THE PROPHETIES BEGIN

Thème III - L'intégration

 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [BLIZZARD] Pélérinage - abandon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Petite Méduse
Fondatrice Nix
Dessinatrice à votre service
avatar
Messages : 899
Date d'inscription : 03/02/2013
Age : 22

Carte d'identité
Âge: 74 lunes (octobre 2017)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: /

MessageSujet: [BLIZZARD] Pélérinage - abandon   05.03.17 0:09

Le froid mordant ne cessait de grignoter chaque feuille, chaque racine, chaque brin d'herbe... Plus rien ne pouvait désormais stopper l'avancée de la tempête. La glace et la neige recouvraient tout, jusqu'à faire disparaitre les terriers des proies. Jusqu'à faire taire le ruisseau et rendre hors d'atteinte les poissons gorgeant son lit.

Pour Etoile du Corbeau, rien ne pouvait plus duré. Les voies de ses ancêtres ne parvenaient dans ses rêves avec ce climat capricieux. Il fallait qu'il prenne contact avec eux, qu'il connaisse la vérité. Était-ce une punition ? Ou une simple malchance venue du ciel ? Il voulait en avoir le cœur net.

Il se leva plus tôt qu'à l'habitude, le soleil n'était pas encore levé -de toute manière, avec ce blizzard, le soleil n'avait pas point dans le ciel depuis deux jours. D'un pas de loup pour ne réveiller personne, il entra dans la tanière de sa guérisseuse. Cœur de Neige était sourde, elle ne l'entendrait pas arriver, mais peut-être que la vibration de ses pas sur le sol dure l'avait déjà réveillé. Quoiqu'il en soi, il s'approcha de sa couche et la secoua très délicatement. Une fois qu'elle eut levée la tête vers lui, il lui dit en bougeant les lèvres très exagérément pour qu'elle pisse lire dessus :
    « Je vais à la Pierre de Lune. Viens avec moi. »
Etoile du Corbeau resta là, à la fixer un instant, puis il sortit. Nul besoin de plantes coupe-faim, il mangea un peu de neige pour caler son estomac. Il fallait partir sans tarder, avant que le vent ne se lève.

Sur les terres, Etoile du Corbeau ménagea sa guérisseuse. Il enroula sa queue autour de ses épaules pour la guider. la perdre sera la pire chose qui puisse leur arriver, elle n'avait ni disciple, ni assistant.
Sans son pour la quitter sur ces terres blanches et grises, il évita de passer par les gorges. Le meneur fit le tour par le pont des Bipèdes et passa prêt des quatre grands chêne,s eux aussi couverts de neige. Etoile de Corbeau ne leur adressa qu'un regard empli de regret et continua sa route, le dos vouté.

Bientôt, la faim se fit sentir, le froid surtout. Une bourrasque le percuta sur le flanc gauche une fois sur les landes nues. Ici, la blizzard était d'autant plus violent. Le Clan du Vent devait souffrir de cette tempête d'avantage que quiconque.
Mais la fatigue l'emportait. Le meneur se raidissait, il sentait que Coeur de Neige faiblissait aussi. A cette allure, ils finiraient congelés avant d'atteindre les Hautes Pierres. Il trop tard pour faire demi-tour, ils étaient à mi-chemin.
    « On ne peut pas poursuivre ainsi ! » hurla-t-il à travers le blizzard, face à sa guérisseuse. « Trouvons un abri pour attendre la fin de la tempête ! »
L'espoir étincela dans les yeux du noiraud en apercevant une trouée dans la lande. Un terrier... Mais de quoi ? Prudemment, il s'avança vers le trou béant. Le fond était recouvert de neige, mais en grattant la surface, Étoile du Corbeau pu y créer un renfoncement sûr. Les odeurs éventaient laissaient croire qu'un animal devait habiter ici auparavant, mais plus maintenant.
Le chef laissa avancer Cœur de Neige pour qu'elle puisse se mettre à l'abri. Lui se mit devant elle pour bloquer le vent qui pouvait s’engouffrer. Il espérait ne pas rester longtemps ici, la communion avec le Clan des Étoiles se faisait pressante.

