The Propheties Begin

Thème II - Le redoux
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « let’s eat. » | Fleur Cendrée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Oiseau Moqueur
▬ Guerrier
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 25/03/2017
Age : 19

Carte d'identité
Âge: 49 lunes (juin)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage de Plume

MessageSujet: « let’s eat. » | Fleur Cendrée   Ven 31 Mar 2017 - 1:26



« let’s eat. »

Fleur Cendrée & Oiseau Moqueur

Oiseau Moqueur s’était levé ce matin-là avec une idée bien précise en tête. Remarquant deux trois petites choses par-ci par-là, il se devait d’y remédier. Il s’était rapidement éclipsé du campement du Tonnerre, l’ambiance actuelle qui y régnait ne lui plaisait plus vraiment. Et de toute façon, pour aller chercher quelque chose à manger, il se devait de sortir de là. Avec le blizzard qui venait enfin de déguerpir, les proies allaient peut-être se montrer un peu plus. Le clan tout entier pourrait enfin se remplumer. Malheureusement pour le guerrier, les proies n’étaient pas plus nombreuses que ça, il allait devoir chercher un moment, mais peut lui importait. Plusieurs minutes, voir plusieurs heures étaient passées depuis son départ, et il n’avait toujours rien trouvé. Mais il ne désespérait pas. Il savait qu’il trouverait. De toute façon, il s’était juré de ne pas rentrer bredouille. C’est alors qu’une odeur titilla son odorat. Un écureuil. Un léger sourire anima alors son visage. C’était ce qu’il préférait chasser. Qu’il soit au sol ou dans les arbres, il l’aurait. C’était certain. Le guerrier s’était alors tapis entre les arbres pour observer et trouver le petit être roux. Il était là, tout près. Il prit alors le temps de s’avancer, lentement. Très lentement pour ne pas faire de bruit et se faire repérer. L’écureuil commençait à se rapprocher d’un arbre. C’est à ce moment précis que le bicolore choisit de bondir sur sa proie, d’un craquement d’os, plus un seul mouvement pour le rongeur. C’était terminé pour lui. Il pouvait désormais rentrer au camp.

De retour de sa chasse, le matou bicolore trouva rapidement la cible. Elle était là où il s’attendait qu’elle soit de toute façon. Fleur Cendrée. Il avait remarqué qu’elle n’allait pas bien ces derniers temps, qu’elle oubliait même de se nourrir. Il se rapprocha doucement, avant de déposer son écureuil entre les pattes de la chatte grise.

© waize


_________________

Spoiler:
 

Oiseau Moqueur se moquait en #d3a68d.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nocty
▬ Nocty
Spammeuse de profession
avatar
Messages : 177
Date d'inscription : 20/08/2016
Age : 19
Localisation : France.

Carte d'identité
Âge: /
Description du personnage:
Mentor/apprenti: /

MessageSujet: Re: « let’s eat. » | Fleur Cendrée   Sam 1 Avr 2017 - 0:39


« let's eat »
PV. Oiseau Moqueur

Si le blizzard avait cessé d’émettre à sa source, l’empreinte qu’il avait laissée sur la forêt n’était pas prête de se résorber. Si bons nombres de Guerriers avaient souffert physiquement d’une telle épreuve, d’un tel temps, ce vent qui n’avait cessé de souffler en grosses rafales et cette neige de tomber, provoquant la disparition presque totale de toute source de nourriture, avait également trouvé un écho sur le moral de certains autres. Certains encore avaient tiré la carte de la malchance et souffraient des deux, l’un étant fortement lié à l’état de l’autre. La seule façon de s’en sortir pour ceux-là était de trouver une âme compatissante prête à leur tendre la patte et d’attendre le renouveau du printemps. Maintenant que le vent avait disparu, maintenant que la neige fondait sous de doux rayons de soleil qui revenaient petit à petit, plus nombreux et plus puissants chaque jour qui passait, ces félins meurtris par ce mal qui était parti, se relevaient petit à petit. Si tous semblaient avoir retrouvé un train-train de vie habituel, si tous semblaient avoir retrouvé une forme de vie et une envie profonde de continuer à vivre malgré tout, ce n’était pas le cas de tous. Il faut bien croire que dans un groupe, il y en a toujours des plus faibles, il y aura toujours cet énergumène qui trouvera toujours un malheur de plus que les autres et qui s’en accablera au possible. Pour l’heure, ce félin porte le nom de Fleur Cendrée. Si son état ne s’était pas dégradé de suite avec l’arrivé du blizzard et si ce dernier n’était que le cadet de ces soucis, elle avait tout bonnement perdu la tête en perdant le meneur de son Clan. Si cela n’était qu’une épreuve de plus que beaucoup de félins à surmonter, le lien qui l’unissait au félin roux déchu, l’accablait davantage. Entretenant secrètement une passion pour les yeux de ce cher Étoile de Lion, elle avait vu en sa disparition, la disparition pure et simple de son envie de vivre, de sa raison de vivre. Elle en était elle-même venue à la conclusion que si celui qui faisait battre son cœur n’était plus, il n’y avait plus de raison pour qu’il continue de taper dans sa poitrine.

