The Propheties Begin

Thème II - Le redoux
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Encore un ? || PV. Toucan - end

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fleur Cendrée
▬ Nocty
Spammeuse de profession
avatar
Messages : 209
Date d'inscription : 20/08/2016
Age : 18
Localisation : France.

Carte d'identité
Âge: 44 lunes.
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage de Glace

MessageSujet: Encore un ? || PV. Toucan - end   29.08.16 22:00

Elle venait de passer une bonne nuit, une nuit d’une douceur et d’une tranquillité comme il est rare. La veille, Fleur Cendrée, exténuée, avait retrouvée sa litière avec un énorme plaisir. Ce même jour, elle avait rencontré un malotru de domestique venu s’amuser sur le territoire du Clan du Tonnerre, sans parler de Cri Funèbre qui l’avait mis en rogne. Elle savourait la douceur de dormir dans une litière douillette et propre, d’avoir tous ses muscles totalement relâché, l’esprit vagabond, un vrai plaisir. Un sourire discret était par ailleurs plaqué sur son visage. Elle avait passé une nuit sans rêve, rien de rien n’était venu brouiller son profond sommeil. Elle s’était levée plutôt tôt, le soleil venait à peine de se lever. Elle était alors sortit de la Tanière des Guerriers dans laquelle elle résidait depuis plus de dix-huit lunes maintenant. Elle avait finit par développer une technique particulière pour esquiver les corps endormis de ses camarades et les membres parfois débordant des litières. Avec une agilité féline et féminine, elle se glissa dehors et sourit en le voyant. Il était lui aussi déjà levé. Oserait-elle aller le voir aujourd’hui pour tout lui dire ? Certainement pas. Cela faisait bien longtemps qu'elle avait renoncé à ce rêve fou, de peur de se faire rejeter. Elle avait entendu tellement d'histoire dans la Tanière des Anciens qu'elle ne préférait pas se risquer dans une histoire similaire. Une histoire incertaine. Non, elle se contentait de jouer avec les autres et ce serait bien. Elle repéra d'ailleurs sa première proie de la journée, un Guerrier plutôt pas mal répondant au nom de Pelage de Sapin. Elle l'approcha, encore un peu endormie, et lui proposa de partager une proie, ce que l'autre accepta. Ils mangèrent ainsi côte à côte avant de partager une petite toilette comme s'ils se connaissaient depuis toujours. Une fois l'appel lancé de Cri Funèbre, Fleur Cendrée alla rejoindre ce dernier, non sans lui lancer un regard plein de mépris, ne serait-ce que pour lui rappeler la veille.

Malgré sa rancune, elle finit par sourire au Lieutenant et exécuter ses demandes. Trouver deux Guerriers parmi ceux qui n'avaient pas été nommée pour partir chassé à l'endroit qu'elle préférait, sous le couvert des arbres, près du Grand Sycomore. La Chasseuse réfléchit un moment avant de choisir. Elle retourna voir ce Guerrier avec qui elle avait passé les premières minutes de cette journée, Pelage de Sapin, et lui proposa de se joindre à sa patrouille, ce qu'il accepta non sans un sourire quelque peu gêné. Elle choisit ensuite une Guerrière qui était elle aussi une bonne chasseresse : Patte de Biche. Une fois que tous furent prêts, la Guerrière sonna le départ en véritable meneuse de patrouille. Elle prit plaisir à conduire sa patrouille au Grand Sycomore, puis à leur ordonner de se disperser pour chasser. Elle avait prévu qu'ils se retrouveraient ici dans quelques minutes. Elle avait choisi de chasser en solitaire, d'envoyer les deux chasser en couple pour avoir plus de chance d'attraper une proie, non sans une moue déçue de la part de Pelage de Sapin. Au fond d'elle, la femelle cendrée rayonnait. Elle partit de son côté, repéra rapidement ce qu'elle convoitait et l'attrapa avec une facilité déconcertante. Sa souris enterrée, elle reprit sa chasse, tombant sur une toute autre proie que celle qu'elle convoitait. Curieuse de savoir ce qu'un félin étranger venait faire ici, elle se mit à le traquer. Elle grimpa l'arbre le plus proche, puis suivant les consignes de son museau et de ses yeux, elle sauta de branches en branches pour trouver ce qu'elle souhaitait trouver. Un rictus déforma son visage qui n'aspirait qu'à la haine. Encore un ? Encore une de ces cervelles de souris de félins étrangers qui se pensaient tout permis, même de piétiner des terres qui ne leurs appartenaient pas. Oh. Elle allait lui apprendre. Il allait rapidement faire demi-tour. Elle descendit de sa branche avec une grâce toute particulière, tombant pile poil sur le félin qu'elle renversa, nonchalante en crachant.

« C'est une manie chez vous d'empiéter sur des terres qui ne vous appartiennent pas ? Je crois que tu devrais faire demi-tour avant que cela ne tourne mal. Je te laisse une chance avant de te faire payer ton affront à mon Clan. »

_________________

Spoiler:
 

Fleur Cendrée miaule en #b1e01a
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toucan
▼ Solitaire
avatar
Messages : 810
Date d'inscription : 19/06/2016
Age : 19

Carte d'identité
Âge: 28 lunes (avril)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: //

MessageSujet: Re: Encore un ? || PV. Toucan - end   30.08.16 2:37

Il était reparti du côté de la Ville. Oui, le quidam pourrait penser qu'un Domestique ne peut vivre dans la forêt et qu'il est forcé de chercher le contact d'un confort aisé – mais d'une vie bas de gamme. Le quidam se trompe. Si Toucan repartait vers la Ville, ce n'était pas pour manger des ignobles croquettes, non, mais pour satisfaire sa faim de chair. Vivante.

Oui, Toucan était repartie sur son lieu de naissance pour trouver une femelle qui le satisfasse – ou un mâle, là n'était pas la question. Là n'était jamais la question pour le petit galet. Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse disait Musset ; qu'importe le corps, pourvu qu'on ait la jouissance parodiait Toucan.

