THE PROPHETIES BEGIN

Thème III - L'intégration

 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Where are the knives ∆ Nuage des Marais - end

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chant du Toucan
▬ Guerrier
avatar
Messages : 1115
Date d'inscription : 19/06/2016
Age : 20

Carte d'identité
Âge: 37 lunes (octobre)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: //

MessageSujet: Where are the knives ∆ Nuage des Marais - end   20.10.16 20:16

Where are the knives
Toucan & Nuage des Marais
You waited...
But nobody came


Le sol spongieux exerçait une succession sur ses délicates – et petites – pattes ; cela le dégoûtait. Il n’était pas habitué aux miasmes des marais, mais il était poussé par sa curiosité, et n’avait pas encore exploré ce coin de la forêt. Ce coin qui sentait la mort, la chair en putréfaction, le rat décérébré – les âmes désenchantées, le paradoxe usé.

Le Charnier.

Toucan n’était pas de nature morbide, le macabre n’était pas sa tasse de thé ; mais il avait une curiosité insatiable qu’il devait tenter de combler. Aussi, il marchait, l’air déterminé, quoique mal à l’aise, ses pattes collantes et la queue bien haute pour éviter de la tâcher. Cette boue nauséabonde commençait à dégrader son humeur.

« Puuutain. »

On y était. Le mécanisme de la colère s’était enclenché en lui, ses rouages cliquetants œuvraient peu à peu dans son cerveau, lui envoyant des petites décharges d’agressivité. Il en avait marre, marre de cette fange, de cette odeur, de sa fourrure poissée.

« Saloperie de boue. »

Ce n’était décidément pas le moment qu’il tombe sur quelqu’un. Une rencontre dans de telles conditions ne pourrait certainement pas avoir d’issue heureuse.

_________________
Daydream milk and genocide

©️ Nix ♥️
Toucan te pécho en darkslategray

Couvre moi de cadeaux:
 

slt c'est moi:
 


Dernière édition par Toucan le 26.03.17 20:02, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Where are the knives ∆ Nuage des Marais - end   02.11.16 22:07

« Casse-toi saloperie ! »

Nuage des Marais venait de cracher son venin sur un Chaton qui l'avait approché d'un peu trop près et qui malgré son poil gonflé et son feulement, avait décidé de faire le téméraire à lui marcher sur le bout de la queue. Accompagnant ses paroles d'un mouvement, il s'était redressé, avait fait face à l'insolent, crocs découverts, babines totalement retroussé et poil en bataille. Il n'était absolument pas d'humeur à s'occuper des Chatons que les Reines envoyaient paitre parce qu'elles en avaient assez. Elles n'avaient qu'à assumer leurs conneries. Ce n'était absolument pas à lui, Apprenti, de payer le prix d'une partie de plaisir et d'une décision qu'elles avaient prises. À peine le regard meurtrier de Nuage du Marais eu trouvé le corps du Chaton coupable que ce dernier se recroquevilla. Il se plaqua à même le sol froid, tremblant comme une feuille morte. Loin d'être attristé ou touché par la mascarade du petit, l'Apprenti tigré se rapprocha, les muscles roulants sous son pelage brun. Sans la moindre once de douceur et ne voyant pas l'objet de sa colère s'envoler, il décida de prendre la décision de le faire lui-même. Ses griffes sorties se plantèrent dans la queue du petit, imitant ainsi ce qu'il avait fait auparavant et un cri de douleur sortit du petit animal, un gémissement pitoyable, qui eut au moins la gratitude de rameuter la mère de l'énergumène. Cette dernière arriva en furie et se positionna entre le novice et son petit. Le regard de Nuage des Marais ne montrait guère plus de calme ou moins de dégoût en voyant la chatte visiblement de mauvais poil, ses crocs ne retrouvèrent pas non plus la couverture de ses babines, non, il resta stoïque jusqu'à ce que de peur, la femelle emporte le chaton dans la pouponnière. Satisfait, apaisé de la disparition de sa vue de la boule de poils, il se réinstalla à l'endroit même où il se trouvait et reprit ce qu'il était en train de faire, plantant ses crocs dans sa proie et avalant calmement les chairs de cette dernière.

Auréolé de sa victoire contre le chaton et sa mère, content d'avoir rempli son estomac, Nuage des Marais prit le temps de nettoyer ses moustaches, puis tous ses poils à grands coups de langue. Il lui fallait remettre en place chacun de ses poils, après que l'autre énergumène ne soit venu le faire braire. Après quelques longues minutes, quelques centaines de coups de langue, il parvint à un résultat qui lui convenait parfaitement. Simple, propre, le poil lisse et droit, cela reflétait parfaitement l'image qu'il se donnait. Sans même prévenir quiconque, il décida de sortir du Camp et de n'en revenir que lorsqu'il en aurait envie. De toute façon, peu était ceux qui osaient essayé de lui dire quelque chose ou même encore de le retenir. Nuage des Marais n'avait guère beaucoup de respect pour personne, il n'y avait à ses yeux qu'Étoile du Serpentaire qui méritait un peu d'admiration. Les autres ? Il n'en avait que faire. S'il le fallait, il était prêt à les piétiner pour les écarter de son chemin, à l'image du chaton de ce matin, il était capable de se montrer de mauvais poil et hargneux avec n'importe quel félin, qu'il appartienne ou non à son Clan ne changeait pas grand-chose. Pour résumé, sa haine envers l'autre décuplait lorsqu'il s'agissait d'un félin d'un autre Clan ou pire encore un vulgaire solitaire ou un pauvre chat domestique. Il n'avait que faire des plus faibles, à ses yeux, seuls les plus puissants avaient le mérite de continuer de vivre, les autres se traînaient comme des larves, en attendant qu'un être supérieur leur donne la mort qu'ils attendaient comme une sainte libération. Les pas léger de l'Apprenti le conduisirent bien rapidement au Charnier, le pourquoi du comment, il n'en savait trop rien, son instinct l'avait seulement mené à sa proie. Le chasseur tigré qu'il était n'eut aucun mal à percevoir les lamentations d'un félin qui ne faisaient nullement parti de son Clan et d'aucun autre. Les yeux transcendant littéralement le minuscule corps du félin, son magnifique sourire perfide, arrogant et sadique s'abattit sur son visage alors qu'il articula d'une voix glaciale.

