraînement de ce félin qui allait néanmoins en baver avant d'y parvenir. Nuage des Marais aimerait entendre le son de sa voix aujourd'hui, il tentera de le faire, même si la victoire est potentiellement impossible, il s'y risquera et ne baissera pas les pattes. Un sourire en coin, il tourna la tête en direction du Guerrier et imitant les mouvements de queue qu'il avait fait quelques minutes avant pour l'inviter à le suivre, il se mit à accélérer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un entraînement relayé - pv Nuage des Marais - abandon   17.09.16 3:18

Alors que je croyais que le jeune chat allait finalement se mettre à coopérer, je clignai doucement des yeux en me mettant en marche. Le plan pour aller jusqu'au Cèdre calciné se dressa bien vite dans ma tête, analysant les endroits à éviter et ceux à prendre sans aucune hésitation, ce qui fit que je fus distrait pendant quelques secondes. Après ce court laps de temps, je remarquai bien vite que le mâle s'éloignait de moi-même et de la destination finale. J'analysai vivement que son petit jeu tout feu tout flamme me visait particulièrement et qu'il n'allait pas me lâcher de sitôt, ma réflexion se validant quand je le vis faire le mouvement de queue que la mienne avait faite il y avait quelques minutes. Il se mit à accélérer plus vite, son sourire victorieux toujours accroché à sa gueule.

Je m'arrêtai complètement, ma tête penchée vers la droite et mes yeux sans expression fixant le vide qu'occupait la place de Nuage des Marais auparavant. Je baissai doucement ma tête vers mes pattes caramel, puis la leva devant mes yeux pour ouvrir doucement mes griffes qui scintillèrent à la douce lueur du soleil. Mon esprit calme imagina mon corps dressé depuis plusieurs lunes au combat sauter sur cet apprenti, le plaquer au sol et lui labourer si violemment la gorge que le sang éclabousserait même la voûte céleste. Son regard qui aurait été narquois et moqueur devant moi se transformerait en un puit sans fond, alors que mes griffes viendraient se planter dans ses yeux sans vies. Puis je labourerai son ventre à coup puissant de patte.

Mon esprit s'imagina cette scène, mais aucune satisfaction, ni impatiente, ni haine ne se matérialisèrent en moi. Ce ne fut qu'un silence hurlant et pesant, comme une tempête qui se préparait, raflant arbre et animaux sur son passage. J'avais peut-être envie de le tuer, qui sait. Mais je ne le ferais pas, car l'ordre d'Étoile du Serpentaire était tout simplement de l'entraîner. Ce fut d'ailleurs suite à cette pensée que mon corps élégant se mit en marche, suivant les traces de l'apprenti qui s'était enfui en direction des marais. Mon pelage flottait doucement dans l'air frais du matin alors que je filais, aussi vite que le vent, mes muscles roulant sous une posture svelte et agile. Après quelques minutes de cavale, j'eus tôt fait de voir le bout de sa queue dépassée nonchalamment d'un buisson, comme une petite souris attendant sa proie. Je ralentis donc le pas, puis, avec mon allure habituelle, me mis doucement à frôler le sol d'un pas doux comme l'air, tellement soyeux qu'on aurait dit que je volais à la place de déposer mes pattes sur ce sol boueux. Mon esprit se mit rapidement en marche, analysant le corps plutôt large et musculeux pour son âge, sûrement dû aux entraînements.

Mais cela pouvait se transformer en défaut.

C'est ce que je lui prouvai en débarquant doucement derrière lui, silencieux comme l'ombre que portait mon nom. J'agis aussi vite et aussi précis que je pus le faire, ma patte droite allant vivement faucher le mâle pour lui faire mordre le plus brutalement la poussière du sol rempli d'épine. Suite à cette légère attaque surprise, je le contournai doucement et m'assis à côté d'un arbre, la patte en l'air. Je sortis doucement mes griffes et traçai une longue barre sur le conifère, voulant lui faire comprendre que sa première erreur avait été de tourner le dos à son ennemi, même si je n'en étais pas spécialement un. Par contre, si j'aurais été un matou du vent, du tonnerre ou de la rivière, son sang se serait déjà répandu lugubrement autour de lui. Je mimais donc le geste de me tourner de dos, puis secouer doucement ma queue comme si je devais m'adresser au plus petit des chatons qui ne comprenait rien. Je n'en retirais même pas un petit plaisir, même pas un sourire, ni impatience envers ce mâle qui semblait tout savoir. Juste peut-être une... Lassitude ? Était-ce cela ? Ou tout simplement l'envie de retrouver son quotidien ?