Résignée à se laisser mourir à petit feu, à purger la peine qui était sienne, dans un silence de plomb qu’elle s’imposait à elle-même, Fleur Cendrée s’était détachée du reste du groupe. Si elle aurait été offusquée, en des circonstances ordinaires, d’apprendre qu’une brute comme Écorce de Suie prenait la tête du Clan du Tonnerre, avec toutes les conséquences qu’il en découlait, elle aurait certainement été la première à montrer son désaccord et à crier haut et fort à la justice. Pourtant, lorsque cette dernière avait délibérément pris la place d’Étoile de Lion, la grise n’avait pas bronché. Elle n’avait même pas pris part à la réunion que l’écaille-de-tortue avait créée, ne s’était probablement même pas rendue compte qu’un tel enjeu se jouait derrière la détresse dans laquelle elle était entrée. Depuis cette annonce fatidique de la disparition du rouquin, la Guerrière talentueuse n’était plus que l’ombre d’elle-même. Elle aurait mérité de perdre son titre de Guerrière et certainement aussi de chat. Résignée à entendre la mort comme un messie, seule dans son coin, elle s’était reclure des autres en parfaite paria de ce monde. Elle ne prenait même plus la peine de faire sa toilette et inutile de dire que manger était la dernière de ses préoccupations. Elle ne prenait pas le temps non plus de faire la différence entre le jour et la nuit, plongée dans une léthargie totale dont elle était incapable de sortir. Aucun mot n’était sorti de sa gueule depuis que le lion n’était plus à ses côtés. Si des félins étaient venus à sa rencontre pour prendre de ses nouvelles ou exiger quoi que ce soit d’elle, elle ne s’en était même pas rendu compte. Le temps filait entre ses pattes à une vitesse aléatoire sans que ses yeux embués ne sèchent guère plus d’une seconde. Rendu à l’état dans lequel elle était, elle faisait certainement peine à voir. Devant les yeux fatigués, las, mornes et sans vie de la Guerrière, une forme indistincte rousse apparue, ne prenant même pas la peine de regarder d’où il était tombé, elle reporta son regard dans le vide le plus total, poussant un simple gémissement de surprise.

« Hum ? »


© waize
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oiseau Moqueur
▬ Guerrier
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 25/03/2017
Age : 19

Carte d'identité
Âge: 49 lunes (juin)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage de Plume

MessageSujet: Re: « let’s eat. » | Fleur Cendrée   Sam 1 Avr 2017 - 2:13



« let’s eat. »

Fleur Cendrée & Oiseau Moqueur

Oiseau Moqueur remarqua rapidement qu’il aurait du mal à la faire réagir. Mais il allait persévérer. Il ne partirait pas de là sans qu’elle ait au moins croqué dans l’écureuil tout frais qu’il lui avait déposé là, entre ses pattes. Le regard de la féline grise était dans le vide. Il avait tout de même réussit à lui arracher un léger gémissement.

« Hum ? »

Le mâle prit le temps de s’asseoir devant Fleur Cendrée, certain qu’il resterait là un petit moment encore, il n’allait pas rester debout à rien faire tout de même, autant s’installer confortablement. Du bout du museau il poussa un peu plus la proie vers elle, lui signifiant qu’elle devait au moins essayer de croquer dedans. Il observa le camp d’un coin de l’œil, n’ayant guère envie qu’Etoile de Suie ne les remarque. Les envoyer faire des entraînements collectifs, chasser alors que le guerrier rentre tout juste, ou quoi que ce soit d’autre qui passe par la tête de la féline écaille. Il obéissait sans vraiment le faire, ne l’appréciant que très peu et de loin. Une fois rassuré, il prit une voix douce pour parler à la féline, ne voulant pas la brusquer, ni lui faire peur si jamais elle s’était replonger dans ses pensées, ce qui était fort probable vu son état actuel.

« Je suis aller le chasser pour toi, tu me ferais le plaisir d’en manger au moins un bout ? »

© waize


_________________

Spoiler:
 

Oiseau Moqueur se moquait en #d3a68d.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nocty
▬ Nocty
Spammeuse de profession
avatar
Messages : 177
Date d'inscription : 20/08/2016
Age : 19
Localisation : France.

Carte d'identité
Âge: /
Description du personnage:
Mentor/apprenti: /

MessageSujet: Re: « let’s eat. » | Fleur Cendrée   Lun 3 Avr 2017 - 15:38

« let's eat »
PV. Oiseau Moqueur

Dire que l’envie n’y était pas n’était pas assez fort pour décrire l’état d’âme de Fleur Cendrée. Si elle pouvait choisir entre se languir ici et mourir de suite, foudroyé par je ne sais quel mal, qui sait ce qu’elle choisirait. Le moins douloureux probablement. Le plus rapide et le plus bref. Elle rejoindrait au moins Etoile de Lion. Du moins, si ce dernier était réellement allé rejoindre le Clan des Étoiles. S’il avait simplement fuit les responsabilités et Fleur Cendrée, il pouvait encore se trouver de ce monde. Cette option, inenvisageable et ne traversant même pas l’esprit de la Guerrière, n’y changeait rien. Ce qu’elle ressentait ? Un grand vide. Une colère profonde. Une tristesse débordante. Vide puisqu’il n’était plus là. En colère parce qu’elle n’avait pas été capable de tout lui dire, de tout lui avouer, se cachant derrière des jeux crétins avec les autres mâles, la faisant certainement passer pour la femelle la plus infidèle du Clan. Triste de n’avoir pas eu le temps, de ne pas avoir pu l’accompagner jusqu’à son dernier souffle. Il n’y avait ni corps, ni mobile, ni raison de sa disparition. Le deuil en était d’autan plus compliqué pour la jeune Guerrière. Si elle avait fini par abdiquer, par accepter sa mort, elle ne s’en était pas encore remis. Elle en était loin. Loin dans la descente aux enfers. Loin dans la dépression. Elle n’en voyait nullement le bout du tunnel, ne le cherchait même pas. Tête baissée, elle fixait sans envie l’animal roux à ses pattes. Si pendant quelques secondes ses yeux s’arrêtèrent de déverser des larmes qui devaient simplement finir par manquer, la tigrée n’osa pas relever la tête, elle n’en avait ni la force, ni l’envie. Elle se rendit simplement compte que la forme indistincte rousse de tout à l’heure était finalement le corps sans vie d’un écureuil. Est-ce qu’elle avait faim ? Est-ce que son ventre grognait ? Non. Aussi rapidement qu’elles s’étaient arrêtées, les larmes recommencèrent à embuer le regard éteint de la Guerrière. Nul doute qu’elle souffrait de cette disparition. Le monde autour d’elle n’avait plus de sens. Elle n’avait elle-même plus le sens de rien. Abandonnant ainsi sa vie de Guerrière, son rôle de mentor, sa famille, ses amis, son Clan.