« Saloperie de domestique. »
Revenir en haut Aller en bas
Chant du Toucan
▬ Guerrier
avatar
Messages : 1115
Date d'inscription : 19/06/2016
Age : 20

Carte d'identité
Âge: 37 lunes (octobre)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: //

MessageSujet: Re: Where are the knives ∆ Nuage des Marais - end   04.11.16 22:42

Where are the knives
Toucan & Nuage de Marais
You waited for a fight
But nobody came


Il continuait à s’embourber, il continuait à s’énerver. Puis il entendit une voix, petite Jeanne d’Arc. Une voix froide, acérée, qui trancha dans sa colère. Une voix qui l’insultait. Il se retourna le plus vite qu’il put, sortit de la boue pour enfin atteindre un petit tas de détritus. De son promontoire instable, il guetta l’origine de la voix. Il plissait les yeux, mais ne discernait pas grand chose : des immondices, quelques rats en putréfactions, de la terre – ton sur ton. Puis un éclair. Un sourire tout croc dehors. Il avait repéré le chat. Ou chaton, il n’était pas sur, il était assez développé, mais son air était trop juvénile. On pouvait lire sur son visage toute la cruauté des enfants.

Toucan observa ses petites pattes, tâchées. Un morceau de sa pile d’ordures se détacha, et atterrit avec un bruit mou, étouffé, dans la boue du Charnier. Sa rage lui revint.

Il se préparait à cracher sa hargne, un rictus placardé en travers de la gueule. Les insultes se pressaient au portillon de son esprit, sa langue s’échauffait. Ses poils se hérissèrent, il fit le gros dos, la queue bien haute et bouffante. Il avait froid, il en avait marre de cette boue, de son corps sali, de l’odeur affreuse de mort et de maladie, de sa solitude. Il avait le remède.

Un torrent de fiel pour un rush d’adrénaline.

« Saloperie de Solitaire gamin. On est pas foutu de différencier les ethnies et on se prétend meilleur que les autres parce qu’on est né dans tel Clan miteux plutôt que de tel autre ? Et fais gaffe chaton, t’es peut-être en train de parler à ton père. T’es sur que je ne me suis pas tapée ta mère ? »

Il ne mentait pas vraiment, après tout, il avait intimement connu tant de chattes – et tant de chats – alors une de plus, une de moins, il devait bien avoir des gamins un peu partout. Enfin, il espérait, il n’avait jamais vu de ses yeux le moindre de ses rejetons.

_________________
Daydream milk and genocide

©️ Nix ♥️
Toucan te pécho en darkslategray

Couvre moi de cadeaux:
 

slt c'est moi:
 


Dernière édition par Toucan le 16.12.16 9:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Where are the knives ∆ Nuage des Marais - end   16.12.16 0:14

Les yeux dans ceux de son compagnon de quelques instants, Nuage des Marais laissa grandir le sourire qui lui tordait déjà les babines. Retroussant ses dernières, ses crocs étaient bien visibles à qui voulait les voir. Est-ce qu’il craignait une offensive de l’autre ? Se préparait-il à lancer l’assaut ? Rien de cela, il ne se salirait pas les griffes, pas avant d’avoir pu le jauger. Calculant coups sur coups, il avait appris à ses dépends que la joute verbale était la première des batailles qui naissait entre deux parties, la première et bien que l’importance soit moindre, avoir un ascendant était toujours positif et bénéfique. Qu’importe sa taille ridicule, qu’importe l’écart potentiel d’âge, Nuage des Marais ne tremblerait pas, ne montrerait aucun signe de faiblesse et ne se laisserait pas heurter par les mots d’un inconnu. Le cœur prisonnier depuis déjà bien longtemps, la pierre qui l’entourait et l’étouffait n’était pas prête de se rompre et surtout pas pour un félin n’ayant même pas le sang noble. Aux yeux de l’Apprenti tigré, seul le sang et l’appartenance à un Clan faisait office de valeur, le Clan de l’Ombre étant le meilleur à ses yeux. Ce n’est que lorsque l’immonde créature portant le nom de chat fit basculer dans sa décadence un immonde déchet, à son image, que l’intention de l’Apprenti se porta réellement sur lui. Bien que positionné en hauteur, son corps donnait une impression de petitesse et de faiblesse, il ne semblait guère très âgé et la force physique ne semblait pas être son atout phare. Malgré ses artifices pour paraître plus solide qu’il ne l’était, son poil hérissé, son dos rond et sa queue tendue, son image ne parvenait à gravir dans l’estime du matou tigré qui s’empressa de remarquer le petit rictus qu’il placardait sur son visage.

« Saloperie de Solitaire gamin. On est pas foutu de différencier les ethnies et on se prétend meilleur que les autres parce qu’on est né dans tel Clan miteux plutôt que de tel autre ? Et fais gaffe chaton, t’es peut-être en train de parler à ton père. T’es sur que je ne me suis pas tapée ta mère ? »

Étrangement, la voix qui sortait du corps de l’autre ne semblait correspondre au physique, ce qui ne déstabilisa en rien l’Apprenti qui n’avait jamais froid aux yeux. Depuis tout petit, se jouant du danger ou l’ignorant royalement, il n’avait jamais courber l’échine devant quiconque, quel que soit l’âge ou la provenance. Apprendre que l’autre appartenait à la sale race des solitaires ne lui fit, ni chaud, ni froid. Entendre cela ne lui rappela que le souvenir d’un félin noir, rencontré au cours d’une escapade nocturne, un souvenir qui ne procurait aucune sensation au rejeton, si ce n’est une pointe d’amusement. La dernière fois, il avait prit la peine de jouer, aujourd’hui, il n’était tout simplement pas d’humeur. Qu’importe l’âge qu’il avait, qu’importe s’il se croyait au-dessus de toutes les lois et de tous les félins, qu’importe s’il pensait que son sang répugnant et infâme de solitaire coulait dans les veines d’un clanique du rang de Nuage des Marais, le jeune savait d’où il venait et même s’il ne montrait aucune considération pour ses parents, il n’avait aucun doute sur leur appartenance au Clan. Son identité était figée dans le marbre, le Clan de l’Ombre pur coulait dans ses veines, les ancêtres les plus puissants avaient donné leur vie pour qu’il naisse. Ne souhaitant pas ternir son image physique, l’Apprenti concéda à l’autre une distance raisonnable, lui laissant également l’opportunité de fuir s’il n’avait pas le courage à l’affronter. Remonter, mais décidé à prendre son pied dans cette joute contre ce chat sans la moindre importance à ses yeux, Nuage des Marais articula, non sans montrer toute la haine et le dégoût que lui renvoyait l’image de l’autre :