Aussi, le jeune félin était parti tôt le matin. Sa quête charnelle ne lui laissait pas vraiment le temps de dormir en cette saison chaude. Il devait s'activer, sentir le sol sous ses petits coussinets – toujours aussi soyeux, sans doute le fait de piétiner des fleurs en son parterre de verdure, son fief. Il courait sous le soleil, appréciant le mouvement de son corps, la fraîcheur de l'air sur ses muscles. Il se rappelait avoir fréquenté une certaine Kimi là bas, et sa dernière visite remontait déjà à quelques lunes. Il était temps de se rafraichir la mémoire. Il était temps de lui rafraichir la mémoire. Et si elle se refusait à lui, son frère la remplacerait aisément. Ou bien la chatte qui habitait deux maisons à la gauche de celle où il était venu au monde. Pas besoin d'être violent sur ce coup, il jonglait entre les plans B. Il trouverait son bonheur dans la Ville, un bonheur éphémère mais concret. Quand il ressortit de l'enfer de béton, Toucan exsudait le stupre par tous les pores.

Il s'aventura alors vers les territoires les plus boisés de la forêt, pour se mettre à l'ombre, et pourquoi pas piquer un somme. Il avait repéré en arrivant un très grand arbre qu'il n'avait encore jamais vu, et avait envie de l'observer.

Il s'approchait des frondaisons. Le ciel était à moitié caché par un manteau de feuilles qui filtrait la lumière.Il se sentait bien, apaisé. Ses yeux se fermaient doucement, la chaleur de la journée l'avait fatigué. Il marchait de moins en moins vite, ses pattes devenaient lourdes. Il finit par s’arrêter, voulant se reposer.

C'est à ce moment qu'une chatte lui tomba littéralement dessus, elle venait du ciel. Tête angélique, entrée à la deus ex machina, mais impact terrible. Toucan eut le souffle coupé, ses yeux se mouillèrent de l'arme. Une douleur sourde irradiait dans tout son petit corps. Sans lui laisser de répit, l'autre lui cracha au visage, avec une certaine nonchalance.

« C'est une manie chez vous d'empiéter sur des terres qui ne vous appartiennent pas ? Je crois que tu devrais faire demi-tour avant que cela ne tourne mal. Je te laisse une chance avant de te faire payer ton affront à mon Clan. »

Le pauvre Toucan était perdu. Il toussa, recracha un peu de poussière, puis leva le regard sur sur la chatte volante. Ces animaux de la forêt avaient de ces idée parfois.

« Et toi, c'est une manie de jouer à l'écureuil volant ? T'as cru que les super-héros existaient ou bien ? Putain, t'aurais pu me tuer. Et puis c'est quoi encore cette histoire d'affront ? Tu vas me dire que c'est ton arbre là ? Tu entretiens des relations particulières avec ce buisson peut être ? Tu sais quoi ? T'as gagné, je me casse, amuse toi seule avec ton arbre, moi je me casse, j'ai des meufs dans le coin qui m'attendent comme le Messie, elles ont préparé la couche de mousse et lustré leurs fourrures. Enfin, vu comment tu agis, ça m'étonnerait que tu aies déjà vécu une expérience plus intense que te balancer du haut d'un arbre. »

_________________
Daydream milk and genocide

© Uwny ♥

Toucan te pécho en darkslategray

Couvre moi de cadeaux:
 


Dernière édition par Toucan le 20.09.16 17:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleur Cendrée
▬ Nocty
Spammeuse de profession
avatar
Messages : 209
Date d'inscription : 20/08/2016
Age : 18
Localisation : France.

Carte d'identité
Âge: 44 lunes.
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage de Glace

MessageSujet: Re: Encore un ? || PV. Toucan - end   30.08.16 21:10

Au fond d'elle, Fleur Cendrée n'était pas spécialement et réellement en colère. Non, en fait, elle était simplement partagée entre deux mondes et deux façons d'agir, de réagir, d'interagir. Au fond d'elle, deux mondes s'entrechoquaient, deux facettes de sa personnalité. La première, celle de la Guerrière fidèle du Clan du Tonnerre, celle droite plus que tout et ne désirant causer de tort à ce dernier, à ce titre, elle ne pouvait accepter d'un chat étranger ne pénètre sur les terres de son Clan, le Code du Guerrier l'exigeait, les territoires devaient être protégés et défendus pour être conservés. Si cela n'était pas respecté, comment pouvoir garder assez de terrain et surtout assez de proies pour nourrir tout un Clan ? Et puis, plus les territoires d'un Clan était vaste, plus il avait une place importante au sein de la forêt. Et puis, le souvenir de ce prétentieux de domestique lui revint. Cette cervelle de souris dont elle ne parvenait à retrouver le nom. De toute façon, elle s'en fichait bien de son nom, son physique était à jamais ancré dans sa mémoire et la prochaine fois qu'elle le croiserait, elle ne l'accueillerait probablement pas les pattes ouvertes. Le deuxième univers qui se montait contre le premier fut la nature sociable de la femelle. Elle n'aspirait pas au combat avec ceux qu'elle ne connaissait pas, mais elle ne se laisserait pas insulter par un solitaire piétinant ses terres, non. Elle préférait être tuée que de le laisser faire. Ces pensées tournèrent dans sa tête pendant qu'elle assistait la scène dans laquelle elle était l'actrice principale. Le félin qui se trouvait en face d'elle toussota, recracha un semblant de poussière avant de miauler.

« Et toi, c'est une manie de jouer à l'écureuil volant ? T'as cru que les super-héros existaient ou bien ? Putain, t'aurais pu me tuer. Et puis c'est quoi encore cette histoire d'affront ? Tu vas me dire que c'est ton arbre là ? Tu entretiens des relations particulières avec ce buisson peut être ? Tu sais quoi ? T'as gagné, je me casse, amuse toi seule avec ton arbre, moi je me casse, j'ai des meufs dans le coin qui m'attendent comme le Messie, elles ont préparé la couche de mousse et lustrées leurs fourrures. Enfin, vu comment tu agis, ça m'étonnerait que tu aies déjà vécu une expérience plus intense que te balancer du haut d'un arbre. »