Spoiler:
 

_________________

©️ Moi

Moi humaine ?:
 


Et si papa Corbak était humain ?:
 

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cri des Albatros
▬ Guerrière
avatar
Messages : 629
Date d'inscription : 16/05/2016

Carte d'identité
Âge: 17 lunes (septembre)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage Nacré

MessageSujet: Re: [BLIZZARD] Pélérinage - abandon   18.03.17 23:26

Elle en était sûre désormais. C'était une certitude absolue. Ils voulaient envahir la forêt. Après l'altercation qu'elle avait eu avec Esprit Lent et Esprit Soucieux, les dires de la jeune guerrière résonnaient dans sa tête. Le chemin du Tonnerre était à eux, soi – disant. Néanmoins, l'apprentie était déterminée à ne pas se laisser faire. Si l'Ombre voulait posséder le Chemin du Tonnerre, le Vent allait répliquer, toujours plus fort, toujours plus vite. S'ils prenaient le Chemin du Tonnerre, ils prendront le Verger. Elle imaginait déjà les proies qu'elle pourrait récupérer là bas. Après tout, ils étaient en période de famine, c'était la galère complète pour tout le monde, et peu à peu, Nuage d'Albatros craignait de se changer en glaçon à chaque instant.

Plongée dans ses pensées sinistres, c'est son mentor, Etoile de Sable, qui vint la tirer pour l'emmener en patrouille. Parfait. Bien que le blizzard soufflait fort dehors, Alby dut plisser les yeux pour distinguer les formes en sortant du camp. Elle s'appuyait sur sa mentor afin d'éviter de se perdre. Dans un tel temps, jamais elle ne serait sortie seule, et c'est pour ça qu'elle évitait absolument les patrouilles solitaires en ce moment. Elle ne reconnaissait rien, et chaque arbre se ressemblait. Elle craignait de s'envoler, tant la tempête était violente aujourd'hui. Les oreilles collées à son crâne, elle avançait dans la tempête, tentant de distinguer les odeurs des différents clans. Vu le blizzard, c'était le mieux à faire. Par réflexe, le Clan du Vent avait l'habitude de vérifier chaque terrier désormais, comme pour chercher des lapins et des loirs qui dormaient.

Ce qu'elle vit n'était pas un loir, ni un lapin. C'était plus gros que ces deux animaux réunis. C'était un chat. C'était un putain de chat. Son sang ne fit qu'un tour. Elle resta un petit moment plantée comme un piquet devant le terrier, à ne pas savoir quoi faire. Fallait – il appeler Etoile de Sable ? Fallait – il attaquer aveuglement la boule de poil ?

La solution fut très vite trouvée.

« Etoile … De … SAAAAAAAAAAAAAAAAAAAABLE ! » hurla – t – elle avec sa voix de crécelle.

Paniquée, elle sortit les griffes et banda ses muscles au cas où, histoire de pouvoir esquiver ou s'enfuir. Elle attendait désespérément sa mentor, le cœur battant et tétanisée par la peur. Elle espérait cependant lui avoir bien explosé les tympans avec son cri suraigu et avoir réveillé toute la forêt par la même occasion. Le vent aurait pu emporter sa voix.
C'aurait été dommage.

Spoiler:
 

_________________




awards du sale 2K17:
 

LES VENTEUX C'EST TROP DES BG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 32
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 16

Carte d'identité
Âge: 76 Lunes [aout]
Description du personnage:
Mentor/apprenti: /

MessageSujet: Re: [BLIZZARD] Pélérinage - abandon   21.03.17 18:41

Cœur de Neige respirait calmement. Le soleil chatoyait et réchauffait sa fourrure immaculée, elle entendait les oiseaux gazouiller, perchés sur les arbres alentours. Étrangement, le clan des Étoiles l’avait dotée d’une ouïe irréprochable dans ses rêves. Un autre bruit s’ajouta à ceux de son environnement, un vibrement, plus lourd. Elle ouvrit les yeux et se retrouve face un objet touffu, sa queue, posée sur son museau. Elle était de retour dans sa tanière, et ses oreilles s’étaient rebouchées.

Son chef se tenait devant elle, dans sa tanière. Il miaula des instructions dans un rictus d’exagération extrême, pour qu’elle comprenne. Elle ne saisit que quelques mots : « Pierre de lune » mais comprit rapidement qu’elle devrait l’accompagner. Il sortit sans demander son reste, sûrement pressé. La guérisseuse se releva, ne prit même pas le temps de faire sa toilette – à quoi bon, le vent et la neige l’auraient vite décoiffée – et avala deux-trois feuilles fortifiantes. Même si Étoile du Corbeau n’avait pas l’air d’en vouloir, elle en emballa quelques-unes dans un petit baluchon pour les emmener. Enfin, elle le rejoignit et ils prirent la direction de la pierre de lune, sous cet horrible blizzard.