« Je suis allé le chasser pour toi, tu me ferais le plaisir d’en manger au moins un bout ? »

Si elle avait entendu un traître mot de ce que le félin lui avait marmonné, elle n’en montrait aucun signe. Elle n’avait pas même esquissé un mouvement. Ses oreilles étaient restées immobiles, comme si d’usage, elles ne fonctionnaient plus. Était-ce vraiment le cas ? Si la perte d’un être aussi cher à son cœur avait causé des dégâts, ce n’était certainement pas des séquelles physiques. Si elle avait entendu les mots de l’autre chat, elle n’avait pas daigné lever la tête pour entrevoir son regard. Trop faible pour affronter le regard des gens. Trop faible pour affronter le regard d’un autre félin. Elle n’était pas encore prête. Pas encore prête à se relever et à repartir. Pas prête à vivre sans lui. Pas prête à survivre sans lui. À quoi bon manger ? Elle n’en avait ni l’envie, ni le besoin. Elle n’avait pas faim. Elle ne voulait pas manger. Elle ne voulait même pas écouter ce chat qui s’était inventé à ses côtés. Si en d’autres circonstances, elle aurait bien touché du geste, elle n’en avait, dans l’état actuel, rien à faire. Les sentiments n’existaient plus, elle ne les ressentait plus. Le cœur en lambeau, l’esprit en proie à se laisser mourir. Elle refuserait toute aide. Elle n’en voulait pas. Elle ne voulait pas de la pitié des gens. Elle était faible. Elle ne méritait pas de continuer de vivre. La vie ne vaut d’être vécue que si l’on en est digne. Elle ne l’est pas. Prenant sur elle pour tenter d’articuler un petit quelque chose, si elle voulait en sortir davantage, un seul petit mot ne parvint même pas à sortir de sa gueule :

« N… »


© waize
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oiseau Moqueur
▬ Guerrier
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 25/03/2017
Age : 19

Carte d'identité
Âge: 49 lunes (juin)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage de Plume

MessageSujet: Re: « let’s eat. » | Fleur Cendrée   Lun 3 Avr 2017 - 20:57



« let’s eat. »

Fleur Cendrée & Oiseau Moqueur

Oiseau Moqueur n’était même pas sûr que Fleur Cendrée avait pris la peine de l’écouter. Mais il s’en fichait. Il ne voulait pas décoller, et la laisser seule à se morfondre comme elle le fait depuis quelques temps maintenant. Bougeant légèrement ses pattes avant histoire de ne pas s’ankyloser pour rien, et pour faire quelque chose de ses pattes, ne sachant pas réellement quoi faire dans ce genre de situation. Il la fixait, il voyait très bien sa mine triste, mais n’avait pas la moindre idée de ce qui pouvait bien la tourmenter ainsi. Le guerrier bicolore fixait ses pattes, réfléchissant à comment prendre le problème qui se présentait actuellement.

« -N…
- S’il te plait Fleur Cendrée. »

Il ne s’attendait pas à ce qu’un son sorte de la gueule de la femelle grise, et il avait laissé glisser ses quelques mots sans vraiment y faire attention, peut-être bien qu’elle l’écouterait, peut-être bien que non. Le mâle prit alors le temps de s’attarder sur la silhouette de la femelle grise qui prenait tant soin d’elle il y a encore quelques semaines de cela, son poil était dans un bien piteux état. Comme tous les membres du clan, elle était bien maigre, et elle ne voulait visiblement pas toucher au rongeur qu’il lui avait rapporté. Il s’installa alors à côté d’elle, tentant une dernière fois de la faire réagir. Il passa quelques coups de langue sur le poil mi-long de la femelle pour la remettre en état.

© waize


_________________

Spoiler:
 

Oiseau Moqueur se moquait en #d3a68d.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nocty
▬ Nocty
Spammeuse de profession
avatar
Messages : 177
Date d'inscription : 20/08/2016
Age : 19
Localisation : France.

Carte d'identité
Âge: /
Description du personnage:
Mentor/apprenti: /

MessageSujet: Re: « let’s eat. » | Fleur Cendrée   Lun 3 Avr 2017 - 21:32

« let's eat »
PV. Oiseau Moqueur

S’il lui semblait avoir tenté de s’exprimer du mieux possible, Fleur Cendrée n’avait émit qu’un ridicule son. Qu’est-ce qu’elle avait voulu dire ? Qu’est-ce qu’elle voulait dire à ce félin qui lui parlait et qu’elle n’osait même pas regarder. Qui était-ce ? Le connaissait-elle ? L’avait-elle déjà côtoyé du temps du grand Etoile de Lion ? Peut-être est-ce l’un de ceux avec lequel elle l’avait trompé. Un de ces petits passe-temps, un de ceux sur lequel elle semblait jeter son dévolu pour oublier un peu le beau rouquin. Si elle avait seulement eut la force d’articuler, d’user de ses cordes vocales qui semblaient bien rouillées depuis qu’elle n’avait été utilisée. S’il y a bien un petit quelque chose qu’elle n’avait cessé de faire depuis la disparition d’Etoile de Lion, c’est utiliser son cerveau. Simplement pour réfléchir, pour penser au passé, pour revoir quelques vagues images d’un félin roux qu’elle n’était pas certaine de connaître. Elle n’avait partagé que de rares moments avec lui, de simple rapport entre un Chef et une simple Guerrière, ni plus ni moins. Elle n’avait jamais fait le premier pas, persuadé qu’elle se ferait jeter comme une malpropre. Malpropre qu’elle se pensait être à présent. Elle qui s’amusait à jouer avec les sentiments des félins ne faisait que récolter ce qu’elle semait. À force de semer le chaos et le trouble dans l’esprit des félins qu’elle entourloupait, voilà que le Clan des Étoiles la punissait en lui prenant celui auquel elle tenait, le seul et l’unique. Bien fait pour elle ! Bien fait pour toi, se répétait inlassablement la femelle cendrée, au bout du rouleau, certainement totalement à côté de la plaque, bien trop fatiguée, bien trop usée par les récents événements et bien trop meurtrie par tout ce qui lui tombait dessus. Si elle avait été une Guerrière rayonnante, bienveillante, dont on appréciait la compagnie, elle n’était plus qu’une ombre fuyarde, blessée à jamais, n’attendant plus que la mort, sort qui semblait l’appeler les pattes grandes ouvertes.