Fleur Cendrée absorba les mots du félin sans broncher. Elle gardait cette mine Guerrière, ce pelage légèrement en bataille et quelque peu hérissé. Ses griffes étaient encore sorties et labouraient le sol délicatement. Ses crocs quant à eux, n'apparaissaient pas derrière ses babines baissées. À bien regarder ce chat et à entendre son discours, il ne devait pas bien être dangereux. À bien le regarder, avec son pelage gris et sa petite taille ridicule, la Chasseuse ne voyait en le félin rien qu'un jeune chat idiot, un petit chat domestique s'étant aventuré un peu trop loin de chez lui, sans en connaître les dangers. Tout en le scrutant d'un œil mauvais, elle songea à ses mots qu'il avait employés. Qu'était-ce donc que des « meufs » ou encore le « Messie ». Puis passant outre son langage étrange et d'une laideur intense, la Guerrière cendrée songea à ce qu'il disait. Il pensait réellement que c'était son arbre ? Ignorait-il que des Clans étaient présents dans la forêt ? Cette idée ne germa guère longtemps dans l'esprit de la Guerrière, qui pouvait l'ignorer ? Et puis quel manque de politesse et de tact. Qu'est-ce qu'une minette pouvait bien faire avec un arbre d'après lui ? N'ayant presque pas compris un tiers de ses mots, de ce qu'ils impliquaient ou même les arrières pensées du félin, elle se contenta de garder sa mine fermée et articula d'une voix négative.

« Je ne suis ni un écureuil-volant, ni un super-héros. Cet arbre appartient à mon Clan et par conséquent, il est mien également. Soit, déguerpis, chat domestique. Tu n’as rien à faire ici, tu as bien de la veine, je te laisse partir, retourne donc manger tes croquettes et pâté. Mais fait vite avant que je change d’avis et ne revienne sur ma décision d’épargner mes crocs de se plonger dans ta fourrure soyeuse de minet. »

_________________

Spoiler:
 

Fleur Cendrée miaule en #b1e01a
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toucan
▼ Solitaire
avatar
Messages : 810
Date d'inscription : 19/06/2016
Age : 19

Carte d'identité
Âge: 28 lunes (avril)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: //

MessageSujet: Re: Encore un ? || PV. Toucan - end   30.08.16 23:34

Sans surprise, l'autre gardait cette allure guerrière qu'affectionnaient les chats des bois. Elle avait toute la panoplie : le pelage hérissé dans une tentative d'intimidation – concrètement, vu la taille de Toucan, elle n'avait pas besoin de se rendre plus imposante, elle gagnait par défaut – et les griffes en mode pétrissage de terre. Cette chatte aurait du devenir boulangère, elle avait raté une vocation. Son regard torve le décortiquait. Il pouvait suivre le cours de ses pensées assez aisément : personne ne le prenait jamais au sérieux avec sa bouille d'ange et son corps modèle chaton. Puis l'opposant se prenait un coup de patte dans son ventre si haut par rapport au galet, et les points de vue évoluaient.

Enfin. Elle semblait un peu perplexe devant sa tirade. A croire que les chats de la forêt ne parlaient pas beaucoup ; ils avaient souvent l'air étonné quand Toucan commençait à ouvrir sa gueule. Quand elle lui miaula en retour, il comprit que le sens de l'humour venait de se suicider.

« Je ne suis ni un écureuil-volant, ni un super-héros. Cet arbre appartient à mon Clan et par conséquent, il est mien également. Soit, déguerpis, chat domestique. Tu n’as rien à faire ici, tu as bien de la veine, je te laisse partir, retourne donc manger tes croquettes et pâté. Mais fait vite avant que je change d’avis et ne revienne sur ma décision d’épargner mes crocs de se plonger dans ta fourrure soyeuse de minet. »

Il prit un moment pour se recentrer, pour finir de cracher la terre qui lui avait envahi la bouche. Encore une histoire de Claniques. Comment était-il sensé connaître les territoires des tribus des bois ? Quand même, soyons réalistes, tous les arbres se ressemblent dans cette forêt, et pour l'odorat de Toucan, même s'il parvenait à différencier des grands groupes d'odeurs, l'univers olfactif du coin était encore assez flou. Tout s'emmêlait, et il était paumé.

Et puis toujours ces menaces. Toujours ce rappel de ses origines. Franchement, les Claniques - si fiers de venir de la cambrousse – avaient néanmoins développé une fascination étrange pour la vie des chats domestiques. De là à croire qu'ils enviaient le confort des nids de Bipèdes et de la nourriture servie sur un plateau, il n'y avait qu'un pas. Pas que Toucan allait délibérément sauter.

« Mais arrête donc avec ton fantasme de la vie domestiquée ma biche, vous vous tapez un bon gros trip parmi les Claniques, c'est à se demander si vous ne me jalouseriez pas. Dans ce cas vous aurez tort, je suis parti de chez mes Bipèdes depuis maintenant plusieurs lunes. »

En avait-t-il trop dit sur lui ? Qu'importe. Si cette chatte pouvait répandre la nouvelle, les autres Claniques pourraient peut-être enfin cesser de le bassiner avec la pâté et les croquettes. Ils devenaient lourds. Enfin. Il se sentit d'un coup fatigué. Las de toujours répéter la même chose. Il n'était pas un automate. Sans réfléchir outre mesure, il s'assit et commença à faire sa toilette.

« Bref, laisse tomber les menaces ma belle, je ne fais tout de même rien de mal ici. Je me balade. J'observe les arbres. Je me fais écraser par de charmantes boules de poil. D'ailleurs, ton petit nom c'est quoi ? Moi c'est Toucan. »

Il espérait qu'elle comprenne qu'il n'était pas hostile – en dépit de sa réponse sèche et courroucée d'il y a quelques instants. Mais bon, tout le monde a le droit à un moment d'humeur quand il se fait plaquer au sol par une chatte volante.

_________________
Daydream milk and genocide

© Uwny ♥

Toucan te pécho en darkslategray

Couvre moi de cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleur Cendrée
▬ Nocty
Spammeuse de profession
avatar
Messages : 209
Date d'inscription : 20/08/2016
Age : 18
Localisation : France.