Le corps dodu de Cœur de Neige se fondait parfaitement dans le paysage, elle disparaissait totalement dès qu’elle fermait les yeux. Son épaisse couche de graisse lui tenait chaud mais l’handicapait aussi pour se déplacer ; de plus, la poudreuse montait jusqu’à ses épaules, de par sa petite taille. Elle dodelinait de gauche à droite, secouant ses pattes bien haut à chaque pas. Elle ralentissait énormément son chef, et en avait pleinement conscience. Elle se décida donc à arrêter son petit manège, et à rester vigilante, ne lâchant pas des yeux le pelage bien noir qui la précédait, qui, d’ailleurs, avait passé sa queue autour de ses épaules.

Après de longues heures de marche, la petite chatte rondouillette était épuisée. Ses poils étaient trempés, ses coussinets glissaient, heureusement, Étoile du Corbeau se décida à s’abriter dans un terrier. La guérisseuse y entra, proposa ses plantes à son chef, mais les pauvres pousses de chêne, déjà en piteux état lors du départ, avaient gelées et s’étaient ratatinées. Si le meneur avait envie d’avaler des glaçons, il pouvait les prendre, au moins leurs propriétés thérapeutiques étaient conservées.

Cœur de Neige avait séché sa fourrure et s’était assoupie au fond de la grotte. Alors qu’elle reprenait un peu des forces, elle vit son chef, qui était endormi, se relever d’un bond. Elle paniqua, ouvrit grand ses narines et renifla l’air piquant : deux autres chats se trouvaient non loin de là. Elle paniqua sans raison et commença à tourner en rond, crapahutant partout dans le terrier. Elle se décida à sortir et se retrouve nez à nez avec une chatte de sa taille, qui semblait hurler. Surprise, elle plaqua ses oreilles en arrière, écarquilla les yeux et recula la tête. Elle ne comprenait pas ce qu’il se passait, les chats miaulaient tout autour d’elle, et elle était perdue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 190
Date d'inscription : 31/08/2016

Carte d'identité
Âge: 71 (septembre)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage d'Argent

MessageSujet: Re: [BLIZZARD] Pélérinage - abandon   22.03.17 9:57

Blizzard, blizzard. Glacial et puissant, il fouettait ma fourrure avec une force exceptionnelle. Les éléments semblaient se déchainer, toujours aussi forts et brutaux, encore plus féroces et cruels. Le clan des étoiles cherchait-il donc à nous punir? Pour quelle faute?

C'est dans cette réflexion que je m'étais enfoncée dans nos terres. Le blizzard touchait tous les clans. Peut-être étions-nous le clan le plus atteint, en raison de nos terres découvertes. Cela signifiait alors que le clan des étoiles nous punissait probablement pour une faute globale. Mais, était-ce alors une faute collective ou une faute d'un clan? Passé, ou qui serait à venir... J'avais eu vent de quelques affaires, d'autres clans voulaient envahir les uns et autres. Il fallait toujours se tenir sur ses gardes.

J'avais laissé mon apprentie au campement, celle-ci devait aider les anciens, et au besoin la guérisseuse. Mes pattes foulaient la neige glacée qui frigorifiait mes coussinets. De nombreuszs entailles les zébraient, et la douleur agissait comme un éclair violent dans tout mon corps à chaque fois que je posais la patte. Peu importe.

Soudain, des formes passèrent devant moi. Je fronçais les sourcils. Soudain, l'odeur violente du clan de la rivière atteignit mon odorat. Mes griffes sortirent aussitôt de leur étau, mes muscles se bandèrent. Je grondais, me demandant ce que des chats de la rivière faisait-il donc ici. Ils s'abritèrent alors dans un terrier. J'étais en train de m'approcher lorsqu'une voix stridente retentit, me brisant les tympans. Ce son, je le reconnus entre mille : Nuage d'Albatros. Je levais les yeux au ciel. Ils étaient peu nombreux, au nombre de deux, affaiblis par leur voyage. Pas la peine d'hurler comme ceci. Cela signifiait que l'autre là, ma chef était de la partie. Génial.

Je m'approchais. Ma fourrure rousse était bien davantage visible que celle de ma fille, à qui je n'adressais aucun regard. De toute manière, ma seule présence l'énerve. Mais nous n'étions pas ici pour des problèmes familiaux, mais nous étions bien en présence de deux chats ennnemis qui étaient sur notre territoire en parfaite conscience. Majestueuse et impériale, je me redressais et les toisais du regard. Ce regard était à la fois glacial et menaçant. Je fis un pas en avant, et la figure du félin au pelage noir, bien que recouvert d'une pellicule blanche de neige, apparût. Etoile du Corbeau en personne.
Cela paraissait bien louche. Et avec la menace d'invasion qui planait au-dessus de nos têtes, j'étais certaine que le clan de la rivière nous préparait un mauvais coup. Mais ce sera à Etoile des Sables de gérer ce problème.