« Écoute, je me fous de savoir d’où tu viens, quelle souche tarie et faible coule dans tes veines, autant que je me tape de ceux qui m’ont donné la vie. Bien que tu sois dans ton milieu parmi la charogne, tu serais plus que serviable de virer ta sale gueule de mes terres. »
Revenir en haut Aller en bas
Chant du Toucan
▬ Guerrier
avatar
Messages : 1115
Date d'inscription : 19/06/2016
Age : 20

Carte d'identité
Âge: 37 lunes (octobre)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: //

MessageSujet: Re: Where are the knives ∆ Nuage des Marais - end   19.12.16 18:49

Where are the knives
Toucan & Nuage de Marais
You waited for a fight
But nobody came

Toucan constata que le gamin n’avait pas l’air impressionné. Il envisagea de se sentir vexé, puis se dit qu’il ne méritait pas tant d’importance. Il lui faisait déjà la grâce de l’insulter, n’en demandons pas autant. Mam’zelle l’ordure sur laquelle il se trouvait poussa un soupir. C’était un grincement métallique, un souffle fétide de vieille carrosserie. Il était dressé sur une carcasse de métal, à moitié ensevelie sous les décombres, se noyant dans la boue et la fange, envahie par les rats. Les rats étaient gros, bien trop gros. Toucan ne les aimait pas.

« Écoute, je me fous de savoir d’où tu viens, quelle souche tarie et faible coule dans tes veines, autant que je me tape de ceux qui m’ont donné la vie. Bien que tu sois dans ton milieu parmi la charogne, tu serais plus que serviable de virer ta sale gueule de mes terres. »

Le gamin parlait bien, il avait de la suite dans les idées, et la langue acérée. Le galet appréciait d’ordinaire ces qualités, mais il n’était en ce moment pas en état pour les estimer à leur juste valeur. Les cliquetis de la colère l‘assourdissait. Un tic agitait sa patte avant droite ; elle tressaillait en rythme avec les battements de son sang à ses tempes. Il se racla la gorge, le poil toujours en bataille. La haine qu’il pouvait sentir dans les mots crachés de l’autre le hérissait, et ricochait contre sa hargne.

« Ma sale gueule ? Calme toi gamin, je sais bien que t’es triste d’avoir le faciès le plus banal du monde, mais ne discrédite pas ma splendeur. Faut t’arranger avec la nature si je tire mon coup et pas toi. À croire que mon sang n’est pas si pourrissant que celui des Claniques. »


Il cracha à ses pieds et regardant le jeune chat dans les yeux.
On pouvait dire beaucoup de choses avec les yeux, et ceux de Toucan n’étaient que deux puits de noirceur.

_________________
Daydream milk and genocide

©️ Nix ♥️
Toucan te pécho en darkslategray

Couvre moi de cadeaux:
 

slt c'est moi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Where are the knives ∆ Nuage des Marais - end   20.12.16 21:27

Un langoureux et délicat sourire s’établit sur le visage de l’Apprenti lorsqu’il eut fini de cracher ses quelques mots de haine sur le solitaire. Était-ce un sourire sincère ? Plus sincère, vous ne trouveriez pas. Ce sourire reflétait tout ce qu’il ressentait en même temps. Ce délicat mélange, cette douce substance emplit de haine, de dégoût, de colère avec un soupçon de supériorité et d’une jeune arrogance. Pourquoi diable est-ce que solitaire était sur le territoire du Clan de l’Ombre ? Pourquoi avait-il décidé de croiser le chemin de ce Clan ? Et pourquoi avait-il fallu qu’il se retrouve en face de Nuage des Marais ? L’Apprenti bien que peu attacher à toutes les règles et à toutes les limites que l’on pouvait fixer à la vie, ne pouvait aller contre le Code du Guerrier. Il ne pouvait pas non plus aller contre la volonté de son propre Clan, il avait bien trop d’estime pour ce dernier, pas pour tous ses membres, mais au moins pour ce qu’il était, ce qu’il avait été et ce qu’il sera plus tard. Non. Ce solitaire n’avait rien à fichtre ici, il avait bien réagi. Et encore, rien ne l’empêchait de s’en prendre à l’autre. Les lois n’obligeaient pas à tuer, elles en donnaient seulement la possibilité. À cette sombre pensée, le sourire sur le visage du jeune chat tigré s’étira. Alors qu’il divaguait loin dans ses rêves de victoire sauvage sur ce premier ennemi et sur les suivants, l’autre brisa le silence, sa voix agaçante et n’ayant aucune concordance avec son maigre corps advint jusqu’aux oreilles de Nuage des Marais.

« Ma sale gueule ? Calme-toi gamin, je sais bien que t’es triste d’avoir le faciès le plus banal du monde, mais ne discrédite pas ma splendeur. Faut t’arranger avec la nature si je tire mon coup et pas toi. À croire que mon sang n’est pas si pourrissant que celui des Claniques. »

Gamin. Voilà deux fois qu’il l’appelait ainsi. Mais pour qui se prenait-il ce chat pas plus haut qu’un Guerrier du Clan du Vent ? La hargne et toute la haine qui pouvait être présente dans le corps de l’Apprenti n’étaient rien jusqu’à ce qu’il répète ce mot une deuxième fois. Bien plus accessible qu’on y pensait, son âme prenait un coup à chacune des insultes ou mots qu’on lui lançait. Comment un chat de la trempe de ce ramassis de solitaire pouvait-il le traiter ainsi ? Le reste de ce qu’il avait dit n’eut aucune répercussion sur le jeune tigré, qui déjà parti loin dans sa colère. Elle grandissait. Délicat sentiment qui gagne d’abord votre âme, puis votre corps entier, porté par le sang qui coule dans vos veines jusqu’à tout envahir, dictant ses terribles lois sur le corps, quitte à ce que les dégâts soient incohérents à la situation. Affecté par les paroles du solitaire, comme celles parfois dures de ses camarades, Nuage des Marais avait appris à déguiser tout ça, à ne rien laisser paraître. Et avec une patte de maître, il absorba toute cette haine nouvelle que les mots lui avaient procurée, il la condensa et garda son air prétendument arrogant. La seule colère que l’autre pouvait percevoir était celle qu’il avait déclenchée en voyant qu’un félin étranger avait osé se tenir ainsi sur son territoire, le territoire de son Clan. Nul n’avait le droit de salir de ses pas répugnants et de son odeur âcre, le noble et puissant Clan de l’Ombre. Prenant une voix, sonnant comme un dernier avertissement avant l’inévitable, le jeune Apprenti, lucide, articula :