Carte d'identité
Âge: 44 lunes.
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage de Glace

MessageSujet: Re: Encore un ? || PV. Toucan - end   03.09.16 0:25

Elle continuait de l'observer. Elle ne le quittait pas des yeux à vrai dire. Allait-il réellement rebrousser chemin ? Fleur Cendrée n'y croyait que de moitié. Un domestique si peu robuste devant un Guerrier Clanique ? Il fallait croire que certains écoutaient les rumeurs qui tournaient, d'autres non. Perplexe, elle n'esquissait aucun mouvement, mais tout son corps était tendu, prêt à en découdre si cela devait aller jusque-là. Bien que son aptitude au combat ne fût pas la meilleure qui soit, elle était sûre de l'emporter devant un si jeune félin. C'est vrai, à en croire sa taille, il n'était pas bien âgé et ne devait pas être spécialement apte à se défendre. Et puis, même s'il s'agissait d'un mâle, au vu de sa taille et de sa provenance, il ne devait guère avoir autant de force que les félins des Clans. Comme s'il n'en avait pas fini de recracher la poussière et surtout comme s'il en avait avalé une quantité astronomique, il continua de tousser pour recracher tout ce que contenait sa gorge et sa gueule. Fleur Cendrée bien qu'amusée par cette situation ridicule, se contenta de rire intérieurement devant les conséquences de sa chute de l'arbre, sans bouger ne serait-ce qu'un poil. Qu'attendait-il donc pour partir ? Est-ce qu'elle n'était pas assez menaçante pour lui ? Peut-être parce qu'elle était une femelle ? Fleur Cendrée s'impatientait de plus en plus et ses muscles ressentaient cette tension nouvelle, qui les abreuvait avec plaisir.

« Mais arrête donc avec ton fantasme de la vie domestiquée ma biche, vous vous tapez un bon gros trip parmi les Claniques, c'est à se demander si vous ne me jalouseriez pas. Dans ce cas vous aurez tort, je suis parti de chez mes Bipèdes depuis maintenant plusieurs lunes. »

Une nouvelle fois, ce qui sonna le plus la Chasseuse, ce fut les mots qu'elle ne comprit pas. Qu'est-ce qu'était un « trip » ? Ce qu'elle savait, c'est qu'elle ne fantasmait absolument pas sur la vie de domestique. Ah non. Plutôt mourir, plutôt pourrir dans le charnier du Clan de l'Ombre que d'aller vivre cloîtré entre quatre murs, ne pas pouvoir sentir le vent dans son poil et cette sensation de liberté. Plutôt laisser sa vie que de manger tous les jours des croquettes d'un goût que l'on disait inexistant et des pâtés fades et ramolli comme si les matous n'avaient pas de dents. Plutôt rejoindre le Clan des Étoiles que d'approcher ces choses immondes que sont les Bipèdes. Ah non. La vie de domestique ne la faisait pas du tout fantasmer. Elle préférait même devenir traîtresse de son propre Clan que de devenir un tel félin. Elle se ferait honte. Tellement honte. Comment un félin pouvait penser qu'un chat sauvage, libre et fier d'appartenir à son Clan, pouvait devenir tout le contraire ? Comment un chat pouvait s'imaginer passer de toutes les libertés à toutes les contraintes ? Non. Parti de chez ses bipèdes ? Il aurait mieux fait d'y rester pensa la femelle. C'est vrai, au vu de sa taille, de son manque crucial de langage, d'intelligence et de savoir, il ne survivrait probablement pas longtemps dans la forêt. Il n'y avait qu'à voir la mine qu'il avait. Il était tellement rachitique qu'un pigeon pouvait représenter un danger pour lui. Vu sa taille et le peu de débrouillardise qu'il avait, elle s'imaginait sans mal un Apprenti sortir vainqueur d'une bataille contre ce matou-là. Elle jugeait peut-être un peu trop vite, sur l'apparence, bien que l'on dise que l'habit ne fasse pas le moine. Elle avait tout de même conscience que les lois de la nature n'étaient généralement pas contradictoires. Le matou ayant ainsi avoué ses origines de domestique, la Guerrière cendrée se détendit un peu. Elle n'avait rien à craindre de ce genre de félin.

« Bref, laisse tomber les menaces ma belle, je ne fais tout de même rien de mal ici. Je me balade. J'observe les arbres. Je me fais écraser par de charmantes boules de poil. D'ailleurs, ton petit nom c'est quoi ? Moi c'est Toucan. »

Il s'était assis et avait commencé une toilette pour débarrasser son pelage de la poussière qu'il avait reçue lors de leur altercation. Il ne comptait donc pas partir. La femelle cendrée sentit de nouveau la tension monter dans ses membres, elle n'appréciait pas le fait qu'un félin traîne sur le territoire de son Clan et encore moins un domestique déchu, à présent solitaire à en croire ce qu'il racontait. Pouvait-elle lui faire confiance ? Elle en doutait fortement. Laisser tomber les menaces ? Cette phrase sonna dans sa tête pendant un moment. Comment le pouvait-elle ? N'était-ce pas son devoir que de menacer un félin ennemi à son Clan ? Il n'avait pas l'air dangereux, ni de lui en vouloir spécialement, mais les histoires des Anciens comptait les récits de certains solitaires fourbes, elle devait se méfier. Et comment osait-il l'appeler « ma belle » ? La Guerrière n'appartenait à personne. Elle n'était pas une chose que l'on possédait. Non. Ce qui ressortit de ses mots, de sa présentation et de sa quête d'information, fut surtout une inconscience de la situation. La menace ne fonctionnait pas avec ce félin. Fleur Cendrée aurait dû se résoudre à user de la force, au lieu de quoi, elle décida de tenter une nouvelle approche. Elle n'avait pas spécialement de se battre avec quiconque, donc pourquoi pas essayer ? Un rapide coup d'œil dans les environs et elle se détendit progressivement. Personne dans les environs, elle pourrait toujours justifier le fait qu'elle l'eusse trouvé et essayait de le faire partir. Ses poils retrouvèrent leur place initiale et même si elle resta prostré debout, elle paraissait déjà nettement plus accueillante. Elle articula d'une voix neutre à l'attention du jeune.