« S’il te plait Fleur Cendrée. »

Il insistait le matou. Si la chasseuse, qui ne faisait plus que portée ce titre sans pouvoir y prétendre, avait été dans son état normal, elle l’aurait certainement trouvé un poil lourd. Elle l’aurait certainement envoyé bouler. Ou alors, elle l’aurait écouté, elle aurait plongé ses crocs dans l’écureuil disposé à ses pattes, juste pour lui faire plaisir, juste pour pouvoir jouer un peu avec lui. Si de nouveau, Fleur Cendrée ne semble pas réagir aux mots du félin, elle sentit bientôt sa présence s’accroître. S’il avait gardé jusque-là ses distances, il venait de les effacer d’un revers de patte, d’un pas. Non. Elle ne voulait sentir la présence de personne. Elle ne méritait le regard de personne. Elle ne méritait pas qu’on lui accorde du temps. Elle ne méritait même pas les quelques mots que l’autre avait eus à son égard. Elle ne méritait pas la proie qu’il avait chassée pour elle. Elle ne méritait rien. Elle en était persuadée. La mort l’attendait, elle en faisait de même. Elle s’était résignée, elle avait fait un choix. Attendre. Attendre que le sort lui prenne la misérable vie qui lui avait offert. Elle n’en pouvait plus. Elle n’avait plus de force. Pas assez pour reculer, quand bien même elle le voulait. Pas assez pour laisser sortir un mot de sa gueule. Pas assez de force pour le repousser. Fermant un moment, ses yeux, la Guerrière tenta un moment de réprimer des larmes qui menaçaient de se répandre davantage encore. Puis, sentant une langue qui n’était pas la sienne passer sur son pelage, elle se plongea dans un doux rêve idyllique, une pensée saugrenue, mais qui lui donna un instant de répit. Dans ce rêve, Etoile de Lion était encore en vie, il était à côté d’elle, c’était lui qui lui faisait sa toilette. Elle était rayonnante, profitait du moment, ronronnait de bon cœur. Pourtant, si c’est ce qui se passait dans sa tête, dans les faits, elle s’était totalement écroulée sur le sol, recroquevillée comme le plus fébrile des chatons et s’était mise à sangloter.


© waize
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oiseau Moqueur
▬ Guerrier
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 25/03/2017
Age : 19

Carte d'identité
Âge: 49 lunes (juin)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage de Plume

MessageSujet: Re: « let’s eat. » | Fleur Cendrée   Lun 3 Avr 2017 - 21:50



« let’s eat. »

Fleur Cendrée & Oiseau Moqueur

Encore une fois la voix du matou resta en suspens. Fleur Cendrée ne semblait pas réagir plus que cela. Absorbé par sa tâche de remettre un peu d’ordre dans le beau pelage cendré de la guerrière, il ne l’avait pas remarqué sangloter de plus belles. Il fut pris d’une légère panique qui s’estompa aussi vite qu’elle était arrivée. Est-ce que c’était lui qui l’avait fait craquer ? Certainement, c’était le geste de trop. Mais il n’était pas à l’origine du mal de la femelle, ça, il en était certain. Il la côtoyait comme tout camarades de clans, mais ils n’avaient jamais été si proche que ça. Elle l’avait certainement séduit une fois ou deux dans le passé, avec ses deux perles vertes. Mais le matou n’avait jamais cédé à ses avances. Elle avait perdu son assurance en si peu de temps, pourquoi personne ne réagissait donc ? Tout le monde l’avait forcément remarqué. Fleur Cendrée la si bonne chasseuse du clan qui ressemble subitement à son frère. Mais personne ne se bougeait le derrière pour tenter de l’aider. Il s’arrêta quelques instants pour inspecter le pelage de la demoiselle, et puisqu’il était satisfait de son travail, il s’arrêta.

« Tu veux en parler ? »

Repliant doucement ses pattes sous lui, il n’avait pas encore envie de bouger, qu’elle se décide à s’ouvrir à lui ou non. Il avait décidé de ne pas lâcher l’affaire.

© waize


_________________

Spoiler:
 

Oiseau Moqueur se moquait en #d3a68d.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nocty
▬ Nocty
Spammeuse de profession
avatar
Messages : 177
Date d'inscription : 20/08/2016
Age : 19
Localisation : France.

Carte d'identité
Âge: /
Description du personnage:
Mentor/apprenti: /

MessageSujet: Re: « let’s eat. » | Fleur Cendrée   Lun 3 Avr 2017 - 22:13

« let's eat »
PV. Oiseau Moqueur

Pourquoi est-ce que les larmes coulaient si facilement ? Pourquoi est-ce qu’elle ne pouvait le retenir décemment ? Avait-elle perdu toute trace de dignité ? Tout contrôle sur ses émotions et sur son corps ? Incapable de faire le moindre geste, certainement incapable de tenir debout, Fleur Cendrée était dans un état plus que lamentable. Si un tel laissé allé n’aurait même pas effleurer son esprit il y a de cela quelques lunes, elle la coquette chasseuse, la belle qui grimpait aussi vite que les écureuils aux arbres pour les rattraper, sautant de branche en branches avec une aisance incroyable, s’était réduite à un ramassis de poils sales, un tas d’os recouvert d’une peau bien trop fine, renfermant en son for intérieur un cœur en miette et un esprit nageant en pleine eau trouble, désillusionné sur la vie, ayant totalement abandonné l’idée qu’une issue autre que la fin existait. Si elle songeait encore aux coups de langue qui passaient et repassaient sur son pelage comme étant ceux d’un rouquin qu’elle pensait revoir naître, la réalité était bien moins belle. Tout bonnement incapable d’arrêter le flot de larmes qui dévalait les longs de son museau, étalant une ondée salée sur ses joues. Même dans sa détresse, elle ruinait le travail d’un félin qui avait un peu de considération pour elle. Oh ! Ce qu’elle s’en saurait voulu si elle n’était pas devenue aveugle à cause de cette disparition. Ce qu’elle aurait eu honte. Transit, elle aurait certainement fui le Clan. Dans l’état actuel des choses, elle n’esquissait aucun mouvement, ne s’en sentant tout bonnement pas capable, ses muscles ne répondant plus aux quelques ordres brouillons crachés par un cerveau défaillant et qui se plaisaient à emmêler les idées, causant un cafouillis monstre, une tempête d’idées, de souvenirs et de douleur dans un corps déjà bien mal en point.