« Je te le répète une dernière fois. Vire ta sale gueule des terres du Clan de l’Ombre ou je me chargerais personnellement de débarrasser ton corps de sa misérable vie. »
Revenir en haut Aller en bas
Chant du Toucan
▬ Guerrier
avatar
Messages : 1115
Date d'inscription : 19/06/2016
Age : 20

Carte d'identité
Âge: 37 lunes (octobre)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: //

MessageSujet: Re: Where are the knives ∆ Nuage des Marais - end   24.12.16 21:14

Where are the knives
Toucan & Nuage de Marais
You waited for a fight
But nobody came


Ah, il n’avait pas réagi à propos de l’insulte sur sa solitude sexuelle. Toucan réprima un soupir déçu. Il pensait faire vaciller l’autre avec cette pique. Lui, à son âge, avait une bonne idée de l’anatomie féminine… Enfin, à croire que les Claniques pensent que les chatons se trouvent dans les choux, vu leur propension à éviter le sujet – il repensait alors à Cœur Fleuri, et à sa gêne apparente.

Après tout, ce n’était pas son problème. Le gamin en face pouvait bien crever d’abstinence, ou crever tout court, Toucan n’en avait pas grand-chose à foutre.
Les galets ne sont pas connus pour leur empathie.

Les yeux durs, le grand chaton se mit à cracher envers le petit solitaire quelques paroles d’amour, du miel mêlé de fiel, d’une voix qui se voulait froide et dangereuse. Aux oreilles de Toucan, cela sonnait comme une ampoule fêlée. Un peu discordant, d’apparence lumineuse et quasi divine, mais qui s’éteint par intermittence. Oui, l’arrogance de ce chat boueux clignotait, comme s’il ne pouvait pas la maintenir en permanence. Il articulait trop les mots, comme si ces derniers étaient durs à prononcer – il mâchait consciencieusement les syllabes.

« Je te le répète une dernière fois. Vire ta sale gueule des terres du Clan de l’Ombre ou je me chargerais personnellement de débarrasser ton corps de sa misérable vie. »

Sale gueule, sale gueule, il allait se calmer. Toucan était joueur, mais capable de se vexer. Non pas qu’il se sente compliqué par rapport à la taille de l’autre, ou qu’il se trouve moins viril, non, rien de tout cela, il savait qu’il avait une belle gueule, une bouille d’ange, un minois à croquer. Mais qu’on ne le cherche pas trop sur son physique, son assurance n’était pas une armure contre l’énervement.
Bref. Non, il n’avait pas une sale gueule. À la limite, ses petites pattes d’ardoise étaient sales, mais pas étonnant au regard du foutoir dans lequel il pataugeait.

Le Clan de l’Ombre donc. Un Clan qui l’attirait. Serpentaire, son Étoile, lui avait promis la lune, et le pouvoir. Qui plus est, trainer avec sa vieille comparse Obsy ne le dérangerait pas. Enfin, il avait un fils maintenant, et des responsabilités… Il avait aussi Alby, cette gamine qui lui pompait l’énergie et le payait de blessures. Une crème cette petite. Ainsi ce coin de paradis faisait partie du territoire du Clan de l’Ombre. Il grimaça. Il eut espéré quelque chose de plus fancy pour sa future vie.

Respire, inspire, sourit et répond à côté.

« Tu parles de la petite mort mon beau ? Dis moi, t’es fougueux pour ton âge… Pourquoi pas, mais on ne se connaît pas encore nous deux. Ton nom avant de devenir plus intimes ? »

_________________
Daydream milk and genocide

©️ Nix ♥️
Toucan te pécho en darkslategray

Couvre moi de cadeaux:
 

slt c'est moi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Where are the knives ∆ Nuage des Marais - end   27.12.16 21:45

Comment tant de colère pouvait naître entre deux êtres qui ne se connaissaient même pas ? Est-ce que le Clan des Étoiles les regardait agir ainsi ? L’un se justifierait certainement par la simple liberté que son statut lui accordait, un de ces félins se définissant comme solitaire et au-dessus de toutes lois. L’autre jurerait qu’il ne fait ça que pour défendre et les frontières et l’honneur de son Clan, luttant pour protéger ce dernier d’un éventuel ennemi. La vérité n’est peut-être ainsi pas complète. Un semblant de dernière menace était sorti de la gueule de l’Apprenti tigré et c’est ainsi que ses mots devaient être pris. Avec son langage cru, simple et direct, il s’imaginait peut-être que l’autre comprendrait immédiatement l’enjeu auquel il faisait face. Peut-être est-ce qu’il comprendrait qu’il était mieux de faire demi-tour et de ne pas polémiquer. Est-ce que le novice hésiterait un moment à défendre physiquement son Clan ? Pas une seule seconde, pas à un seul moment le doute ne s’installera. Il ne prendra guère le dessus sur sa hargne naturelle et son envie de défendre et protéger le Clan, seul ensemble harmonieux à ses yeux qui méritait qu’il se batte pour lui. Armé d’une profonde colère, il était prêt à mettre en œuvre ses menaces. Monter sur ce tas de déchets sur lequel se cachait le petit minet ne lui faisait ni chaud, ni froid. Ses muscles se bandèrent à cette idée et ses griffes sortirent pour venir arracher au sol quelques grammes de terres, laissant de vagues cicatrices dans l’épaisse couche de terre se trouvant juste sous ses pattes. Malsain, il le deviendrait s’il le fallait. Il s’était toujours juré de faire passer son Clan avant même les sentiments de pitié ou de culpabilité. S’était-il déjà senti coupable après un coup-bas ? Avait-il déjà ressenti ce sentiment que d’autre prenne comme une plaie d’envergure ? Rien ne l’affectait. Rien ne semblait en apparence. Depuis tout petit, depuis sa naissance, il était parvenu à rester indemne de tous ces sentiments, exultés au plus loin, dressant la plus puissante des barrières, presque rien ne l’atteignait. Malgré tous ses actes, toutes ses moqueries, ses méchancetés et toute la haine qu’il pouvait avoir l’égard de tant de chat, il n’avait jamais de regret sur la vie qu’il menait. Il vivait au jour le jour et ne regardait pas le passé. Seul l’avenir et ce qu’il deviendrait comptait, autant vivre au jour le jour, construire son futur sans perdre du temps à songer à ce qu’il s’est déjà passé.