_________________

Bravo pour ce superbe dessin, j'ai nommé Lapipisounet! Happy face Son atelier ici
Coeur Vaillant miaule en 993300
Coeur Vaillant:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [BLIZZARD] Pélérinage - abandon   30.03.17 16:04


PÉLÉRINAGE
[PRIVÉ]

Fichue neige, fichu vent, fichu Clan des Étoiles qui osait imposer une pareille vie à ses plus fidèles Guerriers. Les moustaches gelées, les membres tétanisés par le froid, la meneuse du Clan du Vent avançait avec difficulté dans la lande. Territoire qu’elle piétinait depuis tellement de lunes et qui pour la première fois changeait radicalement sous ses mirettes fatiguées. Si le seul impact de ce blizzard n’avait été que de changer la topographie des lieux, Etoile de Sable en aurait certainement bien rit. Il en résultait cependant une déperdition du nombre de proies. Les Guerriers du Clan du Vent, qui n’étaient déjà pas bien épais, n’avaient plus que la peau et les os. La Cheffe déplorait chaque matin, l’état dans lequel chacun était, mis à rude épreuve par les éléments. Fièrement dressée dans un coin du Camp, elle ne désespérait pas de revoir le beau temps, contrairement à quelques-uns de ces camarades, déjà prompt à laisser le temps faire, à lui laisser l’avantage sur l’esprit collectif, sur la potentialité du Clan à survivre. La tête bien haute, elle regardait les siens s’activer. Elle ne leur avait laissé comme seule consigne que celle habituelle, elle n’empêchait personne de sortir du Camp, ne demandait nullement à ce qu’on la prévienne. Elle redonnait ainsi de l’importance à la vie de chacun, elle leur redonnait un peu d’initiative, de pouvoir, en ce temps qui semblait leur dicter une façon de vivre. Si elle tremblait parfois de voir ses camarades sortir, elle ne disait rien, se contentait de féliciter ceux à la tête d’initiatives pour le bien-fondé du Clan.

Si elle venait à peine de s’installer pour s’accorder un repos mérité après une rude matinée, Étoile de Sable se releva bien rapidement. Quelques secondes à peine à ne rien faire suffire à venir à bout de la patience de la femelle couleur sable. Si lorsqu’elle se leva, une bourrasque menaça de l’emporter, elle ancra si profondément ses pattes dans le sol qu’elle ne bougea pas, le vent oscillant sur chacune de ses côtes qui perlaient sous son pelage plus que fin. Si le froid ne semblait pas l’atteindre, c’est qu’elle avait appris à n’en rien montrer. Mettant une patte devant l’autre, elle dut se faire aux longues plaintes déchirantes de ses muscles et aux craquements fluets de chacune de ses articulations. Laissant son regard d’aigle faire le tour du Camp à sa place, la meneuse trouva la victime qu’elle cherchait. Elle la rejoignit rapidement, avec un semblant de légèreté qui n’était dû qu’à son poids infime, et lui adressa un geste de la queue, intimant ainsi à celle qui était devenue son Apprentie, de la suivre sans discuter. N’ayant pas réellement d’objectif en tête, Étoile de Sable verrait bien ce à quoi servirait cette petite sortie. Simple balade, vérification des frontières ou encore tentative vaine de chercher de la nourriture, elle déciderait du titre de cette épopée une fois rentrée et bien certaine de l’issue de cette dernière. Piétinant un moment à la vitesse de la jeune femelle blanche dont le pelage faisait littéralement corps avec le paysage, elle finit par laisser ses pattes s’étendre, prenant ainsi une vitesse non-négligeable, laissant pour seule consigne à Nuage d’Albatros que de la suivre sans trop se disperser. Les reliefs avaient tellement changé que même Étoile de Sable en personne avait l’impression de patauger en terre inconnue. Et pourtant, ce territoire qui semblait loin de ce qu’il était d’habitude était le sien. Les quelques terriers qui perçaient malgré la couche de neige en étaient le témoin et le vent qui ne cessait de souffler dans ses poils ne faisait qu’abroger les doutes qui demeuraient encore.