Je haussai rapidement mes épaules fines et me tournai brusquement en direction du terrain d'entraînement, le corps calme et détendu, mais les oreilles pointées sur mon crâne, aux aguets. S'il était assez idiot pour prendre une revanche, alors j'étais prêt.

Par contre, fini les jeux de course dans la forêt. Il allait soit me suivre, soit rester petit apprenti qu'il était et ce serait tout. Je commençai donc la deuxième petite partie de mon entraînement et me mis à filer droit devant moi, mes muscles jouant sous mes épaules. Je filai beaucoup moins vite que ma vitesse maximale, je dirais à la moitié, mais quand même assez pour arriver au Cèdre Calciné avant 10 minutes en maintenant une cadence normale. Mes pattes contournant arbres et racines, je me penchai vivement et bondis tel un lion devant sa proie devant ronces et obstacles. Je tins ce rythme en silence pendant le temps prévu, puis débarquai dans la clairière dans un bruissement silencieux. Je n'avais aucune idée s'il avait décidé de me suivre ou non, mais si la réponse était négative et qu'il croyait que j'allais continuer à le suivre, il était loin du compte.. Et cela prouverait peut-être même qu'il ne connaissait pas notre joli territoire.

En attendant donc son arrivée (ou peut-être pas), je me mis à graver des petits signes dans la terre meuble et les plantes, histoire de lui expliquer que nous allions tester l'art du combat. Après les petits signes, je me tins droit, les sens allumés, attendant la venue de ce jeune mâle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un entraînement relayé - pv Nuage des Marais - abandon   18.09.16 22:30

Nuage des Marais sentait une sensation de liberté germer dans son esprit et se répandre dans ses veines au rythme des battements de son cœur. Il savait que le matou allait le suivre. Il le savait et pourtant, il ne ralentit pas pour permettre à ce dernier de le rattraper facilement. Il pensait le savoir. Il pensait simplement en être persuadé. Mais connaissait-il réellement ce félin pour l'affirmer ? Est-ce que tous les félins réagissaient de la même façon à ses provocations ? Il ne se posa même pas la question. Se concentrant davantage sur l'endroit où il se rendait plutôt que de savoir si un quelconque félin le suivait, il arriva bien rapidement aux abords des marais et ce n'est que lorsqu'ils furent dans son champ de vision qu'il considéra qu'il était tant de ralentir. Il commença donc par ralentir son allure, au point de passer à côté d'un buisson, auquel il ne porta aucune attention particulière, en marchant. Sans se retourner, ses oreilles repérèrent des bruits de pas, signe que le Guerrier l'avait bien suivi. D'ailleurs, ce bruit était bien plus léger que le véritable martellement qu'il avait entendu lorsque le Guerrier l'avait suivi jusqu'ici. Bien s'il n'avait pas conscience de l'avoir entendu, son esprit, lui, s'en rappelait très bien. Le sourire malicieux qui ornait le visage du matou tigré s'allongea et malgré le jeu de provocation auquel il jouait avec le félin, il ne trouva pas ingénieux de s'attendre à un éventuel revers de situation. Non. Il se pensait au-dessus. Et puis, il pensait que le félin silencieux avait bien plus de sang-froid que cela. Il ne prit ainsi par ses précautions et le regretta amèrement lorsqu’il finit le nez dans la poussière. Un sourd grondement s’échappa de sa gueule, alors que son museau heurta le sol. Il se releva en un bond, la poussière qu’il avait soulevée pendant sa chute lui permit tout juste de voir une silhouette qui tenait je ne sais quoi sur un arbre, avant que cette dernière ne disparaisse, alors que l’Apprenti reprenait ses esprits.