« Tu parles de la petite mort mon beau ? Dis-moi, t’es fougueux pour ton âge… Pourquoi pas, mais on ne se connaît pas encore nous deux. Ton nom avant de devenir plus intimes ? »

Fixant toujours aussi intensément l’autre félin, Nuage des Marais lu d’un bien mauvais œil le sourire qu’il laissait traîner sur son visage. À quoi est-ce que ce clown jouait ? N’écoutant que d’une oreille distraite les mots lancés par l’autre, il n’en avait que faire de ces blablas. Il avait exigé qu’il quitte les terres de son Clan, ce que l’autre ne semblait toujours pas prêt de faire. La tension dans les muscles du tigré monta d’un cran. Pourquoi est-ce qu’il n’écoutait pas ? Pourquoi est-ce qu’il n’obéissait pas ? Peut-être est-ce que la taille de son corps ne l’impressionnait pas, pourtant l’autre ne semblait guère plus grand, si ce n’est plus âgé. Il ne semblait pas non plus dans la meilleure condition physique qui soit. Qu’est-ce qui le faisait donc rire ainsi ? Parler avec tant de dédain et ne pas fuir ? Est-ce que Nuage des Marais ne semblait pas assez sérieux dans ses propos ? Devait-il y aller d’une patte plus forte encore, les menaces n’étant pas assez explicites ? Agacé par le comportement de l’autre et par sa non-capacité à le faire fuir avec quelques mots, l’Apprenti ne quittant pas des yeux le matou, commença l’ascension de la montagne de déchets, ayant rompu les quelques centimètres qui le séparaient de ce dernier pendant que l’autre perdait son temps à parler. Ses épaules roulèrent sous chacun de ses pas, il n’eut aucun mal à grimper le long des déchets. Plus il montait, plus il se rapprochait de l’autre et davantage, il avait envie de planter ses griffes dans la fourrure de ce dernier. L’envie de voir couler son sang, de sentir ce liquide chaud couler le long de ses crocs et de ses pattes, de le voir se répandre sur le sol l’anima un moment. Il n’y avait plus qu’une dizaine de centimètres au plus entre lui et l’autre. Quelques centimètres qui laissèrent le temps à Nuage des Marais de cracher une nouvelle fois sa haine envers ce solitaire, le jeu n’existait plus, il n’y avait pas de plaisir quand il s’agissait de défendre son Clan et son honneur :

« Je pense que tu n’as pas bien saisi quelque chose, mon vieux. »
Revenir en haut Aller en bas
Chant du Toucan
▬ Guerrier
avatar
Messages : 1115
Date d'inscription : 19/06/2016
Age : 20

Carte d'identité
Âge: 37 lunes (octobre)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: //

MessageSujet: Re: Where are the knives ∆ Nuage des Marais - end   28.12.16 22:57

Where are the knives
Toucan & Nuage de Marais
You waited for a fight
But nobody came


Oh, alors ils étaient déjà si proches. L’autre n’avait pas hésité à gravir les immondices sur lesquelles se tenaient Toucan pour venir chercher sa dose d’adrénaline – la violence, une si douce drogue, une compagne exquise, la femme de sa vie. Il avait l’air bien remonté, ses muscles saillaient sous la peau, comme autant de petits bataillons s’agitant sous la toile d’une immense tente dans un camp militaire.

Toucan ne bougeait pas.
Les yeux de l’Apprenti le fixaient.
Le caillou ne bougeait pas.

« Je pense que tu n’as pas bien saisi quelque chose, mon vieux. »

Toucan sourit encore, de son air un peu las. Toujours la même ritournelle, il commençait à se lasser : d’abord on s’échange des politesses, puis on s’insulte plus vigoureusement, des références sexuelles fusent puis le sang coule. On reprend les mêmes et on recommence. Il soupira. Ils n’étaient qu’à quelques centimètres l’un de l’autre, mais Toucan surplombait encore son ennemi. Il savait quoi faire. La ruse et les coups infligés à la loyauté ainsi qu’au fair play l’aidaient à dépasser son manque d’entraînement martial, sa technique brouillonne.

« Ce qui me manque, chéri, c’est ton nom de petite pourriture Clanique, et la douceur de ton sang sur mon visage. »

Puis il décocha dans le menton de l’autre un grand coup de pattes, pour qu’il tombe du monticule de déchets, de son pinacle personnel.
Spoiler:
 

_________________
Daydream milk and genocide

©️ Nix ♥️
Toucan te pécho en darkslategray

Couvre moi de cadeaux:
 

slt c'est moi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Where are the knives ∆ Nuage des Marais - end   04.01.17 23:28

Si on lui avait dit que ce serait ce fichu solitaire qui aurait donné le premier coup, il ne l’aurait pas cru. Généralement, les chats qui ont de la gueule n’ont que ça s’était fait comme réflexion l’Apprenti tigré. Et pourtant, il était censé se douter qu’on pût avoir les deux. Sinon, comment lui existerait-il ? Il aurait dû le voir. Un Apprenti de la trempe qu’il pensait avoir, n’aurait pas dû se laisser berner. Ce sourire sur le visage de l’affreux solitaire voulait tellement tout dire. Ce sourire presque amusé, se fichait-il de lui ? Probablement. Il y avait de quoi. Lui qui se prenait pour un caïd, un dur, un invincible Guerrier, venait de commettre une première erreur. On ne sous-estimait jamais un chat, quel que soit ses origines, ses mots ou son physique. Voilà une leçon qu’il tirerait certainement de ce petit affrontement, voilà quelque chose qui, à l’avenir, il retiendrait certainement. Ou peut-être bien que, ce sentant au-dessus de ses préoccupations, il referait cette erreur plus tard. Peut-être que sur un champ de bataille, se riant de la taille d’un chat du Clan du Vent, il serait surpris de sa vivacité et de son agilité. Peut-être que c’est une défaite cuisante qui lui ferait apprendre de cette erreur, de cette supériorité qu’il pensait avoir de droit sur tout ce qui l’entourait. Il avait certainement eu une approche trop lente, une estime de lui bien supérieur à ce qu’il était vraiment et une estime de l’autre un peu trop basse. Pourtant, rien ne s’initiait dans son esprit. Le petit sourire de l’autre ne fut pris que pour une provocation de dernière minute avant de recevoir sa leçon, cette ridicule distance qui restait entre le tigrer et le solitaire lui semblaient si dérisoires et pourtant.