« Soit, tu ne m'as pas l'air très dangereux, mon chaton. Toucan alors. Je suis Fleur Cendrée. Je ne dirais pas enchantée de te rencontrer, ce serait mentir. Mettons directement les choses au clair, je ne suis pas tienne, alors ne m'appelle pas « ma belle ». Je suis libre et je m'en porte très bien ainsi. »

_________________

Spoiler:
 

Fleur Cendrée miaule en #b1e01a
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toucan
▼ Solitaire
avatar
Messages : 810
Date d'inscription : 19/06/2016
Age : 19

Carte d'identité
Âge: 28 lunes (avril)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: //

MessageSujet: Re: Encore un ? || PV. Toucan - end   04.09.16 9:56

Elle regarda autour d'elle, craignant sans doute que quelqu'un ne la surprenne avec l'abomination qu'il était. Pauvre petite clanique, pris au piège d'un carcan de règles lourd, si lourd. Elle ne connaissait pas le plaisir d'aller où bon lui semble, de courir avec le vent, de se moquer des frontières. De créer ses propres coutumes, d'être seul maître à bord. Et après c'était lui qu'on considérait comme l'anormal, le marginal, le sans foi ni loi. Il avait foi en lui, et pas en un code qui lui était imposé, il suivait sa loi, son code, et pas celui de chats morts avant la nuit des temps.

Après avoir bien vérifié les environs, elle eut l'air de se détendre. Sa fourrure retomba. Oui, elle semblait plus disposée à la conversation.

« Soit, tu ne m'as pas l'air très dangereux, mon chaton. Toucan alors. Je suis Fleur Cendrée. Je ne dirais pas enchantée de te rencontrer, ce serait mentir. Mettons directement les choses au clair, je ne suis pas tienne, alors ne m'appelle pas « ma belle ». Je suis libre et je m'en porte très bien ainsi. »

Quoique, moyennement disposée à la conversation.

Enfin, il y a toujours moyen de se livrer à une joute orale – même avec une chatte aussi stricte. Et assez illogique qui plus est, à l'appeler « mon chaton ». Décidément, les femelles plongeaient Toucan dans un abyme de perplexité – ces créatures avaient un potentiel d'étrangeté assez fort, cette chatte en premier. Mais bon, elle avait un nom si mignon, et un corps agréable à la vue. Il lui fallait tout de même des avantages.

Il était un peu méchant.
Il lui en voulait toujours.

« Mais dis moi Fleur Cendrée, ta logique est à toute épreuve. Comme tu le dis si élégamment, je ne suis pas ta propriété, alors le « mon chaton » tu oublies. Je tiens ma liberté en vertu cardinale. Et puis, tu n'es pas mienne - un point pour toi - mais dans quelques instants cela pourrait avoir changé. Contrairement à ce que tu déclares, j'enchante vite les félins... »

Avait-il vraiment envie d'une aventure avec elle ? Dans l'absolu oui, mais dans l'immédiat, il était encore gorgé d'extase, après sa petite sauterie matinale. Oui, elle pouvait bien tourner les talons, il s'en moquait. La Ville grouillait encore de possibilités.

_________________
Daydream milk and genocide

© Uwny ♥

Toucan te pécho en darkslategray

Couvre moi de cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleur Cendrée
▬ Nocty
Spammeuse de profession
avatar
Messages : 209
Date d'inscription : 20/08/2016
Age : 18
Localisation : France.

Carte d'identité
Âge: 44 lunes.
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage de Glace

MessageSujet: Re: Encore un ? || PV. Toucan - end   05.09.16 21:06

Fleur Cendrée commençait déjà à regretter ce qu’elle faisait. Pourquoi prenait-elle le temps de parler avec ce félin qui n’avait strictement rien à faire ici ? Pourquoi est-ce qu’elle n’était pas capable de le mettre dehors à coups de griffes et de crocs comme elle l’avait menacé ? Non pas qu’elle eusse peur de lui. Non. Pas du tout, s’il fallait se battre, surtout pour le Clan, la Guerrière cendrée était capable de se dresser devant n’importe quel félin, même une horde entière s’il le fallait. Là n’était pas le problème. Il paraissait si faible ce petit félin, non pas spécialement maigre, mais tellement petit. Lui inspirait-elle de la pitié ? Peut-être ? Une chose est sûre et elle se le jurait, elle le reconduirait à la frontière du territoire du Clan du Tonnerre à la fin de leur entretien. Stressée par la situation, Fleur Cendrée était sur les nerfs et son radar était activé. Au moindre fait et gestes, elle devait être capable de réagir en Guerrière. Et si ce matou essayait tout simplement de l’amadouer pour mieux s’accaparer du Clan du Tonnerre ? Qui sait, il se prétend solitaire, mais il est peut-être autre chose. Comment faire confiance à un chat que l'on ne connait pas ? Fleur Cendrée avait beau être accueillante et plutôt bienveillante, elle ne voyait pas le bien partout et n'accordait pas sa confiance en un quart de seconde à n'importe qui. Fleur Cendrée avait bien appuyé ses mots. Surtout le « mon chaton ». Elle interdisait le matou de la posséder verbalement, mais se permettait elle de le faire. Cela lui donna le sourire. Elle souriait. Pas un sourire sadique, pas un sourire sincère, mais un sourire espiègle. Sa jolie frimousse fut rayonnante un moment. Et si elle jouait un peu avec ce chat ? Peut-être qu'elle pourrait tirer des informations quant à sa venue ici ? Peut-être qu'elle pourrait avoir des renseignements sur un autre Clan ou toute autre chose. Il était bon de tenter le coup. Elle observait le petit d'un œil plus espiègle que neutre à présent.