Chose faite en quelques secondes seulement, le félin ne déplora aucune blessure, une contusion tout au plus et répondant à son esprit de vengeance, bien peu prompt à suivre un quelconque entraînement avec ce félin vicieux qui venait de signer un pacte de non retour avec l'Apprenti, il se jeta à la poursuite du félin qui filait ventre à terre. La fuite que menait le Guerrier paru aux yeux du novice comme un signe de faiblesse évident. Et puis cette attaque qu'il avait menée, digne d'un lâche. Il avait donc face à lui un lâche. Un lâche qui avait comme optique de l'entraîner lui ? Nuage des Marais refusait catégoriquement d'être entraîné par un matou dont la seule arme était la lâcheté et la couardise. S'il souhaitait jouer à ce petit jeu avec Nuage des Marais, il allait être servi. Dans les yeux de l'Apprenti, qui continuait de suivre à grandes enjambées le félin, régnait en mettre des sentiments de colère, de haine et une revanche sans laquelle, il ne se serait probablement pas rendu au Cèdre Calciné à la suite de ce chat. Il ne fallut guère longtemps à Nuage des Marais pour reconnaître les abords du lieu en question. Et cela fut de plus confirmé par cette allure au ralentit qu'adoptait le Guerrier devant lui. Déjà qu'il n'était pas bien rapide, il ralentissait encore. Griffes dehors et haine en tête, Nuage des Marais, lui, ne ralentit pas une seconde. Allait-il changé d'avis au dernier moment ? Allait-il prendre ce risque de passer pour un félin ridicule, se pliant au moindre signe de la part d'un pseudo Guerrier qui se prenait pour un muet et en plus de cela le mentor qu'il ne serait jamais ? Certainement pas. Cette question ne résonna même pas dans son esprit. Son objectif en tête, il ne changerait pas d'avis.

Nuage des Marais arriva quelques secondes après Ombre Silencieuse sur le lieu prévu initialement de leur soit disant entraînement. Le sourire malicieux qu'il avait sur le visage auparavant s'était transformé en une face bien plus dur, le sourire qui y trônait à présent laissait entrevoir ses crocs et l'ambiance n'était plus la même. Les muscles tendus, la tension étant palpable, l'Apprenti fit face au Guerrier. Il le vit ainsi trifouiller dans la terre, tel un chaton s'amusant avec les brindilles qui traînent dans le Camp parce qu'il n'a pas d'autre adversaire. Lui en avait un. Il s'en était fait un. Le sourire morbide qui ne quittait plus les babines de Nuage des Marais tordait son visage en une grimace agressive. Il était loin d'être le même lâche qu'Ombre Silencieuse. Non, il était différent. Sans se montrer furtif, tout en indiscrétion, il se rapprocha de lui, piétinant les petits dessins malheureux qu'il avait fait dans la terre, ruinant les brindilles qu'il avait si soigneusement positionné. D'une voix ou perlait un certain sarcasme, l'Apprenti miaula :

« Oups. »

Avant de se jeter, griffes rentrées, sur le Guerrier.

HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un entraînement relayé - pv Nuage des Marais - abandon   20.09.16 23:21

Mes oreilles légèrement pointé vers le ciel, mon regard vide allant de brindille en brindille, je répétai doucement dans ma tête les enchaînements lorsque je me rendis compte que Nuage des Marais avait fait bien plus vite que je le croyais capable. Un je ne sais quoi l'avait poussé à me talonner, car, quand le jeune matou débarqua brutalement au centre du camp d'entraînement, son visage et sa façon de se conduire avaient totalement changé, comparable au soleil et à la lune. Il semblait furieux, complètement hors de soi, un sourire rageur déformant son facial auparavant moqueur et tressaillant de sarcasme. On aurait dit, dans sa tête, qu'à la place d'un simple chat de l'ombre se trouvait un guerrier féroce du tonnerre, comme dans une vraie bataille. Tout semblait hors de contrôle dans son esprit, tel un immense orage grondant et fracassant son vent sur le Cèdre Calciné.

J’imaginai lentement des ombres nous encercler tous deux alors que l'ambiance descendait peu à peu pour en rejoindre une sombre et pleine de haine, du moins vers ce matou. Peut-être pensait-il que j'avais sorti de mes gonds et l'avais attaqué sans vergogne, mais ce petit allait tôt ou tard apprendre que nous ne vivions pas dans un monde de papillon et de fleur. Partout, partout il y avait des chats qui lui auraient arraché les oreilles par-derrière à la moindre perte d'attention. S'il pensait qu'il allait s'en sortir toute sa vie sans regarder derrière lui et sans considérer que des couards pouvaient pulluler sur les terres des chats de clan, alors je ramasserais sûrement son cadavre quelques lunes plus tard.. Un regard vide accroché dans mes prunelles mais un sourire sans vie accroché à mon visage. J'aurais même pus chuchoté un " je te l'avais bien dit. " Mais seulement pour moi-même.