« Etoile … De … SAAAAAAAAAAAAAAAAAAAABLE ! »

Stoppée nette dans sa course contre le vent, la meneuse plaque ses oreilles sur son crâne, à la fois agacée, consternée et inquiète pour l’auteur de ce cri suraiguë. Ne faisant rien pour réprimer un grondement qui montait le long de sa gorge, au prix d’un nouveau craquement de quelques-uns de ces os, la femelle couleur sable fit demi-tour et repartit aussi vite que possible, ventre à terre, avec pour seule guide son oreille et son museau. Elle ne mit que quelques précieuses secondes à rebrousser chemin et à revoir les empreintes qu’elle-même avait laissées dans la neige, que quelques infimes secondes à repérer là où elle avait perdu Nuage d’Albatros et enfin, qu’une demi-seconde à retrouver sa piste dans ce blizzard. S’il lui était arrivé quelque chose de grave, elle aurait certainement du mal à s’en remettre. Si elle avait repris le flambeau de l’entraînement pour cette petite, un peu forcée et contrainte, elle ne souhaitait du mal à aucun de ses camarades et encore moins ceux qui ont une dévotion pour leur Clan, aussi importante que cette jeune. Ce qui en réalité dura une minute tout au plus, parue une éternité aux yeux de la meneuse qui s’imaginait déjà les pires scénarios. C’est le pelage hérissé, une lueur inquiète dans le regard, qu’elle rejoignit un drôle de lieu de réunion. Si de loin, elle n’avait aperçu qu’une masse rousse aux côtés de l’infime blancheur, à peine détectable, de Nuage d’Albatros, elle se rendit compte un peu plus prêt qu’elle pas seule. Si l’odeur du Clan du Vent était clairement marquée sur le pelage de Cœur Vaillant, les narines d’Étoile du Sable furent perturbées par un autre fumet, amplement plus répugnant. Reconnaissant sans peine l’odeur de poisson pourrie du Clan de la Rivière, la meneuse laissa son pelage gonflé au possible, masquant un temps ses os. La lueur inquiète qui figurait clairement dans son regard il y a quelques secondes, s’embrassa en une colère noire lorsqu’elle rejoignit les siens aux abords de ce terrier. Si elle avait parfois du mal à contenir sa colère, Étoile de Sable tenta de renfrogner sa haine des étrangers, se rappelant qu’elle avait sur les épaules le lourd poids d’un Clan. Intimant d’un regard noir à Nuage d’Albatros comme à Cœur Vaillant de se taire, elle tourna toute son attention vers les deux invités du jour. Elle clama, d’une voix plus froide encore que le blizzard :

« Cœur de Neige, Étoile du Corbeau. Quel mauvais vent vous amène donc sur les terres du Clan du Vent ? La raison à intérêt à tenir debout, les risques encourus pourraient s’avérer bien au-delà de vos espérances. »


© waize


Dernière édition par Étoile de Sable le 12.05.17 21:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Petite Méduse
Fondatrice Nix
Dessinatrice à votre service
avatar
Messages : 899
Date d'inscription : 03/02/2013
Age : 22

Carte d'identité
Âge: 74 lunes (octobre 2017)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: /

MessageSujet: Re: [BLIZZARD] Pélérinage - abandon   12.04.17 10:29

La tempête sévissait avec une telle force qu’Etoile du Corbeau se demandait s’il pourrait un jour rejoindre son propre territoire. Il jeta un œil à sa guérisseuse. Elle était en piteux état elle aussi, mais elle tenait bon, sans se plaindre. Mais le meneur ne tenta pas de la réconforter, il se contenta de fixer la lande, ou du moins, ce qu’il en restait sous le rideau blanc du fléau des étoiles.

Un cri alerta brusquement le noiraud, qui bondit sur ses quatre pattes. Il passa la tête à l’entrée du terrier et crût d’abord avoir rêver. Ses yeux distinguèrent alors cette petite chose blanc ramassée sur elle-même, l’air agressive. Un chat, ça ? pensa-t-il en fixant avec effroi la femelle pâle aux yeux pourpre. Quelle monstruosité.
Malheureusement, il ne s’agissait pas d’un monstre. A l’odeur –et aux deux autres femelles l’entourant de part et d’autre-, le Clan du Vent avait repéré leur présence.
Cœur de Neige sortie à son tour et fit face à la minette blanche. Etoile du Corbeau frôla son épaule de sa queue, lui signifiant qu’il souhaitait rester prudent. Cœur Vaillant, car il avait entraperçu sa fourrure rousse sous la couche de neige qui la recouvrait, le toisait sans tenter de dissimuler sa méfiance et son animosité. Témoin que ce Clan n’avait pas été épargné par le mauvais temps et la famine qui l’accompagnait.
La dernière n’était autre qu’Etoile de Sable, le regard méfiant, le menton haut. La maitresse des lieux n’était aucunement ravie de voir ses étrangers sur ses terres. Même si l’un d’eux était guérisseur. Etoile du Corbeau avait beau user de ses droits de pèlerin, il était toujours en tort face à un Clan adverse –supérieur en nombre et en forces. D’autant que le ton de sa rivale ne faisait aucun doute : elle le menaçait ouvertement.
Usant de toute la diplomatie en lui, il incline poliment la tête, pourtant très irrité par le comportement des chats du Clan du Vent et malmené par le froid et le vent.
    « Etoile de Sable. Mes sincères salutations. »
Il ne passa qu’un bref regard aux deux autres chats, le temps pressait trop pour faire preuve de courtoisie –et ils auraient tous gelés d’ici là.
    « Tu es certainement la mieux placée derrière ton guérisseur pour connaître les raisons d’un passage à l’improviste sur ce chemin. Cœur de Neige et mou nous apprêtions à rencontrer nos ancêtres. »
Un doute l’envahit. La meneuse adverse allait-elle le croire alors qu’ils avaient été trouvé dans un terrier de lapin ?