« Mais dis moi Fleur Cendrée, ta logique est à toute épreuve. Comme tu le dis si élégamment, je ne suis pas ta propriété, alors le « mon chaton » tu oublies. Je tiens ma liberté en vertu cardinale. Et puis, tu n'es pas mienne - un point pour toi - mais dans quelques instants cela pourrait avoir changé. Contrairement à ce que tu déclares, j'enchante vite les félins... »

Bien qu'elle fût piquée au vif par les paroles du félin, elle n'en laissa rien paraître. Bien trop fier et bien trop dans son jeu pour laisser entrevoir quoi que ce soit à ce jeune chat. La cervelle de souris dans l'histoire, ce n'était pas elle, bien qu'il le prétende ouvertement. Non, c'était lui. Le jeune prétendait pouvoir faire sienne la Guerrière qu'était Fleur Cendrée ? Cette phrase eut le pouvoir de la faire ricaner intérieurement. Elle ne pouvait s'empêcher de remuer les moustaches d'amusement. Ce petit pensait-il pouvoir attirer la Guerrière cendrée ? Il espérait pouvoir prendre le cœur d'une femelle aussi subtile que Fleur Cendrée ? Impossible. Même si elle le voulait, cela ne changerait rien au fait, que son corps ton entier n'est attiré que par un seul être sur cette planète. Elle le savait, quoi qu'elle fasse, quoi qu'elle dise, cela ne changerait rien. Elle avait toujours son corps en tête, ses yeux, son regard. Elle ne pouvait s'empêcher de recevoir ce souffle de chaleur et de bien-être lorsqu'elle le croisait ou même lorsqu'elle pensait à lui comme elle était en train de le faire actuellement. La femelle souffla longuement et prit un sourire narquois et qui se voulait irrésistible. Une envie de prouver qu'elle était bien plus apte que ce petit à jouer des charmes, elle se redressa et articula.

« Faisons donc abstraction de possession donc. Nous sommes tous deux suffisamment libre et intelligents pour comprendre ce que cela impose que d’appartenir à quelqu’un. C’est tout de même triste qu’un matou aussi mignon que toi n’ai pas trouvé de compagne, je me demande même pourquoi. »

_________________

Spoiler:
 

Fleur Cendrée miaule en #b1e01a
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toucan
▼ Solitaire
avatar
Messages : 810
Date d'inscription : 19/06/2016
Age : 19

Carte d'identité
Âge: 28 lunes (avril)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: //

MessageSujet: Re: Encore un ? || PV. Toucan - end   12.09.16 21:01

Ses moustaches s’agitaient comme dans un rire silencieux. Ca en faisait au moins un pour s’amuser – réellement s’amuser – entre eux deux. Certes, ces petits jeux de séuction et ces déblatérations sur la liberté étaient plaisants, mais quelque peu rébarbatifs. Toujours les même mots, comme une ritournelle. Un caroussel qui passe et repasse indéfiniment.

« Faisons donc abstraction de possession donc. Nous sommes tous deux suffisamment libre et intelligents pour comprendre ce que cela impose que d’appartenir à quelqu’un. C’est tout de même triste qu’un matou aussi mignon que toi n’ai pas trouvé de compagne, je me demande même pourquoi. »

Il avait envie de dormir. La Ville l’avait comblé, il n’avait plus besoin de grand chose. Du sommeil, et le soleil sur sa pauvre carcasse. Enfin, c’est lui qui avait initié cette conversation, il lui fallait bien répliquer, son égocentrisme ne souffrirait pas qu’un autre que lui ne se permette de partir avec panache, pour clôre un échange.

Et puis Fleur Cendrée était une jolie chatte. Après un petit moment de réflexion, il se figura qu’une aventure avec elle ne lui déplairait pas : le souvenir de son escapade matinale commençait à s’évanouir dans l’air, le parfum de sa conquête partait en fumée ; sa faim de chasseur se réveillait.

« Merci du compliment très chère, tu n’es pas mal du tout dans ton genre. Mais tu te fourvoyes cependant : ce n’est pas que je ne trouve pas de compagne, c’est que je ne veux pas en trouver. Et je ne pourrais pas me résoudre à briser le coeur de tant de félins pour ne faire le bonheur exclusif que d’un seul. Enfin, je parie que tu es toute dévouée à ton camp, et que tu ne comprends pas vraiment mon propos. Va, reste loin du débauché que je suis, si tu l’oses. »

Jouer au chat et à la souris, au "attrape moi si tu peux", abattre la carte du séducteur impénitent avouant à demi-traitre-mots son manque affectif ; voilà quelques unes des armes favorites de Toucan.

_________________
Daydream milk and genocide

© Uwny ♥

Toucan te pécho en darkslategray

Couvre moi de cadeaux:
 


Dernière édition par Toucan le 14.09.16 21:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleur Cendrée
▬ Nocty
Spammeuse de profession
avatar
Messages : 209
Date d'inscription : 20/08/2016
Age : 18
Localisation : France.

Carte d'identité
Âge: 44 lunes.
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage de Glace

MessageSujet: Re: Encore un ? || PV. Toucan - end   14.09.16 21:40

Comment est-ce qu’elle pouvait rester là avec ce matou ? Qu’espérait-elle donc ? Qu’en entrant dans le jeu de ce chaton, elle parviendrait à le faire sortir du territoire ? Elle s’était jurée depuis longtemps de toujours faire passer le Clan du Tonnerre avant tout, même avant elle, avant son propre caractère, ses propres envies et pulsions. Malgré tout, elle se sentait faible en ce moment. Elle sentait son envie de jouer avec ce matou grandir. Était-ce là du sadisme envers ce dernier, une envie de le faire souffrir ? Fleur Cendrée n’était pas certaine d’être réellement la gentille femelle que l’on décrivait. Au fond, cette part d’elle qui lui ordonnait presque de jouer avec le cœur des matous, n’étaient qu’une part de cruauté, rien de plus. Même si sur l’instant, elle ne pensait pas à faire mal, c’est ce qu’elle causait. Et elle s’en était rendu compte au fil des lunes. Le problème ? Elle ne pouvait se passer de cela. C’était devenu pour elle comme une sorte de drogue, une frénésie de laquelle elle ne parvenait à sortir malgré son envie. Elle avait beau s’acharner contre le sort, cette envie lui revenait toujours. Aujourd’hui, elle touchait un solitaire, demain, qui ce sera ? Pourrait-elle sympathiser avec l’ennemi pour répondre à sa simple envie ? Elle ne pouvait s’y résoudre. Elle ne pouvait pas penser que cela puisse être possible. Alors qu’elle était perdue dans ses pensées, elle continuait d’assister à la scène. Le jeune matou frétillait des moustaches, d’amusement certainement. La situation le faisait donc rire. Lui qui n’avait déjà pas une garde solide la baissait encore et encore. Il serait bientôt dehors pensa la Guerrière cendrée avec un sourire narquois sur le visage. Bientôt, elle pourrait retourner à sa chasse. Elle pourrait ensuite rentrer au Camp et retrouver son doux visage. Elle pourrait avoir de nouveau un œil dessus et ne pas se lasser de l’observer. Elle pourrait aussi fleureter avec les matous de son Clan, sans risque. Elle avait vraiment envie de rentrer. La situation, bien qu’elle semble détendue, la mettait mal à l’aise au plus haut point.