Par contre, l'avantage d'avoir fait ce mouvement avait porté ces fruits, bien plus que je l’espérais. J'étais presque (presque) agréablement content de le voir débarquer, prêt à en découdre sur la place. Quelques lunes plutôt, j'aurais pu prendre ça pour une félicitation personnelle. J'avais au moins réussi à le mener jusqu'ici, en plus de la motivation qui semblait maintenant bouillonner vivement dans son corps aux muscles bandés.. Qui marchait dorénavant férocement vers moi, piétinant sans remords les branches que j'avais placé là. Je n'eus aucune réaction, ni de crise de colère, ni un pincement de reproche dans le regard. La seule réaction que j'eus fut de relever ma tête et de pointer un regard voilé, presque sans vie, vers Nuage des Marais. Une pensée flotta dans ma tête alors que j’imaginais ce que nous devions ressembler à quelqu'un qui nous regardait, feu contre glace, colère contre.. absolument rien. Le ying et le yang, deux matous complètement différents, mais qui pourtant, se côtoyaient dans le clan depuis maintenant plusieurs lunes. S'en était presque risible. Presque.

Perdu les yeux dans les vagues, je remarquai presque trop tard que le corps agile du matou avait foncé vers moi, vif comme une étoile filante. Ma première réaction fut de poser mes yeux sur ses pattes légèrement tendues. Il ne sortait pas les griffes, donc mon esprit ne fit qu'un tour : le commencement de l'entraînement. Malheureusement, mes pensées troubles ne me permirent que d'esquisser un léger pas vers la droite, ce qui fit qu'il me percuta l'épaule de plein fouet et m'envoya légèrement valser jusqu'à ce que mon corps se réceptionne sur un arbre. Je me relevai prestement, hochant légèrement la tête vers le mâle devant moi. Il avait bien attaqué, mais l'attaque de face n'était pas la meilleure. La feinte était sûrement ce qu'on pouvait élaborer de mieux, surtout pour un chat plus massif contre lui. Les attaques d'un chat plus massif laissaient à un chat agile le temps de s’éclipser sans grands dommages, c'est donc ce que j’essayais de lui faire comprendre. Je me remis bien vite dans l'action et bondis vers lui, de face, puis pivotai sur le côté avant de me retrouver derrière lui. Je lui frappai doucement la patte arrière avec ma patte, puis valsai autour de lui comme si je dansais avec un autre chat. Ma technique de combat était celle-ci ; une technique de danse. Rien ne valait mieux que celle-ci, bouger doucement, regarder où placer ses pattes et tournoyer, glisser, griffer, mordre. Comme une petite répétition, aussi facile que cela. J'avais l'intention de lui apprendre quelques pas, si seulement il était apte à m'écouter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un entraînement relayé - pv Nuage des Marais - abandon   24.09.16 22:34

Pourquoi est-ce qu'il n'avait pas sortit ses griffes ? Lui, le savait parfaitement. Il n'avait nullement en tête d'épargner le matou. Non, il mourrait bien d'envie de lui faire la peau, de le réduire en descente de litière, d'en faire un vulgaire tapis de poils sans vie, mais le Code du Guerrier ne lui permettait pas un tel écart de comportement. Le jeu, l'amusement, la provocation et tout ce que cela représentait pour le novice entrait, tant bien que mal, dans ce code qu'il suivait à la lettre. Le meurtre, lui, ne faisait pas partit de ce dernier, mis à part en cas de nécessité absolu, pour protéger son Clan ou sa propre vie. Nuage des Marais ne craignait nullement le matou qui devait l'entraîner aujourd'hui. Ombre Silencieuse avait toujours été réglo et n'avait jamais levé la patte une seule fois sur quelqu'un de son Clan, mis à part pour les entraînements. C'est ce que croyait dur comme fer l'Apprenti qui connaissait trop bien la rumeur qui collait aux poils de ce matou silencieux, un silence total, mais également une obéissance totale et dénuer du moindre courage pour désobéir. Et surtout pas à son idole Étoile du Serpentaire qu'il regardait toujours de sa bassesse la plus totale et dont il suivait les instructions à la patte et à l'œil. Nuage des Marais avait beau admiré son Chef et mentor, il ne se pliait jamais comme Ombre Silencieuse, sous ses souhaits. Il avait plutôt tendance à lui tenir tête, malgré son envie de progresser. Dans la tête de l’Apprenti, son Chef devait être capable de le contenir pour obtenir son respect et son obéissance, bien que toujours variable d’un jour à l’autre. Nuage des Marais n’avait nullement envie de paraître lâche, devant le Guerrier, alors même si les griffes n’y étaient pas, dans un souci d’éthique, le cœur et l’âme y était. Les muscles du novice tendus à leur maximum et l’effet de surprise fit son effet et le Guerrier silencieux, bien que tentant d’esquiver, se retrouva le nez dans la poussière, projeté par l’élan et l’envie du novice.