« Tu veux en parler ? »

Rouvrant les yeux sur un monde qui était bien réel, Fleur Cendrée parvint à ralentir le flot de larmes. Si elle sentait encore la présence de l’autre bien prêt d’elle, sa langue ne passait plus sur son pelage. L’avait-elle inconsciemment repoussé ou bien avait-il fini par comprendre qu’il ne servait à rien de s’acharner avec elle ? Valait-elle réellement la peine qu’il gaspille sa salive et son temps ? Probablement pas. Elle n’était d’aucune utilité à personne. Depuis qu’elle était tombée dans son état léthargique, elle ne chassait plus, ne bougeait presque plus. Elle trouvait à peine la force de se lever pour se traîner jusqu’à une flaque d’eau, répondant bien plus à un instinct et à une bête habitude qu’à une envie ou un quelconque besoin. Si les sanglots commençaient peu à peu à s’éteindre, sous la seule volonté de la Guerrière qui tentait de reprendre un minimum de contrôle sur ses émotions, elle n’en restait pas moins sourde au Guerrier. Elle ne voulait et ne pouvait pas parler. Il ne pouvait pas comprendre comme aucun ne pouvait comprendre. Est-ce qu’elle, déjà, mesurait l’ampleur des choses ? Est-ce qu’elle comprenait vraiment ce qui lui arrivait ou bien subissait-elle le destin qu’on avait tracé pour elle. Le Clan des Étoiles se fichait pas mal de savoir dans quel état il la laissait. Il donnait, offrait, saccageait et reprenait des vies si simplement. À quoi bon continuer de s’acharner, à quoi bon lutter lorsque tout est écrit, lorsqu’intouchable, le destin se délie comme il le devait, détruisant des vies et causant des dégâts collatéraux dans son sillage. Voilà ce qu’était la femelle cendrée, un bête dommage collatéral à la disparition du rouquin. Aucun intérêt à la viser elle, elle s’était simplement retrouvée au mauvais endroit, au mauvais moment. Plongée dans des pensées sombres qui ne se décideraient pas à l’abandonner de si tôt, Fleur Cendrée oublia un moment la présence du Guerrier à ses côtés.


© waize
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oiseau Moqueur
▬ Guerrier
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 25/03/2017
Age : 19

Carte d'identité
Âge: 49 lunes (juin)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage de Plume

MessageSujet: Re: « let’s eat. » | Fleur Cendrée   Lun 3 Avr 2017 - 22:31



« let’s eat. »

Fleur Cendrée & Oiseau Moqueur

Une fois de plus, aucune réponse ne sortit de la gueule de la femelle. Il s’y attendait. Franchement, il le savait. Mais il avait quand même tenté, peut-être qu’une tentative finirait par payer après tout. Il se savait insistant, il l’embêtait peut-être plus qu’autre chose, mais il n’avait pas encore envie de décoller de cette place. Pas avant qu’elle ne lui ai adressé ne serait-ce qu’un mot. Il se savait aussi entêté, tout le monde le savait. Lorsque le guerrier bicolore avait quelque chose en tête, il l’avait rarement ailleurs, et cette fois-ci, il avait décidé d’aider la femelle à reprendre le dessus. Il y arriverait. Même si ce ne sera pas forcément demain qu’elle redeviendrait celle qu’elle était, elle le sera de nouveau un jour. Hors de question de la laisser dans cet état avec Etoile de Suie dans le coin. Son regard bleuté s’attarda quelques instants sur le rongeur. Il savait qu’il ne l’avait pas achevé pour rien. Qu’elle n’y touche pas tant qu’il est là est une chose, il avait bon espoir qu’elle y touche quand plus personne ne serait là. Et même si elle ne le faisait pas, il reviendrait à la charge.

« Tu veux vraiment pas parler ? »

Le mâle s’était étonné lui-même du ton de sa voix. Il avait parlé d’une manière à peine plus sec que les fois précédentes, peut-être était-il un chouïa irrité de parler tout seul depuis tout à l’heure sans vraiment s’en rendre compte, son envie d’aider ayant le dessus. Mais à peine avait-il prononcé ces quelques mots qu’il le regrettait déjà. Il n’a pas envie de revoir des larmes couler.

© waize


_________________

Spoiler:
 

Oiseau Moqueur se moquait en #d3a68d.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nocty
▬ Nocty
Spammeuse de profession
avatar
Messages : 177
Date d'inscription : 20/08/2016
Age : 19
Localisation : France.