« Merci du compliment très chère, tu n'es pas mal du tout dans ton genre. Mais tu te fourvoies cependant : ce n'est pas que je ne trouve pas de compagne, c'est que je ne veux pas en trouver. Et je ne pourrais pas me résoudre à briser le cœur de tant de félins pour ne faire le bonheur exclusif que d'un seul. Enfin, je parie que tu es toute dévouée à ton camp, et que tu ne comprends pas vraiment mon propos. Va, reste loin du débauché que je suis, si tu l'oses. »

Fleur Cendrée n'entendit que d'une oreille les paroles du matou, bien trop absorbé parce qu'elle pensait. Dans sa tête, ses pensées et ses idées résonnaient bien plus fort que la voix fluette du matou. Et puis à vrai dire, elle n'en avait pas grand-chose à faire de ce qu'il pouvait lui dire. Elle n'avait pas besoin d'entendre le discours d'un félin pour le prendre dans son filet. Non, elle était loin de cela. À ses débuts peut-être. Maintenant, elle faisait mine de se montrer attentive, essayait de capter ce que le matou voulait dire, dans les grandes lignes et agissait en conséquence. De toute façon, les mâles étaient tous pareils à ses yeux. Au final, la technique ne divergeait pas énormément en fonction du matou. Elle songea à ce que ce soit pareil pour les solitaires. Après tout, un matou est un matou affirmait-elle mentalement. Ce que la chasseuse capta c'est que ce félin se prenait pour un félin irrésistible. Un dernier coup d'œil sur son corps frêle et semblant jeune, et elle ricana intérieurement. Le sourire sur son visage s'élargit et ses yeux se mirent à papillonner. En selle ma grande, déclara pour elle-même Fleur Cendrée. Prenant au premier degré les derniers mots du petit chat, elle prit une voix mielleuse emplit d'une douceur écœurante, mais laissant perler une pointe de malice avouée :

« Je vois que monsieur est un séducteur. On se croit irrésistible ? Mets-toi bien dans le crâne que tu n’es rien. Les mâles sont si manipulables, c’est si facile de jouer avec eux, une simple caresse, un subtil frôlement, un ronron déplacé et ils se pensent aduler. Ta technique est à revoir mon minet, je ne suis pas certaine que tu trouves beaucoup de proies à jouer si mal. »

_________________

Spoiler:
 

Fleur Cendrée miaule en #b1e01a
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toucan
▼ Solitaire
avatar
Messages : 810
Date d'inscription : 19/06/2016
Age : 19

Carte d'identité
Âge: 28 lunes (avril)
Description du personnage:
Mentor/apprenti: //

MessageSujet: Re: Encore un ? || PV. Toucan - end   20.09.16 20:56

Sa voix coulait comme du miel, en long filets poisseux et dorés. Chaude, épaisse, pateuse. Sucrée et écœurante. Il ne devait pas l’écouter, sous risque de se retrouver embourbé, dévoré par le glucose et les mots. Il n’allait pas l’écouter. Il ne suivait que sa voix intérieure, celle qui hurlait sa gloire dans le vent, celle qui criait au dessus des nuages, celle qui le grandissait, lui si désespérement petit. Fleur Cendrée n’était qu’un bruit parasite, sous la forme d’une jolie chatte, en l’occurence souriant à se fendre le visage en deux. Elle devait elle aussi avoir une petite voix pour la guider, un murmure organique qui lui sussurait de belles paroles – un souffle à l’action, qui l’inspirait.

« Je vois que monsieur est un séducteur. On se croit irrésistible ? »

Oh je ne le crois pas, se disait-il, je le suis. Et la voix de l’approuver.

« Mets-toi bien dans le crâne que tu n’es rien. Les mâles sont si manipulables, c’est si facile de jouer avec eux, une simple caresse, un subtil frôlement, un ronron déplacé et ils se pensent aduler. »

Toucan espérait pour elle qu’elle avait foi en la réciproque. Ce n’était pas une question de mâle ou de femelle, c’était une question de sentiments. Et le galet aimait jouer avec, comme avec une pelotte de fils : les dérouler, les tisser, les embrouiller, et les couper. Le genre n’avait pas voix au chapitre dans ce jeu, seul comptait le coeur.

« Ta technique est à revoir mon minet, je ne suis pas certaine que tu trouves beaucoup de proies à jouer si mal. »

Mais c’est qu’elle voulait le vexer. Mais c’est qu’elle allait le vexer. Sa fourrure s’ébourriffa un peu, Enfin, soyons réaliste : il n’avait pas besoin de faire ses preuves, il avait séduit tant de femelles, de mâles, de chatons et d’anciens – Toucan est philantrope, il ne s’attarde pas à ces menus détails que sont l’âge ou le sexe. Il pouvait nommer plus des trois-quart des félins de la Ville les yeux fermés, s’aidant seulement du toucher de leur fourrure, du timbre de leur voix, de la chaleur de leur corps. Sa fourrure retomba.

Non, décidement, elle se trompait. Il n’avait pas à chercher de proies, elles lui tombaient dessus. Littéralement dans son cas.

« Bon, cessons là cette discussion stérile. Tu remets en cause mes capacités ? Eh bien, pourquoi ne pas les tester ? Que dirais-tu d’un concours ? Séduis un mâle solitaire, je séduirais une femelle du Tonnerre. Le premier qui vole un coeur gagne. Et comme je suis gentleman, je te laisse une journée d’avance. Rendez-vous ici dans trois jours, on fera un point. »

Sur ces paroles, il s’étira et commença à partir, les oreilles aux aguets, prêtes à capter la réponse de la jeune chatte.

_________________
Daydream milk and genocide

© Uwny ♥

Toucan te pécho en darkslategray

Couvre moi de cadeaux:
 


Dernière édition par Toucan le 23.09.16 16:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleur Cendrée
▬ Nocty
Spammeuse de profession
avatar
Messages : 209
Date d'inscription : 20/08/2016
Age : 18
Localisation : France.