_________________

©️ Moi

Moi humaine ?:
 


Et si papa Corbak était humain ?:
 

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cri des Albatros
▬ Guerrière
avatar
Messages : 629
Date d'inscription : 16/05/2016

Carte d'identité
Âge: 17 lunes (septembre)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage Nacré

MessageSujet: Re: [BLIZZARD] Pélérinage - abandon   17.04.17 22:33

L'idée d'être en supériorité numérique (et surtout, accompagnée d'Etoile de Sable et Coeur Vaillant, de très bonnes guerrières) donnait à Nuage d'Albatros un étrange sentiment de puissance. Etoile du Corbeau était accompagnée de sa guérisseuse, Coeur de Neige, donc cette dernière était inapte à la bataille si les provocations commençaient. Sa meneuse avait donné le ton : elle menaçait ouvertement Etoile du Corbeau. Cette situation plaisait à l'apprentie. Elle ne s'était jamais frottée à un chef, et l'idée de provoquer la tentait. Néanmoins, elle fut rapidement prise de doute. Qu'en penserait Etoile de Sable ? Elle pensait pouvoir deviner. Elle était la seule qui pouvait décider ou non d'une bataille, et ce constat attristait Nuage d'Albatros. Si ça ne tenait qu'à elle, elle aurait bondit sur le chat noir dès l'instant où elle l'avait vu.

Ce meneur évoqua l'excuse de la Pierre de Lune. La petite femelle fronça les sourcils. Sérieusement ? Elle ne put s'empêcher un soupir amusé en souriant. De toute manière, Etoile du Corbeau était en position de faiblesse. Naïvement, l'albinos fonctionnait de façon binaire et pensait qu'il n'était pas en mesure d'exiger quoique ce soit de la part du Vent. Il était en faute, il avait été trouvé dans un terrier.

« Heureuse d'apprendre qu'il y a un passage secret dans ce terrier, dans ce cas. » fit – elle avec un léger sourire de coin.

Nuage d'Albatros était belliqueuse, et elle savait que sa mère était avec elle. Bien qu'elle se rebellait bêtement contre Coeur Vaillant par pure opposition adolescente, elle était forcée d'admettre qu'elle était redoutable guerrière, et que l'idée qu'on touche à sa fille aurait vite fait de la mettre dans un état de haine profonde. Soupirant, elle était forcée d'admettre que la décision finale revenait à Etoile de Sable. Elle seule pouvait estimer ou non si l'excuse d'Etoile du Corbeau était valable. Dommage. Un sourire aux lèvres, Nuage d'Albatros souhaitait le bronx et espérait que sa meneuse soit guidée par sa xénophobie exacerbée.

Spoiler:
 

_________________




awards du sale 2K17:
 

LES VENTEUX C'EST TROP DES BG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 190
Date d'inscription : 31/08/2016

Carte d'identité
Âge: 71 (septembre)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage d'Argent

MessageSujet: Re: [BLIZZARD] Pélérinage - abandon   18.04.17 17:50

Ma noble cheftaine avait au moins un point en commun avec moi : notre xénophobie. De toute manière, je ne comprenais pas comment un chat pouvait ne serait-ce supporter la présence d'un ennemi, et tolérer d'être en bons termes avec lui. Evidemment, personne ne souhaitait la guerre, source de dévastation et de destruction. Nous pouvions ainsi accepter d'être polis et aimables pour ne pas déclencher d'hostilités notamment lors des assemblées. Mais faire copain-copain? Jamais. Cela me mettait hors de moi voir que certains membres du clan du vent se le permettaient.