« Ce qui me manque, chéri, c’est ton nom de petite pourriture Clanique, et la douceur de ton sang sur mon visage. »

Sonnant le début du combat, ces dernières paroles finirent de convaincre le novice qu’il ne devait laisser aucune chance au solitaire de s’en sortir. Trop tard. Il n’eut pas le temps d’esquiver ou de contrecarrer le coup qu’il lui porta en plein menton. La chute était certaine, les déchets se dérobaient déjà sur ses pattes. Était-ce une raison pour abandonner ? Pour lui laisser avoir quelques secondes le dessus ? Est-ce qu’une simple erreur n’était pas rattrapable ? Un peu dans la détresse de sa chute et dans la hargne d’emmener l’autre avec lui, il trouva la force et la vivacité de se saisir d’une de ses pattes poisseuses. Ses crocs se plantèrent fermement dans la chair tendre et entre les os fins des carpes du solitaire. Irrémédiablement, la chute sonna et entraînant son assaillant avec lui, Nuage des Marais tenta de se retourner dans un élan d’agilité. Malgré la détection assez tôt de la chute, de la potentialité de mal se retourner et de sa réaction rapide, il ne réussit pas à se retourner complètement. Le sol entra en un contact bref, concis et pourtant violent avec son flanc gauche. Ne lui arrachant guère plus qu’un cri guerrier et une rage supplémentaire, ses crocs se décrochèrent de la patte du félin étranger pour retrouver le vide. Le goût du sang envahit sa gueule et alors qu’il le recrachait sur le sol, il ne laissa pas le temps à l’autre de réagir. Se relevant d’un bon, comme si la chute n’avait pas eu d’impact sur lui, il se jeta immédiatement sur l’autre, griffes et crocs découverts. Ses griffes trouvèrent la peau de l’autre, ses crocs, irrémédiablement, se plantèrent de rage dans son épaule. Le combat s’annonçait palpitant. Nuage des Marais ne lâcherait pas l’affaire, pas avant de l’avoir fait fuir et quitter son territoire.
Revenir en haut Aller en bas
Chant du Toucan
▬ Guerrier
avatar
Messages : 1115
Date d'inscription : 19/06/2016
Age : 20

Carte d'identité
Âge: 37 lunes (octobre)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: //

MessageSujet: Re: Where are the knives ∆ Nuage des Marais - end   01.02.17 21:16

Where are the knives
Toucan & Nuage de Marais
You waited for a fight
But nobody came


Il n’avait pas prévu ça. Il pensait avorter le combat avec ce coup dans la gueule, il pensait que l’apprenti de l’ombre retournerait pleurer dans sa chaumière, ou bien que lui, le charmant et fourbe Toucan, aurait le temps de filer à l’anglaise, laissant à l’abandon son monticule de déchets nouvellement conquis. Il ne voyait pas le problème à fuir un combat – les questions d’honneur, très peu pour lui, il s’en tapait comme de ses premières croquettes. On ne meurt pas pour l’honneur, dans l’esprit de Toucan – on meurt de faim ou d’hémorragie, de froid ou d’infection, mais certainement pas pour des idées. Les idées. Des choses immatérielles. Ce n’est pas une idée qui nourrit son chat, ou qui lui offre un réconfort corporel – ce n’est donc pas une foutue raison pour crever.

Toucan n’aimait pas les idéalistes.
Toucan était pragmatique.

Ce n’est pas une idée qui va vous perforer la patte. Ce n’est pas une idée qui va vous traîner au sol. Ce n’est pas une idée qui va vous labourer l’épaule. Putain. Toujours son épaule. À croire que toute la foutue forêt s’était mise d’accord pour qu’il boite. Ce qui finirait bien par arriver.

L’autre n’avait pas l’air de souffrir de la chute, à voir cette ardeur qu’il avait à le frapper. Toucan feula, un peu de douleur, un peu de rage, un peu pour la forme, et envoya sa patte non blessée en avant, dans l’idée de griffer au visage l’apprenti. Il n’avait pas de souci éthique à viser les yeux. Que l’autre soit aveugle, il n’en avait rien à foutre. Malheureusement pour lui, sa patte fut déviée par un contre-coup de chat tigré, et n’échoua pas dans ses iris, mais sur son oreille droite, qu’il agrippa. Les griffes verrouillées sur la fine membrane, il avait une certaine sécurité : si son opposant bougeait de trop, il aurait le pavillon de l’oreille coupé en deux. Pas sûr que ça l’aide à se trouver une petite femelle. Toucan essayait de plus de décrocher les épines de l’autre de son épaule, et la bougeant frénétiquement, ça marchait un petit peu, il gagnait du lest, mais les plaies qu’il garderaient après la bataille serait plus profondes. Le cœur battant fort, il réussit néanmoins à articuler quelques mots.

« Tu pouvais pas juste perdre, Nuage de Va-Crever ? »

_________________
Daydream milk and genocide

©️ Nix ♥️
Toucan te pécho en darkslategray

Couvre moi de cadeaux:
 

slt c'est moi:
 


Dernière édition par Toucan le 20.02.17 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Where are the knives ∆ Nuage des Marais - end   02.02.17 23:05