Carte d'identité
Âge: /
Description du personnage:
Mentor/apprenti: /

MessageSujet: Re: « let’s eat. » | Fleur Cendrée   Lun 3 Avr 2017 - 22:56

« let's eat »
PV. Oiseau Moqueur

Si seulement elle pouvait se rendre compte de l’erreur qu’elle faisait. Si elle se rendait simplement compte de l’intérêt que lui portait le Guerrier qui s’efforçait de supporter sa léthargie et son manque de parole, Fleur Cendrée trouverait certainement le moyen de se rattraper. Mais comment s’intéresser à un félin alors que même son propre sort ne l’intéressait plus ? Elle avait choisi de ne plus prêter d’attention au monde le jour de l’annonce d’Écorce de Suie. Elle avait fait le choix de ne plus rien faire pour relever la tête le jour où tout était devenu officiel. Pourquoi ? S’il ne s’agissait certainement pas d’un choix d’esprit, cela ressemblait bien davantage à une lourde peine de cœur. Mais qui pourrait la comprendre ? Elle qui n’avait jamais avoué à quiconque le béguin qu’elle entretenait pour le rouquin, persuadée que ce n’était que passager, que tout cela ne durerait pas et quand bien même qu’elle n’aurait aucune chance avec un chat de cette trempe. Que voudrait un Chef aussi illustre que lui a une Guerrière aussi banale qu’elle ? De toute façon, il était à présent trop tard. Plus de possibilités de retourner en arrière. Plus de possibilités de tout recommencer. Si elle le pouvait, elle appuierait certainement sur le bouton « reset » et recommencerait ainsi à l’aube de son existence. Peut-être referait-elle deux fois les mêmes erreurs, peut-être qu’elle serait de nouveau paralysé par ce je ne sais quoi au contact du Chef et peut-être que la fin serait tout aussi tragique. Pourtant, elle pourrait le revoir. Elle pourrait rebâtir l’image de ce chat roux dont l’image, devenait de plus en plus floue, s’effaçait de son esprit de jour en jour. Bientôt, il ne lui resterait qu’une silhouette, peut-être moins. Elle finirait par l’oublier. Par oublier cette image qui trônait dans son esprit chaque matin à son réveil, elle oublierait ce regard qu’elle sentait si lourd sur ses frêles épaules. Elle oublierait son cœur en miette comme elle oubliait déjà au combien de fois son cœur s’était emballé en le voyant simplement.

« Tu veux vraiment pas parler ? »

Si le ton percutant du matou l’aurait blessée en temps normal, elle ne le releva pas. Les yeux toujours embués, elle continuait de lutter pour se calmer, pourtant, comme si son esprit avait lui seul eu la capacité d’ouïr le timbre employé, les obstacles se dressaient les uns après les autres, empêchant la Guerrière d’atteindre son objectif, la faisant même reculer de quelques pas. Tremblante, la tête posée mollement entre ses pattes, la cendrée ne bougeait pas. Les larmes continuaient de dévaler la pente de son museau, arrosant le sol sur lequel reposait faiblement son corps. Que pouvait-elle y faire ? Qui était-elle pour lutter contre cette autodestruction qui était dictée par des esprits bien plus hauts, bien plus forts qu’elle en ce moment. Ces mêmes esprits qui ont créé la colère, la haine, la douleur et la mort. Ceux contre qui la lutte est souvent bien inefficace. Elle ? Elle n’était personne. Elle n’était certainement pas assez forte. Elle s’en était tout du moins persuadé. Bercée par sa lubie d’en finir, de succomber, elle ne faisait aucun effort à proprement parlé pour relever la tête. Si une partie d’elle songeait encore à une potentialité, l’autre plus grande et plus accablante, finissait de la convaincre que s’était impossible. Plus dur encore que d’affronter la perte d’un ami, Etoile de Lion s’était envolée avec une partie d’elle-même. Un sourire refleurirait-il un jour sur le visage de la Guerrière ? Reprendrait-elle ne serait-ce qu’un peu goût à cette vie qu’elle semblait ne plus vouloir vivre. Se devait-elle de chuter au premier obstacle, aussi haut et imposant soit-il ? Une lumière au fond de son cœur s’alluma, faible espoir qui persistait, il faudrait du temps et du courage pour reconstruire ce qui composait l’identité de la femelle, ce qui la rendait si particulière et qui lui permettait d’acquérir la qualité d’individu qu’elle avait égaré avec l’âme d’Etoile de Lion.


© waize
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oiseau Moqueur
▬ Guerrier
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 25/03/2017
Age : 19

Carte d'identité
Âge: 49 lunes (juin)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage de Plume

MessageSujet: Re: « let’s eat. » | Fleur Cendrée   Lun 3 Avr 2017 - 23:15



« let’s eat. »

Fleur Cendrée & Oiseau Moqueur

Il regretta encore plus ses paroles quand il vit les nouvelles perles salées qui dévalaient les joues de la guerrier grise. Qu’il pouvait être stupide. Qu’est-ce qui lui avait pris d’hausser le ton, même aussi subtilement que ça. Oiseau Moqueur l’observait, elle avait sa tête posée entre ses pattes, sur le sol, et il était mal pour elle. Ne comprenant pas le mal qui la touchait. Ne se trouvant malheureusement pas dans sa tête pour pouvoir l’aider au moins un peu. A la place il était là, couché à côté d’elle et l’avait refait pleurer alors que son but est de l’aider, et non le contraire. Le mâle s’en voulait. Il ne voulait qu’une seule chose : qu’elle se calme. Lui qui pensait qu’elle ne l’écoutait pas, voici la preuve du contraire. Elle ne parle pas, ne bouge pas, ne donne presque pas de signe de vie, mais elle est là, avec lui, même si ses yeux s’éloignent de temps à autres.

« Fleur Cendrée… Je suis désolé. »

Il devait s’excuser, il voulait qu’elle se calme, c’était la seule chose qui lui passait par la tête à l’heure actuelle. Il ne voulait plus voir de larmes couler aujourd’hui.

© waize


_________________

Spoiler:
 

Oiseau Moqueur se moquait en #d3a68d.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nocty
▬ Nocty
Spammeuse de profession
avatar
Messages : 177
Date d'inscription : 20/08/2016
Age : 19
Localisation : France.