Carte d'identité
Âge: 44 lunes.
Description du personnage:
Mentor/apprenti: Nuage de Glace

MessageSujet: Re: Encore un ? || PV. Toucan - end   22.09.16 21:45

Après avoir articulée ses quelques mots, une délicat rictus, étira les babines de la femelle cendrée alors qu'elle attendait les réactions du matou. Elle ne connaissait aucun mâle capable de lui résister si elle venait à jouer avec lui. Non aucun n'avait réussi à passer outre son pouvoir de séduction. Elle connaissait presque intimement tous les Guerriers de son Clan, du moins tous ceux qu'elle avait « côtoyé » comme elle disait. Elle observait attentivement les réactions du matou solitaire. Ce petit chat qui parlait étrangement et en lequel, elle ne plaçait aucune confiance, ni même aucune sympathie. Non. Elle ne ressentait rien de tel pour lui. Elle espérait secrètement que ce dernier s'en aille de son territoire, c'était la seule chose qui la motivait aujourd'hui. Peut-être que s'ils s'étaient rencontrés ailleurs, en territoire neutre et d'en d'autres circonstances, peut-être est-ce que cela aurait pu être autrement. Fleur Cendrée s'était promis de ne jamais faiblir quand la sécurité de son Clan en dépendait, elle ne comptait pas le faire maintenant. C'est avec cette attitude mesquine, hautaine et voulant blesser le félin dans l'amour propre énorme qu'il semblait avoir pour lui, qu'elle espérait le faire partir. Elle eut la joie de se rendre compte que les mots heurtèrent son esprit, c'est que cela ne devait pas être complètement faux. Ses poils s'étaient dressés le long de son échine, comme simple réponse à ses nuances. Fleur Cendrée avait donc raison. Ce jeune minet parlait, il avait beau prétendre, il n'était pas celui qu'il voulait être. Un rêve. Une illusion certainement. On pouvait très bien faire croire de pareilles idioties à quelqu'un d'autre, mais pas à elle. Elle était bien trop expérimentée pour se faire avoir comme cela, se disait-elle. Elle s'aperçut avec un peu de mépris, les yeux rieurs, que les poils sur matou reprirent leur place, signe qu'il encaissait. C'est bien petit s'exclama-t-elle pour elle seule.

« Bon, cessons là cette discussion stérile. Tu remets en cause mes capacités ? Eh bien, pourquoi ne pas les tester ? Que dirais-tu d’un concours ? Séduis un mâle solitaire, je séduirais une femelle du Tonnerre. Le premier qui vole un cœur gagne. Et comme je suis gentleman, je te laisse une journée d’avance. Rendez-vous ici dans trois jours, on fera un point. »

Pour la première fois depuis leur rencontre, elle comprit tous les mots du félin et pour la première fois, elle se trouvait en plein dilemme, entre accord et désaccord avec ce dernier. Alors que le matou se levait pour s’étirer, elle lui adressa un regard joueur, rien ne signifiant qu’elle acceptait sa proposition. Non, elle continuait dans son petit jeu de provocation, de petites attaques, pour le faire fuir. Elle était plus qu’impatiente que cette « discussion stérile » comme il disait, prenne fin et qu’il fasse demi-tour, mais avant qu’elle n’eut pu ouvrir la bouche, le félin avait déjà fait demi-tour et commençait à repartir, en direction de la ville. Qu’elle ne fut pas la joie et la sérénité profonde qui s’installèrent dans le cœur, puis dans le corps entier, de la chasseuse grise. Enfin, il partait. Tout cela était terminé. Enfin presque. Restait en suspens cette proposition aberrante qu’il lui avait tendue. Pourquoi accepterait une telle chose ? Ne serait-ce pas mettre en danger son Clan que de laisser un pareil matou se rapprocher d’une des Guerrières ? Et comment pensait-il pouvait en séduire une avant qu’elle ne lui arrache la fourrure. C’est vrai, vu comment il se défendait, ce qui se résumait au néant le plus total, il ne ferait pas long feu. Fleur Cendrée s’était montré plutôt sympathique avec celui-là. Pourquoi ? Elle l’ignorait et regrettait ce manque au Code du Guerrier. Les oreilles aux aguets du matou la sortir de ses pensées pour lui rappeler qu’il attendait une réponse. Au-delà de ça, la situation semblait simple. Séduire un imbécile de solitaire pour montrer sa supériorité. Est-ce qu’elle le voulait vraiment ? Est-ce qu’elle aurait la paix après cela ? Le reverrait-elle seulement ? Elle haussa les épaules, ne pesa pas le pour et le contre comme elle aurait dû le faire et décida ce petit défi, décidant simplement de le mettre en garde.

« Effectivement, il est temps pour toi de rentrer. Tu devrais préparer ton plan d'action mon grand, parce que le solitaire pense déjà à moi. Promets-moi de ne jamais te revoir sur les terres du Clan du Tonnerre, je serais beaucoup moins sympathique, surtout une fois que je t'aurais mis la raclé de ta vie. Et puis, c'est plutôt un conseil donné, parce qu'après la misère que je vais te mettre, ton amour propre sera tellement meurtri que tu resteras dans ta ville immonde. »

Avec son accord ou non, elle raccompagna le matou jusqu'à la frontière, ne le salua même pas et reparti, le cœur lourd parce qu'elle venait d'accepter, à la fois prise de remords quant à la situation, ce qu'elle venait d'accepter et les risques pris et pleine d'adrénaline face à ce nouveau défi. Si cela ne se sait pas, il n'y aura aucun risque pour elle ? Alors qu'elle revenait en arrière, elle attrapa un pigeon, récupéra sa souris et rejoignit le reste de la patrouille au moment où les autres revenaient aussi. Son air naturel et ses airs, ne permirent pas aux Guerriers de comprendre le pacte secret et sourd qui venait d'être signé avec ce matou : Toucan.

THE END ?

_________________

Spoiler:
 

Fleur Cendrée miaule en #b1e01a
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Encore un ? || PV. Toucan - end   

Revenir en haut Aller en bas
 
Encore un ? || PV. Toucan - end
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nuage de Toucan ~~
» Oué ! 25 ans au magasin rouche !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Propheties Begin :: Au commencement :: Archives :: RPG-