« Cœur de Neige, Étoile du Corbeau. Quel mauvais vent vous amène donc sur les terres du Clan du Vent ? La raison à intérêt à tenir debout, les risques encourus pourraient s’avérer bien au-delà de vos espérances. »

Le chef du clan de la Rivière rétorqua :

« Etoile de Sable. Mes sincères salutations. Tu es certainement la mieux placée derrière ton guérisseur pour connaître les raisons d’un passage à l’improviste sur ce chemin. Cœur de Neige et mou nous apprêtions à rencontrer nos ancêtres. »

Donc, pour revenir à notre problème actuel : il fallait avant agir faire état de la situation. Alors, pour résumer le chef du clan de la Rivière se promenait sur nos terres en plein blizzard accompagné de sa guérisseuse. Pour le moment, rien de contre-nature et leur excuse de la pierre de lune tout à fait acceptable. Nous pouvons nous proposer humblement de les accompagner à destination (peut-être cela permettra à Etoile du Sable d'y faire un tour également). Le léger hic, c'est que, comme par hasard, nous retrouvons ces deux félins dans un terrier de lapin. Bien sûr, avec le blizzard, impossible de savoir si oui ou non le terrier était habité : les odeurs ne tenant plus du tout.
La meneuse du vent s'exprima alors d'un ton poli mais froid :

Je regardais les deux intrus froidement. A mes côtés, ma jeune fille semblait surexcitée. Elle ajouta d'ailleurs :

« Heureuse d'apprendre qu'il y a un passage secret dans ce terrier, dans ce cas. »

Cela me fit esquisser un sourire. Je me revoyais au temps de ma jeunesse. J'aurais été intenable. Les propos de Nuage d'Albatros corroboraient parfaitement avec ma pensée, et très probablement avec celle d'Etoile du Sable. J'aurais pu intimer à la jeune apprentie de se taire, ou du moins de se mettre en retrait, mais Etoile du Sable était assez grande pour se faire respecter d'une novice. De plus nous étions en avantage numérique ainsi, Nuage d'Albatros n'aurait aucune chance de se faire blesser. Mais je me plaçais légèrement en avant, afin d'être certaine de pouvoir la protéger en cas de besoin.

Ce n'était plus une simple expression de froideur qui se lisait sur mon visage, mais pouvait s'y déceler une petite pointe de moquerie. Et le doute s'était insinué dans l'esprit du grand Etoile du Corbeau. Alors, on est pas sûr de soi?


_________________

Bravo pour ce superbe dessin, j'ai nommé Lapipisounet! Happy face Son atelier ici
Coeur Vaillant miaule en 993300
Coeur Vaillant:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [BLIZZARD] Pélérinage - abandon   12.05.17 21:31


PÉLÉRINAGE
[PRIVÉ]

Le temps a beau être glacial, le blizzard a beau souffler du mieux qu’il peut un vent probablement venu du tréfonds des contrés du nord, le corps d’Etoile de Sable ne cesse de monter en température. Si elle pouvait se montrer incroyablement calme et posée, si elle pouvait être cette meneuse éloquente, polie et aux apparences nettes, elle pouvait également se montrer sous un jour radicalement différent. Elle était courtoise avec ceux qui se montraient courtois. Elle était honnête et droite avec ceux qui en faisaient de même. Et malgré la xénophobie qui faisait partie intégrante de son ADN, malgré cette haine instaurée au plus profond de son être, de son sang, depuis des lunes et des lunes, elle était capable d’avoir des échanges neutres, si ce n’est un poil positif, avec les hautes autorités des autres Clans lorsqu’il le fallait. Pourtant, aujourd’hui, ce ne serait pas le cas. Si Étoile du Corbeau avait voulu l’offenser, voilà qui était fait. Si elle avait laissé planer le doute sur une potentielle bonne raison qui ferait de sa venue, une venue louable, voir acceptable, la femelle couleur sable n’y croyait pas. Simple provocation ou volonté de bien vouloir faire devant ses camarades, elle n’entrevoyait d’autre issue que d’éconduire ses deux félins en dehors des frontières. Si elles étaient floutées par le blizzard, si elle était loin d’être aussi nettes qu’à l’accoutume, elle n’en restait pas moins existantes et réelles aux yeux de la meneuse. Si en apparence, elle était calme, son esprit se voyait agiter de bien des pensées, plus absurdes les unes que les autres, plus haineuses, plus colériques, voir un poil plus tempétueux. Et pourtant, la tornade tenait dans son si frêle corps que le blizzard n’avait pas épargné. Le regard ancré dans celui du meneur du Clan de la Rivière, elle comptait avoir le dernier mot. Elle était ici chez elle et personne n’était autorisé à venir squatter des terriers, même en période de cataclysme, même si le monde devait s’écrouler, même si les terres voisines devaient prendre feu. Elle n’acceptait décemment pas les étrangers ici. Et ce n’est pas la politesse que démontra le matou noir qui ferait changer d’avis la femelle qui ne prit pas même la peine de répondre à sa salutation.