Carte d'identité
Âge: /
Description du personnage:
Mentor/apprenti: /

MessageSujet: Re: « let’s eat. » | Fleur Cendrée   Lun 3 Avr 2017 - 23:49

« let's eat »
PV. Oiseau Moqueur

Si quelque chose de nouveau naissait et luttait au fond, tout au fond, de son être, Fleur Cendrée n’en ressentait ni l’effet, ni la présence. Mal comme jamais elle ne l’avait été, elle ne tiendrait pas longtemps dans de pareilles circonstances. Si des félins avaient les épaules larges pour supporter de telles pertes, si avant la disparition d’Etoile de Lion elle aurait rit au museau de celui qui aurait ne serait-ce que pensé la voir mal, elle voyait aujourd’hui les choses différemment. Revenant sur les pensées qu’elle avait pour acquises depuis tant de temps, sur le fait qu’elle ne baisserait jamais les pattes devant l’adversité. Sa promesse au Clan tout entier de veiller et de le protéger quand bien même si elle devait donner sa vie, était bien loin en cette période trouble. Si Fleur Cendrée avait été capable de nager correctement depuis sa naissance, à présent, elle pataugeait et se noyait dans un flot devenu dangereux et incontrôlable à son égard. Le regard troublé, les larmes qui n’en finissaient pas d’aller à la rencontre du sol par simple effet de pesanteur, les pattes toujours aussi molles et avec cette même envie qu’on la laisse tranquille, dans son coin. Après tout, elle ne demandait rien à personne. Comment pourrait-elle se le permettre alors qu’elle ne pouvait rendre un service en échange. Le peu de dignité qui lui restait suffisait à la contraindre à sa solitude punitive. Si elle ne songeait pas un instant à la douleur qu’elle aurait éprouvée quand bien même elle aurait avoué ses sentiments à Etoile de Lion, elle continuait de se maudire de n’avoir rien fait. À ses yeux, elle était coupable de ce qui lui arrivait comme elle se rendrait coupable de tout le mal causé par cette dépression dont elle ne voyait pas la fin.

« Fleur Cendrée… Je suis désolé. »

Pourquoi ? Pourquoi s’excusait-il ? Se pensait-il responsable de tout le malheur du monde. Non. Il n’était pas responsable de ces larmes. Il n’était pas responsable de la mort d’Etoile de Lion. Fleur Cendrée refusait d’entendre de telles excuses qui n’avaient pas lieu d’être. Si elle en avait la force et le courage, elle prendrait congé de ce Guerrier qui se méprenait sur toute la ligne. Comment lui en vouloir de s’inquiéter pour une camarade qui sombrait ? En temps normal, ce ne serait pas Fleur Cendrée qui se plaindrait de genre d’initiative. Elle n’avait pas même la force de se lever. Pas même la force de prononcer un seul mot. Sa bouche refusait de s’ouvrir malgré tous les efforts du monde. Tentant de reprendre un tant soit peu le dessus sur les larmes qui coulaient encore, elle tenta de relever sa tête. Si l’effort paraissait anodin, elle faisait pourtant un grand pas face à la réalité, relevant un peu les yeux sur le monde qu’elle n’entrevoyait même plus. Depuis qu’Etoile de Lion n’était plus, sa vision n’avait cessé de se restreindre. Se restreindre égoïstement à sa petite personne et à son propre malheur. C’était bête à dire, mais elle avait sombré dans un égoïsme et dans une fermeture d’esprit surréaliste. Elle s’était refermée sur elle-même, ignorant voir oubliant le monde qui l’entourait. Ne se rappelant même plus qu’elle avait des devoirs et qu’elle se devait de lutter aux côtés de ses camarades. Si elle ne percevait pas tout cela, si elle ne voyait encore que le bout de son museau, elle prit sur elle pour poser un regard plus ou moins sec au Guerrier qui était à ses côtés. Si sa vision n’était pas suffisamment nette et étendue pour qu’elle le reconnaisse, elle tentait tant bien que mal de se faire comprendre par la seule force d'un regard éteint.


© waize
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oiseau Moqueur
▬ Guerrier
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 25/03/2017
Age : 19

Carte d'identité
Âge: 49 lunes (juin)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage de Plume

MessageSujet: Re: « let’s eat. » | Fleur Cendrée   Mar 4 Avr 2017 - 0:49



« let’s eat. »

Fleur Cendrée & Oiseau Moqueur

Oiseau Moqueur ne savait plus vraiment sur quel pied danser. Il voulait l’aider, ça c’était la seule chose dont il était certain. Mais le mâle était un peu perdu dans la marche à suivre. A vrai dire, il n’avait pensé à rien en arrivant, il avait juste en tête de lui faire manger un petit quelque chose. Mais il ne s’était pas imaginé une seule seconde l’ampleur de la tâche qui l’attend. Il n’a pas la moindre idée du mal qui ronge à petit feu la belle femelle. Il avait l’habitude d’être une épaule sur laquelle on pouvait se reposer, il savait écouter les problèmes des autres. Mais il n’avait encore jamais été confronté à un problème comme celui-ci. Elle lui racontera peut-être un jour, mais pour l’heure, aucun mot ne sortait de la gueule de la féline. Il avait à peine réussit à lui arracher deux maigres sons. C’est alors qu’il aperçut le regard de la féline braqué sur lui. Il ne l’avait pas remarqué lorsqu’elle avait levé la tête. Son regard était dur, mais il s’en fichait. Elle pourrait essayer de lui faire comprendre ce qu’elle voulait, il ne bougerait pas. Bien trop borné pour ça. Le guerrier observa alors le camp, il commençait à bien s'animer, de là où il était, le guerrier pouvait remarquer que le tas de gibier avait légèrement augmenté, tant mieux. Ils ne pouvaient pas rester dans leur état de faiblesse encore longtemps, sinon les autres clans risquaient d'en profiter. Il était là depuis un petit moment maintenant, mais l’envie de partir vaquer à d’autres occupations ne l’intéressaient pas du tout.

Il décida alors de jouer une autre carte. Il resta silencieux.

© waize


_________________

Spoiler:
 

Oiseau Moqueur se moquait en #d3a68d.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nocty
▬ Nocty
Spammeuse de profession
avatar
Messages : 177
Date d'inscription : 20/08/2016
Age : 19
Localisation : France.