Nuage des Marais, se réceptionna quant à lui, sans une once de difficulté, du moins en apparence. Après avoir percuté de plein fouet l’épaule du Guerrier qui avait tenté vainement une esquive alors que l’étau était déjà bien resserré sur lui, ses pattes durent retrouver une autre forme d’appui que ceux auxquelles elles s’attendaient. Lourdement, mais sûrement, elles retrouvèrent l’assurance du sol. Et maintenant ? Alors que toute la colère de l’Apprenti s’apaisait petit à petit, heureux d’avoir prit sa petite revanche et d’avoir réussi à envoyer bouler ce Guerrier qu’il ne tenait pas spécialement en estime, voir pas du tout, il ne détendit pas pour autant ses muscles. D’ailleurs, rien dans son attitude ne traduisit cette décente de tension. Rien du tout. Ses poils étaient toujours hérissés, donnant une allure encore plus imposante à son corps, ses yeux lançaient toujours ces mêmes éclairs, cette même lueur revancharde et terrifiante dansaient toujours dans ses pupilles d’un noir de jais intense et son modique sourire continuait de tordre ses babines. Toujours aux aguets, Nuage des Marais vit Ombre Silencieuse se relever rapidement et hocher la tête. Troublé, mais n’en montrant rien, le tigré se demanda si le Guerrier avait toute sa tête et comprenait réellement ce qui se disait en silence. Pensait-il qu’il s’agissait là d’un entraînement ? Pensait-il que tout le corps de l’Apprenti ne désirait rien d’autre que de s’échauffer un peu avant de passer à l’apprentissage de nouvelles techniques ? Aux yeux de Nuage des Marais, ce Guerrier n’était même pas apte à lui apprendre quoi que ce soit. Quoi qu’il montre, quoi qu’il fasse, il n’arrivait pas à la patte d’Étoile du Serpentaire.

Puis, comme prit pas un démon que Nuage des Marais ne connaissait pas, Ombre Silencieuse bondit dans sa direction. Sans bouger d'un poil, l'Apprenti se contenta de se redresser, tout dans son attitude tendait à montrer qu'il n'avait aucunement l'attention de l'écouter, qu'il se pensait bien au-dessus de lui et que de toute façon, il ne le craignait pas. Son regard se durcit, son sourire s'effaça, alors que le Guerrier pivota autour de lui, pour venir frapper sa patte arrière droite. Contrarié, s'il n'avait pas eu une autre intention en tête, il se serait retourné vivement vers lui et lui aurait certainement assené un violent coup de patte dans le crâne, qu'il aurait peut-être esquivé. Au lieu de quoi, il prit le temps de condenser son agacement. Si cette cervelle de lézard pouvait parler au lieu de faire le pantin, ce serait plus simple gronda pour lui l'Apprenti tigré. Toujours est-il qu'il n'était pas prêt de l'écouter. Gardant cette expression durcie, mais neutre, il fit mine de se détendre pour finalement imiter avec beaucoup de moquerie et d'exagérations voulues les pas qu'il trouvait gauche du Guerrier. Bien qu'il n'imite que de très loin la technique du matou, il finit comme ce dernier derrière le chat brun, comme s'il était un bon élève. Gauche certes, voulu ou non, il s'était glissé contre le flanc du matou, avait laissé sa queue frôler son pelage après avoir fait de même avec son museau, il ne perdit pas une miette de ses possibilités. Une fois dans le dos du matou, mimant une faute, il balaya de plein fouet les deux pattes arrières du matou.

« Comme ça ? »

Lâcha-t-il une expression débilement moqueuse sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un entraînement relayé - pv Nuage des Marais - abandon   13.12.16 22:27

Up ? :)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un entraînement relayé - pv Nuage des Marais - abandon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un entraînement relayé - pv Nuage des Marais - abandon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entraînement d'orientation
» Entraînement chasse ! (privé Nuage de Corbeau)
» [Entraînement] Lame
» Entraînement sous haute température [ Sento - Tenzen ]
» La roche n'est pas si solide! Chapitre d'entraînement numéro 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Propheties Begin :: Au commencement :: Archives :: RPG-