« Etoile de Sable. Mes sincères salutations. Tu es certainement la mieux placée derrière ton guérisseur pour connaître les raisons d’un passage à l’improviste sur ce chemin. Cœur de Neige et mou nous apprêtions à rencontrer nos ancêtres. »

S’il avait tenté de préparer le terrain en se montrant courtois, si avait tenté le tout pour le tout en ne montrant pas un poil d’agressivité, ni même en n’émettant aucun doute, les mots qui résonnèrent dans l’esprit de la Chef sonnaient désespérément faux. Un peu comme-ci la voix ne s’accordait pas avec la véracité des propos. Communier avec les ancêtres dans un terrier sur le territoire du Clan du Vent ? Qui pouvait bien croire à une telle supercherie ? Qui pouvait croire la parole donnée par un ennemi ? S’il existait un tel félin doué de tant de naïveté, ce n’était décemment pas le cas d’Etoile de Sable. Loin d’accorder facilement sa confiance, loin d’accorder le bénéfice du doute, elle avait souvent un avis bien tranché. Si Etoile du Corbeau pouvait en effet être en quête de réponse à propos de ce blizzard, il ne les trouverait certainement pas dans le terrier dans lequel il s’était entiché avec sa Guérisseuse. Si les sentiers n’étaient plus très clairs aux yeux de tous, si le paysage avait revêtit un manteau blanc nacré, il n’en était pas moins loin des Hautes-Pierres. Etoile de Sable chercha quelques secondes les mots à prononcer pour mettre à sac le bête alibi fourni par le matou noir, elle allait s’y atteler, elle allait entrouvrir sa gueule, lorsqu’à ses côtés, une rumeur s’éleva sans qu’elle n’en soit à l’initiative.

« Heureuse d'apprendre qu'il y a un passage secret dans ce terrier, dans ce cas. »

Si elle reconnut sans peine, la voix qui avait percé le silence, Etoile de Sable n’en était pas plus satisfaite. Si elle avait ordonné aux deux de se taire, ce n’était pas pour que l’une l’ouvre aussi rapidement. Tournant un regard de braise sur celle qui était sa novice, la meneuse laissa passer une lente réprimande dans son regard alors que ses yeux étaient posés sur Nuage d’Albatros. Si elle partageait le fond des propos de la petite femelle blanche, elle n’en acceptait pas la forme. Il y avait bien des façons de traiter les inconnus, elle-même, elle n’en était pas à son coup d’essai et prenait un malin plaisir à chaque fois, et pourtant, certaines situations exigent le silence. Et ça, Nuage d’Albatros allait devoir l’apprendre. Aujourd’hui serait sa première bourde, la meneuse la graverait dans son esprit et si aujourd’hui, elle s’était contentée d’un regard sévère à son encontre, la prochaine fois, elle userait de son pouvoir pour soutirer ce sourire satisfait de son visage. Reportant toute son attention sur le chat noir qui n’avait pas bougé d’un poil, la femelle se laissa quelques secondes pour réfléchir au quart de tour. Hors de question de s’excuser pour le comportement de Nuage d’Albatros, comme il lui serait impossible de revenir sur la vraisemblance de ses propos. Au contraire, elle appuierait les dires de celle qui était sous son aile. Si Etoile du Corbeau était prit de la suicidaire envie de se révolter, elle n’aurait qu’à envoyer l’Albatros chercher une poignée de Guerrier, s’il était supérieur en nombre, tout pouvait mal tourner si Etoile du Corbeau avait prévu quoi que ce soit, pensant qu’il pourrait profiter du blizzard pour gagner des terres. Choisissant les mots un à un dans son esprit, Etoile de Sable finit par laisser sortir un courant d’air glacial de sa gueule :

« Heureuse d’apprendre que tes ancêtres sont des lapins. Tu vas pouvoir me démontrer à quel point ton courage est semblable. J’espère que tu cours aussi vite, histoire que tu déguerpisses au plus vite. Si tu as tout dit à tes lapins, tu vas pouvoir quitter mes terres, ta présence ici n’est pas souhaitée. »

HRPG:
 



©️ waize
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [BLIZZARD] Pélérinage - abandon   

Revenir en haut Aller en bas
 
[BLIZZARD] Pélérinage - abandon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [BLIZZARD] Moment de crise - abandon
» SALSA CROISEE BICHON ABANDON 3 ANS LA LOUVIERE BELGIQUE
» Blizzard chie dans le paté, et tente de le filer à bouffer !
» URGENT ABANDON SHI-TZU 8 ANS LA LOUVIERE BELGIQUE
» Finis le Lan chez Blizzard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE PROPHETIES BEGIN
 :: Au commencement :: Archives :: RPG
-