Carte d'identité
Âge: /
Description du personnage:
Mentor/apprenti: /

MessageSujet: Re: « let’s eat. » | Fleur Cendrée   Mar 4 Avr 2017 - 22:38

« let's eat »
PV. Oiseau Moqueur

Pensait-elle réellement faire comprendre quoi que ce soit à un chat ? Elle-même ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Si elle connaissait la cause de ce mal qui la rongeait. Si elle savait que le fond du problème était ses sentiments pour Etoile de Lion et la disparition soudaine de ce dernier sans qu’elle n’ait pu lui en toucher un mot, elle n’en connaissait pas la solution, ni même l’ampleur qu’il aurait sur son existence. Elle qui avait toujours eu la tête sur les épaules perdant pied parce qu’elle avait perdu un des pylônes de son existence. Combien de chats, avant elle, avaient été dans ce genre de situation ? Combien de félins avaient perdu des êtres proches, liens du sang comme liens du cœur ? Au fond d’elle, la raison s’était perdue. Cette raison qui avant lui donnait l’impression que la mort faisait partie de la vie. Cette raison qui lui ordonnait tant bien que mal de relever la tête devant n’importe quelle épreuve. Cette même raison disparue qui lui valait d’aller réconforter ses camarades tristes ou chagrinés. Elle qui s’était fait une raison par-dessus tout, pensant simplement que la mort serait aussi douloureuse que brève. Elle l’avait tout simplement perdue, bafouée, rejetée. Au détriment de quoi ? De son état actuel. D’une profonde peine, d’une léthargie totale et d’un laissé allé plus qu’inquiétant. Combien de félins l’avaient vu dans cet état ? Combien s’était réellement soucié d’elle depuis lors ? Ce chat qui était à ses côtés depuis que l’écureuil était tombé du ciel, ce même chat qu’elle tentait de regarder avec netteté, devait bien être le premier et certainement le dernier. Il lui suffirait de se rendre compte de l’état dans lequel elle était tombée. S’il voyait l’ampleur des dégâts, les ruines qui parsemaient l’être de la femelle, peut-être abandonnerait-il tout de suite, peut-être, cesserait-il de perdre un temps précieux. Voué à mourir de chagrin, voilà ce que Fleur Cendrée s’était promis.

Et puis, comme elle avait pu tenter d’attacher son regard sur celui du félin, elle s’en détacha. Inlassablement, les pensées sordides d’un présent et d’un futur sans espoir, sans le rouquin, revinrent. C’était un peu comme-ci elles avaient toujours été là. Comme-ci elles n’avaient fait qu’attendre un moment pour fleurir. À présent ancré dans l’identité de la femelle comme le plus coriace des parasites, elle peinerait certainement à s’en défaire. Encore fallait-il qu’elle le souhaite. Vivre avec de pareilles douleurs ne lui étaient permis. Meurtrie comme après la plus grande des batailles, son cœur saignait tant que le précieux liquide rouge allait finir par manquer. Qu’arrivait-il alors ? Succomberait-elle ou bien relèverait-elle la tête ? Elle n’était certainement pas la première à affronter une telle peine de cœur. Elle n’était certainement pas la seule à n’avoir jamais osé. Pourtant, elle serait certainement la seule à prendre autant à cœur ce détail futile de l’existence. Certainement, la seule à se maudire de tous les noms pour ne pas l’avoir fait. La seule à se croire responsable de la disparition de l’être aimé et la seule à ne pas accepter la patte tendue d’un camarade. Si elle ne sentait pas la chaleur du corps de l’autre à ses côtés, elle aurait pu croire qu’il était parti. Depuis ses excuses, depuis cet échange peu conventionnel de regards, il n’avait pas ouvert la gueule. Si plongé dans un silence Fleur Cendrée semble retrouver une certaine tranquillité, ce n’est que pour amplifier le tourbillon de raisons qui hantent son esprit, la laissant tout bonnement pantelante, à l’état de pantin, muet et immobile, les yeux fuyant tout corps et tout regard. La lueur au fond de son cœur avait cessé de gagner du terrain au moment même où elle avait lâché son regard, au moment même où ses mots s’étaient faits silence.


© waize
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oiseau Moqueur
▬ Guerrier
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 25/03/2017
Age : 19

Carte d'identité
Âge: 49 lunes (juin)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage de Plume

MessageSujet: Re: « let’s eat. » | Fleur Cendrée   Mar 4 Avr 2017 - 22:56



« let’s eat. »

Fleur Cendrée & Oiseau Moqueur

Le temps passait tellement lentement aux yeux du matou bicolore depuis qu’il avait arrêté de parler. Il n’aimait pas le silence. Il entendait bien les voix lointaines de ses camarades, il entendait même les oiseaux chanter, mais il s’en fichait. La seule chose qu’il avait envie d’entendre, c’était la voix de celle qui était couchée à côté de lui, qu’elle lui fasse comprendre qu’il ne restait pas là pour rien peut-être. Fleur Cendrée avait détourné son regard, Oiseau Moqueur ne savait plus quoi faire. Il se creusait toujours autant la cervelle. Trouver quelque chose, il le ferait, il ne laisserait pas tomber. La tâche s’annonçait longue, difficile aussi. Il voulait réussir. Il avait clairement remarqué que sa tentative de rester muet était loin d’être concluante. Il avait essayé. Échoue. Mais il allait se relever, comme il l’a toujours fait. Comme il le fera toujours. Le guerrier est loin d’être le premier à se lamenter, lui et sa fierté de mâle. Garder la tête haute, c’était quelque chose qu’il s’était promis il y a bien longtemps.

« Je suis là pour t’écouter si tu veux. »

© waize


_________________

Spoiler:
 

Oiseau Moqueur se moquait en #d3a68d.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « let’s eat. » | Fleur Cendrée   

Revenir en haut Aller en bas
 
« let’s eat. » | Fleur Cendrée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Premier entrainement [Nuage Cendré et Fleur Ensoleillée]
» Reflexion sur la saga Michelet Casimir - Jean Saint-Fleur
» 2 éme entraînement de Nuage de la mort et de fleur enflammée finished
» FLEUR canichette croisée abricot 6 ans (89) Yonne
» Fleur d'Aphélandra du Clan du Vent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Propheties Begin :: RPG :: Clan du Tonnerre :: Camp du Tonnerre :: Clairière boisée-