Sanguinaire lui ? Jamais. Droit. Loyal. Hargneux. Combattif, certainement. Personne ne pourrait dire le contraire. Prêt à tout pour en découdre ? Assurément. Prêt à tout pour exulter le plaisir de planter crocs et griffes dans le corps de ses ennemis, de ses rivaux ? Il n’aspirait pas à la violence, il n’aspirait pas à prendre le dessus, simplement à rendre une justice : la sienne. Celle qu’il avait lui-même construite, fondée, laissé grandir au fond de lui, la nourrissant souvent de ses expériences personnelles. Jamais au grand jamais, il ne laisserait un étranger, qu’il soit rival Clanique, fier Guerrier, immonde solitaire ou lamentable domestique, cracher sur le Clan de l’Ombre. Jamais il ne laisserait une seule et unique chance aux envahisseurs, aux hors-la-loi, à ceux qui osaient tenir tête à la voix de la raison qu’il pensait posséder. Il l’avait averti, voilà qui aurait dû provoquer une réaction de la part de l’autre. Si ce n’est pas une fuite, au moins une trace de peur, de méfiance, un peu comme lorsqu’une proie sent le danger venir sans pour autant en être certaine et savoir d’où. Un peu comme cette drôle de sensation qui provoque de délicats picotements, cette impression que quelque chose guette dans l’ombre, que quelque chose arrive. Les griffes du novice qui voyait rouge, rouge sang, ne se délogeaient pas du corps de sa victime. Nuage des Marais ne voyait aucun regret dans les yeux de ce solitaire, de ce félin sans foi ni loi. Le coup faible et prévisible qu’il tenta d’envoyer en plein dans la figure du tigré fut rapidement contré et ce dernier ne fit pas redescendre la tension constante et survoltée qui nageait dans les veines de l’Apprenti. Une drôle de sensation se répandait dans le corps du jeune, une sensation de bien-être, de courage soudain, comme si quelque chose, en lui, l’aidait à tenir bon, à ne pas sentir cette douleur qui lui labourait pourtant le flanc, celui sur lequel il avait chuté quelques secondes auparavant. Cette drôle de sensation semblait se répandre dans tout son corps arqué au combat, ses veines étant le principal axe de circulation de cette hormone qu’on appelle adrénaline. Naissait de cela un plaisir sans nom à avoir le dessus sur l’autre, à le contrôler aussi facilement, à le maintenir clouer au sol sans même trembler une seule seconde. Sensation qui l’empêchait également de souffrir de la prise que venait de prendre l’autre sur son oreille.

« Tu pouvais pas juste perdre, Nuage de Va-Crever ? »

Les quelques mots lancés avec difficultés par l’autre, ne trouvèrent pas d’échos dans les yeux du novice tigré. Alors que l’autre s’accrochait de plus en plus ardemment à son oreille, il ressentit une vive sensation lorsqu’il tenta de se dégager. Il venait de faire une erreur. Une erreur qui avait laissé l’opportunité à l’autre de se saisir encore davantage du point de pression qu’il avait sur lui. Les crocs serrés pour ne pas lâcher de cri de douleur, le cœur battant à mile à l’heure, la respiration non loin du sifflement, le jeune mâle s’efforçait de garder son aîné plaqué sur le sol. Ses griffes ne trouvèrent rien de mieux à faire que de se mettre à labourer littéralement les épaules du solitaire, le sang commençant à perler. Est-ce qu’il devrait mettre un terme à la vie de ce solitaire à l’issue de ce combat ? Nuage des Marais en doutait. En serait-il réellement capable ? Lui qui lui avait promis de trouver une belle mort parmi les déchets, serait-il réellement capable de lui ôter son existence, aussi misérable et sans valeur soit-elle à ses yeux ? Loin de son esprit cette idée, il ne voulait que des excuses, qu’un souffle, qu’un pardon, une supplique. Peut-être un peu trop naïf, il pensait que la peur de se faire tuer pourrait le faire revenir en arrière, revenir sur ce qu’il avait dit et pourquoi pas fuir. Un sourire mauvais, colérique tout autant qu’haineux, l’Apprenti grogna à l’encontre de l’autre, avant de tenter de se dégager une nouvelle fois en attrapant entre ses crocs, la patte de l'autre :

« Tu pouvais pas juste dégager saloperie ? »
Revenir en haut Aller en bas
Chant du Toucan
▬ Guerrier
avatar
Messages : 1115
Date d'inscription : 19/06/2016
Age : 20

Carte d'identité
Âge: 37 lunes (octobre)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: //

MessageSujet: Re: Where are the knives ∆ Nuage des Marais - end   20.02.17 12:37

Where are the knives
Toucan & Nuage de Marais
You waited for a fight
But nobody came


Ça y était, il saignait. Son épaule commençait à pleurer, et l’autre venait de lui chopper la patte avant, pour la dégager de son oreille. Le souffle court, il sentait la froideur du sol du Charnier imprégner son dos, attaquer ses os. Il sentait le sang chaud et poisseux, son odeur entêtante, il avait presque son goût métallique en bouche. Le goût de son sang. Il n’aimait pas ça. L’apprenti lui susurra tendrement de vider les lieux. Pourquoi pas. Pourquoi souffrir ? Ce n’était pas la peine. Quand on parlait de quelque chose qui compromettait son bien-être, bien peu de choses « valaient la peine ». Pour dire vrai, il n’avait encore rien trouvé dans sa vie qui ne vaille la peine d’avoir mal.

Il considéra la situation : il était désavantagé, sur le dos, le tigré le surplombait, son épaule criait au martyr, sa patte enveloppée de crocs. Son seul point positif était son emprise sur la membrane fine de l’oreille de son adversaire. Il fallait fuir. C’était clair. Il mordit d’une manière plus violente l’oreille de l’apprenti – oh, sans la transpercer, mais suffisamment pour qu’elle reste douloureuse plusieurs jours. Puis il la lâcha, et utilisa sa tête comme un bélier pour se défaire de l’emprise du chat ennemi - il frappa sa caboche contre le menton, encore le menton, de son adversaire, pour le sonner un petit peu, et qu’il le lâche. Il commença à agiter les membres dans tous les sens, devient une petite anguille.

« C’est bon bébé, je me casse, lâche moi. »

_________________
Daydream milk and genocide

©️ Nix ♥️
Toucan te pécho en darkslategray

Couvre moi de cadeaux:
 

slt c'est moi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Where are the knives ∆ Nuage des Marais - end   20.03.17 17:27

Ses crocs avaient trouvé bien facilement la patte de l’autre et s’était resserré, presque aussi aisément, sur cette dernière. Une chose était sûre, il ne comptait pas lâcher sa prise. Pas cette fois ! Pas avant que l’autre ne, ce soit blanchi. Qu’importe, s’il devait broyer un à un les os de sa patte, qu’importe s’il devait encore rester ainsi un long moment et qu’importe si son oreille saignait et le faisait souffrir le martyr. Il ne voulait pas croire en une potentielle défaite, en un potentiel retournement de situation. Il avait le dessus sur ce vulgaire solitaire, il allait le garder, coûte que coûte. Qu’attendait l’autre pour agir sur le point de pression qu’il avait ? Qu’attendait-il pour resserrer l’emprise qu’il avait sur son acolyte tigré ? Combien de temps aurait attendu Nuage des Marais s’il avait été dans la situation de l’autre, certainement pas aussi longtemps… Il aurait saisi sa chance, comme on le lui avait repris. Qui sait ce qu’un chat est capable de faire lorsque sa vie est menacée, qui plus est, un chat entraîné au sein même d’un Clan où l’art martial est hautement privilégié. Songeant à ce que l’autre puisse cacher quelque chose, prévoir dans l’ombre un, je ne sais quoi, ne sentant presque plus la présence des crocs de l’autre sur son oreille, Nuage des Marais, s’il n’avait pas eu les yeux rivés dans ceux de l’infâme et faible solitaire, aurait pu croire qu’il se battait seul, que l’autre lâchait peu à peu prise, abandonnait ou suffoquait sous le poids de son agresseur. Indéniablement, sans y prêter trop attention à cette pression sur son oreille qui n’en était plus une, l’Apprenti du Clan de l’Ombre avait laissé son esprit partir, se reposer, tout au plus quelques secondes, mais ce fut quelques secondes de trop. L’autre, voyant ou non la faille, avait profité de ce moment. Il avait pincé un peu plus fort l’oreille du tigré, lui arrachant un cri de douleur bien vite étouffé, puis, ne perdant pas l’effet de surprise dont il disposait, il s’était empressé de le frapper d’un coup de tête plutôt bien maîtrisé. Coup de tête frappé dans le menton du beau brun, coup qui sonna quelques précieuses secondes ce dernier, permettant à l’autre de jouer de son frêle corps pour commencer à s’échapper. Ayant instinctivement relâché la prise sur la patte qu’il avait sur la patte avant de l’autre et qu’il pensait pourtant tenir fermement, l’Apprenti n’eut pas le temps de pester contre lui que l’autre ouvrit sa gueule :

« C’est bon bébé, je me casse, lâche moi. »

L’autre se tortillait comme un vulgaire asticot sous le poids encore bien présent de Nuages des Marais qui, au fil des secondes, reprenait bel et bien son esprit, prenant note de tout ce qui s’était passé et ce qui se passait encore. Jaugeant rapidement la situation, il décida de maintenir, tant bien que mal, encore quelques secondes l’autre plaqué au sol. Se concentrant pour gérer l’excès d’énergie qui parcourait l’autre comme s’il s’agissait de spasme, il planta ses griffes tant bien que mal dans sa pelisse. Mettant de côté le fait qu’il luttait certainement contre un envahisseur, Nuage des Marais là l’occasion de s’entraîner au combat. À ses yeux, on devait profiter de chaque seconde, chaque occasion de s’améliorer et cet exercice, aussi grandeur nature soit-il, allait permettre au jeune de se forger une première expérience sur le terrain, de lutter corps et âme, pour une cause juste, pour la première fois. Il allait pour la première fois, à sa seule force et à sa seule initiative, repousser un félin du territoire de son Clan. Serait-il récompensé pour cela ? Il en doutait, bien qu’il ne manque pas d’en parler une fois rentré au Camp. Réfléchissant au quart de tour aux mots de l’autre, à la fuite qu’il prétendait vouloir prendre, Nuage des Marais finit par conclure que l’autre n’aurait certainement pas l’audace de s’attaquer à lui. Un sourire perfide et victorieux sur le visage, le jeune prit soin de retirer une à une chacune de ses griffes de la peau de l’autre, laissant ainsi de minuscules traces de la lutte qu’il avait eu avec ce dernier. Peut-être est-ce qu’ainsi, il songerait au fait de ne pas revenir. Au fond, le tigré en doutait fortement et espérait même pouvoir le recroiser pour prendre de nouveau un cours d’art martial et pouvoir une nouvelle fois lui imposer une fuite. S’écartant finalement de quelques pas de l’autre, le tigré, le regard défiant, les muscles encore bandés de par l’adrénaline qui ne l’avait pas encore quitté. Que l’autre tente une nouvelle offensive, qu’il joue les chats rebelles, il ne ferait que répondre à l’envie de Nuage des Marais, l’envie de reprendre ce petit combat et de pouvoir aller jusqu’au bout. D’une voix dénuée de toute empathie, il articula comme en dernier défi.

« Hors de ma vue saloperie. C’est la seule chance que je t’offre, déguerpis et ne reviens pas. Je risquerais d’être moins clément la prochaine fois. »
Revenir en haut Aller en bas
Chant du Toucan
▬ Guerrier
avatar
Messages : 1115
Date d'inscription : 19/06/2016
Age : 20

Carte d'identité
Âge: 37 lunes (octobre)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: //

MessageSujet: Re: Where are the knives ∆ Nuage des Marais - end   26.03.17 18:20

Where are the knives
Toucan & Nuage de Marais
You waited for a fight
But nobody came


Sordide, voilà comment Toucan décrirait le visage de l'Apprenti de l'Ombre au moment où moment où il retirait avec une lenteur perverse ses griffes de son petit corps gris. Décidément, les Claniques devaient se taper des sales histoires dans l'enceinte de leurs Camps pour être aussi niqués.

Bon, il exagérait un petit peu.

Lui aussi aimait le combat, l'adrénaline, le contact, le sang, la chaleur, tous ces éléments érotiques, sang-suels, qui parachevaient dans son esprit l'analogie entre la guerre et le sexe, Éros et Thanatos. Oui, Toucan avait ses côtés freudiens. Mais jamais il n'irait jusqu'à tuer un autre chat, or, c'est ce qu'il avait senti chez le tigré. Un désir de meurtre palpable. S'il avait pu ramener sa fourrure à son chef, c'est de gaieté de cœur qu'il l'aurait écorché vif.

« Hors de ma vue saloperie. C’est la seule chance que je t’offre, déguerpis et ne reviens pas. Je risquerais d’être moins clément la prochaine fois. »


Toucan réfléchit un court instant, lui qui n'était décidément pas vraiment intelligent - enfin, dans la moyenne. Oui, il était en mauvaise posture, il n'allait pas la jouer fine. Il commença à quitter les lieux, lentement, grommelant : « On verra pour la prochaine fois gamin, on verra... »

_________________
Daydream milk and genocide

©️ Nix ♥️
Toucan te pécho en darkslategray

Couvre moi de cadeaux:
 

slt c'est moi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Where are the knives ∆ Nuage des Marais - end   

Revenir en haut Aller en bas
 
Where are the knives ∆ Nuage des Marais - end
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» 2# Entrainement de Nuage de Framboise [A votre avis !]
» Entrainement de Nuage de Nenuphar n°1
» 2ème entraînement de Nuage Capricieux
» Entraination de Nuage Epineux !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE PROPHETIES BEGIN
 :: Au commencement :: Archives :: RPG
-